Gabon: Le MLN confirme sa participation à la présidentielle anticipée

Le Mouvement de Libération National (MLN-opposition) connu sous l’appellation de « Bongo doit partir (BDP) » de Daniel Mengara, a pris l’engagement ce samedi au quartier Akébé – ville (3ème arrondissement de Libreville) de présenter un candidat aux futures élections présidentielles anticipées. Toutefois, le porte parole du MLN/BDP, Pascal Nkoulou s’est réservé le droit de révéler, pour le moment, le nom du candidat susceptible de défendre les chances de leur mouvement aux élections même si , selon le site du BDP, le 20 juin à Paris, lors d’une conférence de presse, Daniel Mengara avait officiellement déclaré sa candidature à l’élection du nouveau président de la République gabonaise.

De même qu’il s’est refusé à toutes indications sur la date de retour au Gabon de Daniel Mengara, vivant aux Etats-Unis .

Aussi, Pascal Nkoulou, a-t-il appelé la classe politique gabonaise à se plier à la Constitution notamment en son article 13 qui commande l’organisation des nouvelles élections présidentielles dans un délai de 45 jours au plus (sauf en cas de force majeure) dont il n’a pas tenu compte, soit respecté.

« N’est- ce pas que c’est avec ces listes électorales que Mamboundou et Myboto sont devenus députés et, qu’ils ont même revendiqué la victoire aux élections présidentielles de 2005 ? », s’est -t-il interrogé en critiquant le souhait d’une prorogation de 4 à 6 mois de la transition par les partis politiques de l’opposition.

Une position qui n’obéit pas à leur analyse, a souligné monsieur Nkoulou.

A la question de savoir si l’appellation du BPD doit disparaître après le décès du défunt chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, Pascal Nkoulou a répondu que « cette dénomination était notre label d’approche au même titre que le RNB (Rassemblement National des Boucherons) avec son Hôpital et école cadeau ».

« ‘’Bongo doit partir’’ résumait notre philosophie politique du moment », a-t-il réitéré.

Le mouvement “Bongo Doit Partir’’ est un mouvement politique gabonais de « libération nationale », créé le 9 décembre 1998 depuis les Etats – Unis, dans le New- Jersey par le Dr. Daniel Mengara, Professeur d’études francophones aux USA.

Mais, des observateurs de la scène politique gabonaise estiment que le décès du président Bongo Ondimba n’a pas « emporté » avec le régime qu’il incarnait depuis le 2 décembre 1967, date de son arrivée aux affaires.

Exprimez-vous!

  1. Savorgnan, il faut reconnaitre que feu Bongo fait des hold up électoraux depuis 1993. D’ailleurs ça justifie ces derniers temps le très faible taux de participation du à la résignation des gabonais. par ailleurs ce qu’on peut repprocher à Mamboundou,c’est le gâteau de 11 milliards, son rapprochement avec bongo,ses alliances ethniques,son amitié avec Myila.

  2. Jean Vincent, sois tu es un imbécile, soit tu es malade dans ta tête. Ne vois-tu pas que Mamboundou a déja échoué DEUX FOIS?
    Quelle preuve te faut-il encore pour comprendre qu’il est incapable? Deux échecs successifs doivent te montrer qu’il ne sera jamais candidat. Y a des pays où quand quelqu’un est batu deux fois, il est évincé par son parti. Pour juger Mengara, il faut voir s’il particie et est vaincu, là tu peux dire des critiques. mais mengara est encore un homme neuf, pas compromis dans vos affaires. Allez rêver ailleurs.

  3. Vous passez à censurer les réactions qui vous contredisent et vous vous dites démocrates. Je fais régulierement l’objet de censure sur ce site pourtant je n’insulte jamais contrairement à votre virtuel Mengara.

    Je le dis et je le repete, Mamboudou sera président, vous n’petes que des plaisantins

  4. bravo au MLG,notre combat commence a prendre forme,ne faite pas attention aux assités a coup de millions par la famille BONGO,aux psodos journalites de gabonews,certain sont la,par leurs fesses,d’autres parce qu’ils n’ont pas le choix,c’est le seul job qui fait vivre la famille,il faut qu’il disent du bien des crapule comme la famille bongo,nous compatissons.

  5. A propos du respect des delai

    que dit l’article 13? est ce le fait que bongo est mort,constitue un cas de force majeure constitutionnellement?je pense que non!

    Pour le moment,les 45 jours restent constitutionnels.
    Maintenant nous devons avoir l’honneteté de reconnaitre que techniquement c’est impossible dans 45j.

  6. mamboundou c’est un mec irresponsable il affiche des factures sans etre authentifié moi je suis un etudiant gabonais mais pour moi mamboundou ne doit meme plus etre candidat c’est un monsieur qui a deçu et concernant le bdp rendez les passports upg sont des villageois

  7. Le BDP ne se trompe pas de cible. Ne faites pas des constats dénués de tout fondemenet. Le BDP n’a pas attaque Pierre Mamboundou ou l’UOG sur ces points. Ce n’est pas parce que Gabonews publie quelque chose que vous allez attribuer cela au BDP. Et ce n’est pas parce u’un membre du BDP peut dire des choses illogiques quel vous allez attribuer ça au BDP. IL faut demander au BDP si ce que Nkoulou dit à Gabonnes est la position du mouvement.
    Or, on vous dit que le MOuvement n’a pas changé de nom, pourtant Gabonews parle d’un nouveau nom pour le BDP. Où ont-ils eu cette information alors que le BDP n’a pas encore décidé de son nouveau nom?
    Le BDP est clair sur ce qu’il recherche. Le BDP a dit par la bouche de Mengara le 20 juin qu’il souhaite que la transition ne soit ni précipitée ni baclée. Il a proposé 6 mois à un an. Ce que Monsieur Nkoulou dit n’engage que Gabonews, sauf s’il y a des anguilles sous roche que même le BDP ne maîtrise pas. Mais le BDP est clair.

  8. Visiblement le BDP semble se tromper de cible. Votre adversaire c’est pas Pierre Mamboundou qui si j’en crois ce que je lis a été bien critiqué pendant votre conference de presse. Pensez vous que ce fait sérieux de dire que l’élection doit coute que coute être organisé dans les 45 jours? Où est le chronogramme que vous proposez? Mengara n’avait-il pas demandé lui même un report de 6 mois?

    Quand on veut être Chef d’Etat faut être à mesure de faire de proposition concrête comme l’a fait Pierre Mamboundou en proposant le chronogramme ci-après:

    En conséquence, le Conseil du Secrétariat Exécutif propose :

    A titre principal le chronogramme ci-après :

    Prenant le 30 juin 2009 comme date de référence pour le démarrage des activités liées à l’organisation de l’élection présidentielle en utilisant la biométrie.

    Révision de la liste électorale (commande du matériel, paramétrages, déploiement, formations, enrôlement, tests et impressions des listes électorales): 4 mois

    – Du 30 juin 2009 au 31 octobre 2009

    Mise en place des commissions locales : 45 jours avant la date du scrutin (art 11 de la loi 7/96 modifiée)

    Mise en place des commissions électorales locales :

    – le 20 octobre 2009

    Remise de la liste électorale à la CENAP : 30 jours avant la date du scrutin (art 14a de la loi 7/96 modifiée)

    – Si la liste électorale est remise à la CENAP le 05 novembre 2009, la date de l’élection pourrait être fixée au plus tard au dimanche 06 décembre 2009

    Date limite de dépôt des déclarations de candidature (art 59 de la loi 7/96 modifiée):

    – le lundi 02 novembre 2009 à 18 h 00.

    Publication de candidatures retenues : 30 jours avant la date du scrutin (art 59 de la loi 7/96 modifiée)

    Affichage et publication de candidatures :

    – le 04 novembre 2009

    Période de la campagne électorale (art 69 de la loi 7/96 modifiée)

    – Du vendredi 05 novembre 2009 à zéro heure au samedi 05 décembre 2009 à minuit si la campagne dure un mois.

    – Du dimanche 22 novembre 2009 à zéro heure au samedi 05 décembre 2009 à minuit si la campagne dure 15 jours.

    Convocation du collège électoral : 31 jours avant la date du scrutin (art. 74 de la loi 7/96 modifiée) :

    – le dimanche 06 décembre 2009

    A titre subsidiaire, le chronogramme suivant sans biométrie:

    En prenant toujours le 30 juin 2009 comme date de référence pour le démarrage des activités liées à l’organisation de l’élection présidentielle.

    Révision de la liste électorale : 45 jours (art. 37 al. 3 de la loi 7/96 modifiée)

    – Du 30 juin 2009 au 14 août 2009

    Révision de la liste électorale : 21 jours supplémentaires en période électorale (art. 44 de la loi 7/96 modifiée)

    – Du 14 août 2009 au 04 septembre 2009

    Mise en place des commissions locales : 45 jours avant la date du scrutin (art 11 de la loi 7/96 modifiée) :

    – le 10 septembre 2009

    Remise de la liste électorale à la CENAP : 30 jours avant la date du scrutin (art 14a de la loi 7/96 modifiée)

    – Si la liste électorale est remise à la CENAP le 19 septembre 2009, la date de l’élection pourrait être fixée au plus tard au dimanche 25 octobre 2009

    Date limite de dépôt des déclarations de candidature (art 59 de la loi 7/96 modifiée)

    – le vendredi 18 septembre 2009 à 18 h 00.

    Publication des candidatures retenues : 30 jours avant la date du scrutin (art 59 de la loi 7/96 modifiée)

    – Affichage et publication des candidatures : le 24 septembre 2009

    Période de la campagne électorale (art 69 de la loi 7/96 modifiée)

    – Du jeudi 24 septembre 2009 à zéro heure au samedi 24 octobre 2009 à minuit si la campagne dure un mois.

    – Du dimanche 11 octobre 2009 à zéro heure au samedi 24 octobre 2009 à minuit si la campagne dure 15 jours.

    Convocation du collège électoral : 31 jours avant la date du scrutin (art. 74 de la loi 7/96 modifiée) :

    – le dimanche 25 octobre 2009

    Comme on le constate à la lecture des propositions de chronogrammes ci-dessus, les délais de prorogation ne peuvent être ni théoriques ni la moyenne des différents délais proposés.

  9. N’ayons pas peur des élections dans 45jours.

    De même,dans l’histoire démocratique du gabon et de la +part des pays il ya rarement eu conciliation entre les intérêts du pouvoir et ceux de l’opposition.

    Le pouvoir se satisfait du trouble causé dans l’opposition et chez les naïfs par une telle perspective electorale.

  10. Réponse à monsieur Legabonais.

    Je pense que Pascal NKOULOU ne peut pas dire des bétises il ne dire que ce que son président Dr Mengara a dit lors de l’annonce de sa candidature à l’élection présidentielle anticipée au Gabon, lors d’une conférence à Paris le 20 juin. C’est plutôt les incompétents de gabonews autoproclamés journalistes qui racontent des bétises, avec la complicité de l’ex maitresse d’OBO je veux parler de Laure Ngondjout. Ne sais tu pas que, ses journalistes de Gabonews sont des anciens étudiants de l’ UOB qui n’ont pas pu avoir des diplômes et qui ont fui la fac car pas de niveau, et ayant des parents bien placés, ils ont été largué à Gabonews.Là bas c’est une bande d’incompétents avec juste des bacs rafistolés qui s’autoproclament journaliste.

    Abdallah

  11. NOUVELLE DENOMINATION DU MOUVEMENT

    A la place de BDP,la dénomination « GABON NOUVEAU » eût été,à mon avis,plus électrisante et conviviale par rapport à celle de MLN.

    Une appellation aussi conviviale n’annihile en rien la logique armée du BDP,pour la prise du pouvoir en cas de résistance des forces politiques actuelles au Gabon face à l’impérieuse nécessité de dynamiser à jamais la démocratie et le respect des droits humains au gabon.

  12. Hum, je crois que les choses serieuses commencent et les contradictions aussi. Premier essai, premier loupé… ça ne compte pas. Same player plays again.

  13. A ce que je sache, le BDP n’a pas encore décidé du nom qu’il va prendre. C’est quoi cette histoire de MLN?

    Secondo: le BDP soutient l’idée d’une transition de 6 mois à un an, comme l’a dit le Dr. Mengara lors de sa conférence de presse. La Coalition, à laquelle le BDP appartient, a aussi produit un document le 30 mai à Bruxelles qui recommandait une transition d’un an.

    Soit c’est Nkoulou qui se trompe dans ses déclarations ou trahit le BDP, soit c’est Gabonews avec sa Laura Ngondjout qui veulent manipuler l’opinion. C’est tout de même curieux que Gabonews qui n’a jamais parlé du BDP dans ses articles, en fasse tout d’un coup une publication qui ne réflète pas du tout ce que le BDP représente.

  14. Je suis intrigué par la déclaration de Pascal Nkoulou qui souhaite le respect des delais constitutionnels concernant ces éléctions anticipées. Il me semble opportun que cette élection cruciale qui marque une nouvelle ère pour le Gabon soit emprunte de plus de sérieux par une transparence et une liberté manifestes comparativement aux précedentes. Pense-t-il qu’il soit raisonnable de ne pas réviser la liste électorale et espérer une élection réellement crédible? Et si ces delais constitutionnels semblent convenables selon Mr Nkoulou, une proposition de chronogramme (conforme aux delais) de sa part pourra mieux nous édifier. Que le réalisme prime sur la précipitation! Notre pays est regardé sur la scène internationale et nous avons besoin de faire la fierté de notre continent en agissant avec sagesse.
    Gabon d’Abord!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions dans un camp militaire à Bata, le nombre des victimes est inconnu

Au moins quatre puissantes explosions ont fait "des victimes" dimanche dans un camp militaire et ses environs dans la capitale économique de Guinée équatoriale...

Troubles au Sénégal: le médiateur de la République appelle Macky Sall à «écouter la jeunesse»

Le climat est toujours très tendu au Sénégal, secoué depuis mercredi par des manifestations qui ont fait au moins 5 morts confirmés, avec le...

Birmanie: les manifestants déterminés, raid mortel contre l’opposition politique Publié le : 07/03/2021 – 19:41 Des manifestants pro-démocratie fuient les gaz lacrymogènes lancés...

En Birmanie, la répression ne faiblit pas contre les manifestants pro-démocratie. À nouveau dans la rue, ce dimanche, pour protester contre le coup d'État...

Gabon: Lambaréné, Fougamou et Mouila secoués par un tremblement de terre de magnitude 4,9

Ce samedi 6 mars 2021 un séisme de magnitude 4,9 s’est produit à 47 km au sud de Lambaréné, au Gabon, a rapporté le...

Émeutes au Sénégal : la contestation prend de l’ampleur, Sonko devant le juge lundi

Le Sénégal va au-devant de nouvelles journées à hauts risques à partir de lundi, un collectif formé après l’arrestation du principal opposant au pouvoir...

Quatre morts dans les pires émeutes depuis des années au Sénégal

Quatre personnes sont mortes vendredi dans des manifestations réclamant la libération de l'opposant Ousmane Sonko, à Dakar, au Sénégal. Les autorités sénégalaises ont promis de...

Suivez-nous!

1,734FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES