spot_imgspot_img

Gabon : La RTG rouvre les pourparlers avec Gondjout

Le mouvement d’humeur entamé en avril dernier par les agents des première et deuxième chaînes de télévision nationale publiques (RTG 1 et 2) et suspendu suite au deuil national, a été réactivé par les syndicats de ces médias publics qui viennent de baliser avec le ministre de tutelle de nouveaux rounds de négociations sur leurs cahiers des charges. Les délégués syndicaux ont convenu avec le tutelle de la réouverture des pourparlers le 19 mai prochain pour aborder notamment la question de l’augmentation de la prime de logement et la restauration de la prime vestimentaire.

Les problèmes soulevés depuis le début du mois d’avril dernier par les agents des deux premières chaînes de télévision nationale publiques devraient être passés en revue dès le 19 mai prochain entre les délégués syndicaux et les autorités de tutelle.

Les délégués syndicaux de la RTG 1 et 2 ont rencontré le 15 mai dernier la ministre de tutelle pour «procéder aux derniers réglages», a rapporté Olivier Bakenda Mbadinga.

«Nous pensons que toutes les conditions sont réunies pour que les travaux démarrent mardi prochain comme cela a été décidé (…) et nous tenons à souligner notre détermination à aller jusqu’au bout parce que nous ne voulons pas être les plus ridicules des grévistes, puisque c’est comme ça que l’on qualifie tous ceux qui ont des problèmes et qui réclament», a expliqué le leader syndical des deux chaînes de télévision nationale publiques.

«Nous avons des préoccupations dans les chaînes publiques, nous abattons un travail que tout le monde apprécie à sa juste valeur et nous attendons d’être rémunérés à notre juste valeur», a-t-il ajouté.

Les agents de la RTG 1 et 2 réclament notamment une augmentation de la prime de logement ainsi que le rétablissement de la prime vestimentaire.

La reprise des discussions fera suite à la mise en place d’une Commission paritaire comprenant le ministère de tutelle et les partenaires sociaux afin d’examiner les différents cahiers de charge déposés par les syndicats des deux chaînes.

Le ministre de la Communication, Laure Olga Gondjout, a assuré que «le gouvernement n’est pas insensible à toutes ces revendications», et demandé aux syndicats de «faire preuve de responsabilité dans leur démarche».
En avril dernier, le Syndicat de la première chaîne (SPC) avait déclenché une grève générale illimitée qui avait du être suspendue quelques jours plus tard suite au deuil national décrété après le décès de la première dame du pays Gabon le 14 mars dernier.
La RTG 1 et 2 aurait perdu de nombreux téléspectateurs en raison de la basse qualité de ses programmes face à la concurrence croissante des chaînes privées locales et la vulgarisation des chaînes câblées et leurs programmes plus attrayants.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES