La présidente de la République Gabonaise par intérim, Chef de l’Etat, Rose Francine Rogombé, invitée ce jeudi matin de Radio France Internationale (RFI), n’a pas exclu la présence des candidatures « indépendantes » au sein du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) lors de la présidentielle à venir.

Répondant à RFI depuis la ville de Syrte, en Libye, où elle prend part depuis mardi au 13ème sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine (UA), Madame Rogombé a déclaré que « tout le monde pourra se présenter, il y aura plusieurs candidats, peut être des indépendants au sein du PDG ».

« Il y aura peut-être des primaires. Il n’y a pas de candidat naturel au PDG. Le président Bongo est parti, il ne nous a rien dit. Il serait bien difficile qu’il y ait un consensus au sein du Parti Démocratique Gabonais », a reconnu Rose Francine Rogombé, chargée constitutionnellement de conduire la transition jusqu’à l’organisation de l’élection présidentielle à la suite du décès le 8 juin dernier d’Omar Bongo Ondimba.

Le professeur Daniel Ona Ondo, actuel Vice-président de l’Assemblée Nationale, ancien ministre, cadre du PDG, avait, la semaine dernière annoncé la couleur à travers sa candidature à la candidature du parti à l’élection présidentielle.

Pendant ce temps, des associations, à travers le pays, appellent depuis quelques jours, à une candidature à la présidentielle d’Ali Bongo Ondimba, la cinquantaine, l’un des vice-présidents du PDG, par ailleurs, ministre de la Défense, fils du défunt président Omar Bongo Ondimba .

« HAUTE IMPORTANCE »

De son côté, Jean Eyéghé Ndong, autre vice-président de la première formation de la majorité parlementaire, qui ne s’est pas encore prononcé clairement, invite les membres du Bureau politique du PDG à une réunion de la « plus haute importance » ce jeudi en fin d’après-midi à Libreville.

L’un de ses prédécesseurs à la tête du gouvernement, Casimir Oyé Mba, actuel ministre des Mines et du Pétrole, à défaut de dévoiler ses réelles intentions immédiates, entretient le suspens.

Côté préparatif, comme prévu le chronogramme du scrutin présidentiel a été proposé mercredi par le Ministère de l’Intérieur aux partis politiques de la majorité et de l’opposition.

Prenant effet du 4 au 28 juillet, il porte sur l’inscription des candidats, le traitement des données, les réclamations et la remise de la liste électorale à la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente(CENAP).

Avant de se rendre à Syrte pour le sommet de l’UA où les dirigeants présents ont rendu hommage à Omar Bongo Ondimba pour ses actions en faveur de la paix et stabilité, le chef de l’Etat, Rose Francine a bouclé lundi, au Palais présidentiel, ses entretiens avec les responsables des Institutions constitutionnelles (Sénat, Assemblée Nationale, Cour Constitutionnelle, Conseil d’Etat, Cour des Comptes, Conseil National de la Communication, Conseil Economique et Social) dans le cadre de la poursuite de la concertation avec les forces vives de la Nation en vue de l’élection présidentielle anticipée que l’ensemble des acteurs souhaitent « transparente ».

1 COMMENTAIRE

  1. c’est un parti qui a des problemes le pdg on doit abolir ce parti car le pdg a fini de jouer son temp l’heure est venue au chagement et moi je prefere vous dire que le gabon a besoin d’etre formaté comme une machine avoir des nouveaux dirigeants car DR Mengara c’est mon choix

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here