Le secrétaire général de l’Alliance démocratique et républicaine (ADERE), Didjob Divungi Di Ndinge, a été réinvesti dans ses fonctions de vice-président de la République gabonaise par décret du chef de l’Etat, Rose Francine Rogombé, le 27 juin dernier. Porté à ce poste par le défunt président Bongo Ondimba en 1997, il avait du démissionné au décès de ce dernier en vertu de l’article 14 de Constitution.

Dans le cadre de ses missions d’intérim à la tête de l’Etat, Rose Rogombé continue de préserver les équilibres hérités de son prédécesseur, dans l’attente du scrutin national qui permettra d’élire le nouveau président, et d’amorcer vraiment la nouvelle ère.

Après la reconduction presque intégrale du gouvernement le 19 juin dernier, c’était le tour du vice-président de retrouver son poste le 27 juin, sur décret du chef de l’Etat.

Le secrétaire général de l’Alliance démocratique et républicaine (ADERE), avait été nommé à poste par le président Bongo Ondimba en 1997.

Il avait dû démissionné suite au décès de celui-ci le 8 juin dernier, conformément aux dispositions de l’article 14 de la Constitution nationale qui stipule que «les fonctions de vice président de la République cessent (…) en cas de vacance de la Présidence de la République pour quelque cause que ce soit ou d’empêchement définitif du Président de la République».

Né le 5 mai 1946, Didjob Divungi Di Ndinge est le plus jeune frère de Pierre Claver Divungi, l’ancien maire de la capitale économique du pays, Port-Gentil.

Divungi Di Ndinge devint le secrétaire général de l’ADERE en 1993. Il était le candidat du parti pendant les élections présidentielles de décembre 1993 et annonça sa candidature le 12 octobre 1993, obtenant 2.2% des suffrages.

Nommé vice-président de la République en mai 1997, il agit en tant que député du président Bongo, mais il n’est pas le successeur constitutionnel à la présidence. Après la réélection d’Omar Bongo aux élections présidentielles de décembre 1998, il a démissionné selon les exigences de la Constitution, mais retrouva ses fonctions le 23 janvier 1999, après que Bongo fut réélu pour un nouveau mandat.

Ndinge fut aussi renommé vice-président par Bongo en janvier 2006, à la suite des élections présidentielles de décembre 2005.

1 COMMENTAIRE

  1. je suis convaincu, ke le gabonais a peur de connaitre la joie, le bien vivre et la vrai fierté de sa personne, kan je pence kil y a des intellectuels de gauche ki oze encore parler d’avancement avec des BONGOISTES o pouvoir, haaa pitié BONGO est parti, kan à toi ROSE et ta bande, priere ke vous restiez eternel, car je vous assure souvenez vous de BOKASSA et les siens.

  2. je pensais q’avec la mort de bongo les choses allait changer! surtout avec la désignation constitutionnelle au pouvoir d’une femme quelle dommage! ah! javais oublier quelle est du partis Gabonais de la DEMONCRATIE donc ne nous étonnons pas qu’elle reconduise la meme Galaxie de ses frères Démons qi pourrissent le pays dpuis 42ans.

    cet appareil politique qui fut créer par le feu Bongo ne sert que les antités démoniaques et sataniques du monde des ténèbres dont ils sont tous exclaves. je demande aux chrétiens ayants la foie de mener un combât, une croisade contre les suppos de satan qui gèrent notre pays et l’appauvrit afin de les jeter tous hors de la gestion de notre pays .

  3. Franchement quel est role d un vice president dans notre petit pays
    sans compter le nombre de ministre que nous avons
    je crois que le nouveau president devrait mettre l accent sur cette question je vous remerci

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here