spot_imgspot_img

Gabon : L'opposition fait bloc derrière Mamboundou

Le président de l’Union pour la nouvelle République (UPNR), Maître Louis Gaston Mayila, a convoqué le 17 juillet dernier le 2e Congrès extraordinaire du parti pour annoncer le ralliement des suffrages de l’UPNR au candidat de l’Alliance pour le changement et la restauration, le «bloc de l’opposition». Plusieurs partis envisageraient de s’unir derrière un candidat unique de l’opposition, une place qui se dessine sur mesure pour le leader de l’UPG, Pierre Mamboundou, le seul de cette alliance a avoir déjà annoncé sa candidature à l’élection présidentielle.

Alors que le PDG est confronté à la démission de certains membres de premier plan, l’opposition mobilise ses troupes et tisse ses alliances pour espérer s’offrir le maximum des suffrages à l’élection présidentielle du 30 août prochain.

A l’occasion du 2e Congrès extraordinaire de l’Union pour la nouvelle République (UPNR), le président du parti, Maître Louis Gaston Mayila, a appelé au vote massif du candidat de l’Alliance pour le changement et la restauration qui doit cristalliser une vingtaine de partis dans un «bloc de l’opposition».

Maître Louis Gaston Mayila, avocat de formation, avait claqué en 2007, la porte du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) qu’il avait pourtant rejoint tambours battant en 2003, alors qu’il était vice-Premier ministre en charge des Affaires sociales et vice-président du PDG.

Face aux enjeux de ce scrutin, qui représente pour l’opposition une réelle opportunité d’imposer l’alternance politique, Pierre Mamboundou avait appelé des leaders de la majorité et de l’opposition à former derrière lui une coalition qui leur permettrait de disposer d’un poids suffisant pour faire face à la machine électorale du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), victorieux de toutes les élections depuis plus de 40 ans.

A cet effet, il avait notamment interpellé l’Union pour la nouvelle République (UPNR), de Maître Louis Gaston Mayila ; l’Alliance démocratique République (ADERE), du Vice-président de la République Didjob Divungui Di Dingue, ou encore Mboumb King et Mouang Mabick, deux leaders de l’opposition à la tête de petits partis.

Aux assises de l’UPNR du 17 juillet dernier, tous ces leaders étaient présents, ainsi que Me Séraphin Ndaot Rembogo de l’Alliance nationale des Bâtisseurs (ANB) ; Jean Pierre Ndong de la Cause Commune pour le Développement du Gabon (CCDG) ou encore Pierre André Kombila Koumbe du Rassemblement National des Bûcherons (RNB).

La veille, le Forum africain pour la reconstruction (FAR) et le Mouvement d’émancipation socialiste du peuple (MESP), organisaient une conférence de presse conjointe pour annoncer leur ralliement au candidat unique de l’opposition.

«Nous avons déjà arrêté les critères de l’unique candidat. Nous tiendrons compte de l’implantation sur le terrain, de la popularité des candidats, de la moralité, du sens de la Nation, de la patrie, de l’unité nationale des candidats. Les tribalistes, les régionalistes, les ethnistes, on les radiés», avait lancé le président du FAR, Léon Mbou Yembi.

Selon des sources dignes de foi, le candidat de l’UPG, Pierre Mamboundou, seul leader politique de l’Alliance a avoir annoncé sa candidature, pourrait être le candidat de cette coalition. Pour l’instant, l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD) de Zacharie Myboto ne s’est pas encore prononcé depuis l’appel à la désignation d’un candidat unique de l’opposition.

Exprimez-vous!

  1. Je suis heureux de te lire, Jean Felix. Dis moi encore que ce que tu fais (en te lisant) n’est pas une fixation en l’endroit du compatriote Dr MENGARA?
    Jean Felix, le Seigneur n’a pas voulu que OBO fete ces 91 ans comme l’a fait Nelson MANDELA, t’imagine, 18 ans en plus de ce qu’on a deja vecu! non Dieu a preferé mettre fin à cela et a remis le destin de la nation gabonaise entre les mains du peuples, bien evidemment avec toutes ses composantes (voleurs, tricheurs, escrocs, assoifés de pouvoir, honnetes gens, rigoureux, sage…) gerons bien ce destin.
    Ton souhait est toujours realisable; MENGARA peut etre premier ministre et là je suis d’accord, mais je ne pense pas qu’en se presentant à cette election il atteigne 5%.
    Deja il ne sera pas retenu comme candidat à la presidentielle, les textes le disent, quelle sera sa reaction? lui qui tient tant au respect de la loi…
    tu demandes à ce que tous ceux qui ont ne serait-ce que flirté avec Bongo soient exclus, je suis d’accord avec toi, MENGARA elu, avec qui fera-t-il la prochaine société gabonaise? nous ne sommes que 1,5 millions et là, j’abuse en effectif. donc je pense qu’il y aura toujours peu importe l’emdroit, un trace du systeme Bongo.
    tu vois, les enseignants qui font greve pour des meilleurs conditions de vie? plusieurs d’entre eux ont de bon salaire mais ne font pas leur boulot, tous aspirent à avoir une place au ministere, c’est ça l’enseignant gabonais. Christian Bitougha est le prototype meme. je ne suis pas contre leur greve mais qu’ils fassent bien leur boulot avant de reclamer des avantages, des primes. l’argent a été au centre de leur greve, personne n’a dit que les effectifs etaient pletoriques dans les salles de classe, qu’il arrive des fois que la craie manque, qu’il y a des etablissements au gabon qui , jusqu’en troisieme ne font pas mathematiques, que des ecoles n’ont pas de toiture, la liste est longue.
    Bref, Jean Felix l’opposition doit s’unir pour, ne fusse que donner au peuple une constitution normale et surtout changé les moeurs (meritocratie, loyauté, dignité…)
    Ce que MAMBOUNDOU et al. on fait est encourageable mais n’est pas à la hauteur des attentes de la population. l’opposition! je ne pense pas que se soit les 5 partis qui soutiennent l’UPG, il y en d’autres, dont celui de MENGARA. 2016 MENGARA est Président.
    n’effritons les chances des « forces du changements », uni le peuple vaincra…

  2. chèrs frères,

    l’heure de la victoire a sonné, le moment de la vérité. Pour une meilleur continuté pensons à nos enfants et au lendemain. Je ne serai pas entrain de critiquer ou de condamner l’ancien régime,pour moi nous avons tous partciper a ce malheur. Mais le Dieu créateur, dans son amour infini a jeté un regard favorable, et à ecouter les lamentations et les cris d’un pays qu’il avait crée avec tant d’amour.
    L’ on ne peut voter que celui que l’on connait ses origines, sa ville natale, et celui qui se bat pour la nation, et non pour enrichir les pays voisins. choississons l’homme, le fils vrai du pays je cite MAMBOUNDOU POUR UN GABON MEILLEUR; vous savez je n’avais jamais voté, mais je pris la decision de voter pour disqualifié Ali Ben, nous ne pouvons pas avoir un président mourant, lorsque nous le voyons, nous avons l’impression que nous avons affaires à un mort. « QUE DIEU LE CREATEUR DE L’UNIVERS et ses anges campent autour de toi M. le Président de la Republique Gobonaise.

  3. J’étais présent, ce 19 juillet 2009 au Gymnase d’Oloumi, et il faut avouer que le spectacle était magnifique et même poignant. De voir ensemble des personnalités aussi fortes et aux antipodes les unes des autres que MAMBOUNDOU, MAYILA, KOMBILA KOUMBA, NDAOT REMBOGO, et MBUMB KING, donnait vraiment chaud au cœur !

    Mais il est navrant que cette démarche unitaire n’ait pas attiré plus d’opposants, réels ou même circonstanciels (comme Mayila), parce que c’est la seule et unique voie pour barrer la route au PDG et à son héritier du Trône, Ali BONGO.
    En effet, comment comprendre que le FAR, le MESP, les MORENA, le CDJ, le PGP (qui n’est plus, grâce à l’action conjuguée des MOUITY NZAMBA, PING et ESSONGUE, que l’ombre fantomatique, sans le moindre élu, du Parti créé par RENDJAMBE, AGONDJO OKAWE, NANG BEKALE !), puissent rester en marge de la triste réalité, celle de la nécessaire unicité de candidature de l’opposition, face au rouleau compresseur du PDG, avec son argent volé au peuple gabonais et son arsenal de tricherie électorale ? Peut-être ont-ils gardé en mémoire les trahisons répétées de MBA ABESSOLE et autres, à l’encontre du FUAPO, du HCR, etc… Mais la situation actuelle commande aux vrais patriotes de retenter l’expérience de l’unité.

    MAMBOUNDOU, a été choisi par ses pairs pour être le candidat unique à l’élection présidentielle du 30 août 2009, mais il convient de rendre à César ce qui lui revient, et rendre un hommage appuyé à Maître Séraphin NDAOT REMBOGO. En effet, c’est cet homme qui a lancé depuis Port-Gentil et le 20 juin, un appel à l’unité de l’opposition et à toutes les autres bonnes volontés, et il est allé le réitérer à Libreville le jeudi 25. Mieux même, après avoir été investi Candidat de son mouvement, l’ Alliance Nationale des Bâtisseurs (ANB), par toutes les couches de Port-Gentil, lors d’un Congrès extraordinaire tenu le jeudi 23 juillet, il s’est publiquement désisté en faveur de MAMBOUNDOU , au Gymnase d’Oloumi. Il est rare qu’un présidentiable de cette envergure, puisse transcender son être, au profit d’un autre, quand on sait q’au Gabon, tout le monde veut être Chef ! Cela méritait d’être souligné…

    MAMBOUNDOU, est, malgré ses récentes amitiés sulfureuses avec Bongo, le moins mauvais des candidats, même s’il y avait sans doute mieux… En tout cas, il ne pourra jamais faire aussi mal que Bongo, car il dispose d’un rare arsenal intellectuel, culturel, politique et d’une engeance notable, toutes qualités dont l’autre était presque totalement dépourvu !

    Puisse Dieu donner à MAMBOUNDOU suffisamment d’humilité, pour ne pas trahir la Charte signée ce 19 juillet à Libreville, et qu’il protège le Gabon !

    NOTYE M.

  4. Ce n’est pas parceque l’on ne veut pas d’Ali Bongo qu’il faut manquer en même temps d’objectivité: MAMBOUNDOU nous a montré son vrai visage politique avant la mort de Bongo en defendant fermement Bongo dans l’affaire des BMA. C’était une insulte claire et nette envers tous les Gabonais qui ont souffert du Bongoïsme. Un bon homme politique doit savoir rester fidèle à ses convictions, et ne doit jamais rentrer dans le jeu du diable pour satisfaire ses intérêts. Le peuple Gabonais a beaucoup souffert du Régime Bongo et est très vulnérable aujourd’hui. Les opposants sont tous pourris, sauf bien sûr le Dr. MENGARA qui n’a jamais accepté de compromis avec le Régime Bongo; la seule chose qui reste à MENGARA c’est de proposer aux Gabonais un programme réaliste.
    C’est vrai que pour asseoir la démocratie dans notre pays il faut d’abord faire disparaître le Bongoïsme en faisant bloc autour d’un Leader politique d’opposition. Et moi j’aurais aimé que MAMBOUNDOU et les autres se mettent derrière MENGARA. Cela aurait pu montrer au peuple Gabonais l’humilité et la grandeur d’esprit de MAMBOUNDOU. Les Gabonais pourraient facilement oublier l’épisode crapuleux de MAMBOUNDOU chez le dictateur Bongo et lui auraient accrdé à nouveau le statut de véritable opposant et patriote qu’il a un peu perdu depuis quelques années.Sa vistoire pour la présidentielle 2012 serait naturellement assuré pour perpetrer une véritable démocratie dans notre pays avec pour premier ministre le dr MENGARA. Pour le moment les Gabonais veulent voir un visage neuf.Un homme d’une autre génération, avec une vision plus réaliste du progrès dans notre pays.

    J’espère qu’il n’est pas trop tard pour trouver un véritable consensus entre MENGARA et MAMBOUNDOU.

    Que Dieu bénisse le Gabon

  5. La fascination du poste de president comme un potentiel statut de « Führer » ( le combat pour le renforcement des autres piliers du pouvoir ayant ici été oublié à l Assemblée,où elle aurait du etre le challenge des tenors des années 90 ), vous obstrue elle la vue et le jugement à propos d une agreggation à caractere ethnique d individus qui en voulant acceder à la majustrature supreme au sein d une region victime de l histoire et du patchwork de BERLIN (1850 ) se voudraient de fait etre defendeur et garant de l unite nationale ?.Ou dois- je comprendre que la faim justifiant les moyenson, on peut ouvrir la boite de Pandore et s amuser a exacerber la notion d  » identite gabonaise » ( artifice d une histoire commune suscitée par les portugais sous le nom de GABAO ), en erigeant en structure du parti se desirant dominant , une stucture purement ethnique qui legitimerait des etats ethniques dans l etat, et du fait des limites ortophoniques ou des differences de facies parfois visibles , une futur etat excluant, austracisant, voir meme discriminant positivement tout comme negativement.

    Pour une pettite relecture de l histoire, la derive du multipartisme et la tendance du groupe majoritaire assumant à vouloir sevir á tort ou à raison ( 1964) a conduit derriere un homme jeune , d une ethnie minoritaire face à des vieux loups de la politique, à l instauration d une concorde et au regroupement au sein d un parti qui fut le seuil de ralliement de la nation et la case à palabre à tout le monde, meme si aujourd´hui une ou deux contradictions existent , ce qui est normal là où l immobilisme et la pensée unique ne prévalent plus.

    D aucun se souvenant des annees glorieuses où tous ont acclamé cette vision qui ne suivait pas la logique du pouvoir sur les autres mais du partage avec tous( d ou la pseudo federation ou geopolitique instituée ), ont milité et militent encore dans la maison qui aura rassembler tous ces ruraux en exode vers la capitale où l état ,gérant de la seule et unique source de richesse dans ce jeune état, aura consacré le bien commun à ériger la capitale commune .

    Cette metropole libreville ( pour ne parler que de « notre lbv » )où bcq jurerait n avoir jamais vu un investissement quelconque au gabon , et ou pour liguer les uns contre les autres ,ces « hommes valables de demain » ne rechignent à laisser soupsconner dans d autres regions des « cites d ors ».

    La jeunesse forte prends le relais au sein du parti nation, face à une ancienne caste de politiciens pour lesquels l engagement pour son pays ne passe que par l executif supreme ,d où leur absence sur le terrain non-gouvernemental, carritatif, economique, ou la non existence de realisation social dans le cadre des fonctions qu ont conscenti les gabonais à bien vouloir leur assigner.Avec le verbe et la critique d autrui aisée ,ils esperent nous ammener à nous reconnaitre dans des archetypes d une appartenance ethnique, vu que nous ne representons pour eux que des valeurs d un calcul et non des « freres ou pensées clairvoyantes », le siecle des lumieres etant avec eux , encore bien loin de nous.

    Et pour ne pas parler la langue de bois aux adeptes du « FANG/POUNOU/NZEBI/TEKE/MYENE/… de toutes les nations unissez vous contre MYENE+FANG+POUNOU+TEKE+NZEBI+PUVI+x » , je dis :

    « Qu à surligner et limer les clivages au grand jour comme vous le faites, si jamais l executif vous etait acquis par de tels machiavelismes, tous ceux qui voudraient demain redevenir avant tout des gabonais ,pourraient se reveiller suite a l ivresse du progamme politique « TOUT SAUF UN X OU UN PARTI QUI REGROUPE TOUT LE MONDE » ,avec une sacrée gueule de bois. Et que de l energie il nous en faudra non pour aller de l avant mais pour rebatir une confiance bradée entre les groupes qui enrichissent le patrimoine de cette nation, au non d un e logique de nihilisme absolu (des actes de l´autre et par la suite de l´autre) pour « la » couronne « .

    Ainsi donc pour terminer mon propos :  » xy de tout de bords la realisation de vos aspirations et de vos attentes doit se vouloir etre regler en famille ( assemblee), car s est là qu est le consensus, c est là où le contrat établi entre les ethnies du gabon recoit l assentiment d une majorité et pas forcement l unanimité, …on peut se facher dans une famille , se dire des verites ( 1990) mais on ne pratique pas des regroupements ( 2009) visant à dresseer les enfants en quete de reperes les uns contre les autres. Car au final le grand perdant c est celui qui se veut etre « gabonais », une nationalité qui existe depuis 1960, qui du fait de sa jeunesse se veut etre moderne, comme dans tous les etats modernes , tout comme il y a des gabonais ou des kennyans à la citoyenneté americaine ou plutot des americains à la citoyenneté gabonnaise ou kennyane . »

    a bon entendeur salut !

  6. PIERRE MAMBOUNDOU QUE LA FORCE SOIT AVEC TOI DEBARRASSE NOUS DES CES PILLEURS TOUS TOUS TOUS ET SI ILS TRICHENT ON SERA TOUS DERRIERE TOI ET ON METTRA FIN A CE SYSTEME PAR LA FORCE!!!!!!!!!!!!!!

  7. TYPOS:

    « Car il NE serait POINT RAISONNABLE – a un moment aussi crucial de notre histoire/avenir de notre pays – de nous servir encore une petite “gueguerre” entre les deux blocs pour des raisons de VELLEITES politiques personelles.

  8. Il serait alors plus judicieux (et STRATEGIQUE) de former un BLOC UNIQUE entre « l’Alliance pour le changement et la restauration » (interne) et la « Coalition du Refus » (externe). Car il serait – a un moment aussi crucial de notre histoire/avenir de notre pays – de nos servir encore une « gueguerre » entre les deux blocs pour des raisons de VELLEITES politiques personelles.

    N’avez-vous point tous – O grands « Manitous » de notre si « chere » opposition (reelle) – le meme objectif: l’IRRADIATION de 41 annees de « Bongoisme » et l’avenement de la Democratie (REELLE) dans notre pays et des Droits de l’Homme et du citoyen, pour le salut et l’interet national de notre O si chere nation, O combien CHERE a VOUS/NOUS tous ?

    Pour (re)debattre sur ce sujet et la these d’un candidat UNIQUE de l’opposition, je reposte ici cette intervention de ma part, faite il ya quelque temps de cela.

    —————————————————————–
    Nous savons TOUS que les elections SERONT TRUQUEES. C’est un FAIT. Nous savons tous que des pseudo-elections a UN TOUR pour une PLETHORE de candidats est une ABERRATION (!). Vu le CONSTAT que, depuis le 10 juni 2009 – interim de Rose Francine Rogombe – la soi-disante « opposition politique » (reelle ou de « distraction ») gabonaise n’a PAS POSE D’ACTE(s) DE TAILLE faisant comprendre au pouvoir en place et a tous les partisans du « Bongoisme » qu’ils sont prets: POLITIQUEMENT, STRATEGIQUEMENT, FINANCIEREMENT (pour la logistique, les deplacements, l’organisation de la campagne etc.), IDEOLOGIQUEMENT etc. vu cet etat REEL de la situation actuelle, qu’est-ce qui peut encore – STRATEGIQUEMENT – nous DELIVRER de la MASCARADE en place qui se joue depuis le 10 juin 2009 ?

    La REVOLUTION ? La STRATEGIE « REALISTE et PRAGMATIQUE » POLITIQUE ? Le temps ne joue – malheuresement – pas vraiment en notre faveur.

    LA REVOLUTION

    Pour une revolution, il faut des MENEURS, une ORGANISATION, une LOGISTIQUE, des HOMMES/CHEFS DE FIL de T-A-I-L-L-E. « l’opposition politique » gabonaise R-E-E-L-L-E (c’est a dire ne servant point de PANTINS/POUPEES/FIGURANTS a la cause et perpetuite du « Bongoisme ») a t-elle – comme on le dit si bien – les « moyens de sa politique » ?

    Avant de se lancer « aveuglement » en commandos « Kamikazes » pour la cause d’un Gabon meilleur, le peuple a besoin de CONFIANCE et d’ASSURANCE que ses MENEURS maitrisent vraiment leur « Art ». Sans cela, beaucoup de Gabonais ne sont pas – je pense – prets a voir se repeter le DEJA-VU des annees 90 – avec un certain « Paul » (pour les intimes) fils de Abessolo – un soi-disant « pretre » (pitre) JOUFFLU et d’EMBONPOINT ENCORE (!) virulent aux velleites de politicard (en herbe) ne comprenant point que son temps est BEL ET BIEN REVOLU – apres son PACTE avec le diable – ce petit minus « nain » NEGRE qui voulut s’elever au rang de « Chevalier du Soleil » ou « Zeus » – dieu des (z)eros.

    Temps REVOLU, car « le temps a de le memoire » et le peuple n’OUBLIE PAS ! Apres l’adulation prend place l’ABERRATION, la DECAPITATION du grand homme politique que celui-ci (« pere Mba ») fut.

    Depuis le 10 juin, le peuple attend et continue toujours d’attendre. Attends ses politiques, attends ses MENEURS. Que font nos O si grands DELIVREURS d’un peuple las et essouffle, pendant que les « autres » organisent des pseudo-primaires, prennent TOUT leur temps pour « RAFISTOLER » la « GRANDE MAGOUILLE » en vadrouille (DU SIECLE) pour la perpetuite de leur « clan des pontes » « pontifies » et leur GANGRAINE VILE et SANS MORAL, sans coeur, sans emoi, APATHIQUE dans l’entrevue a l’AVATAR d’une guerre (civile) imminente ?

    Nous avons l’impression que nos politiques sont en ce moment comme FOUDROYES d’une HYPNOSE, d’une PARALYSIE d’ACTION remplies d’INEPTIES incomprehensibles alors que « l’affaire est (tres) grave » (cf. « Saga Africa »).

    LA STRATEGIE « REALISTE et PRAGMATIQUE » POLITIQUE

    Dans ce contexte – de FRAUDE (meme pas DESAVOUEE !) – ou le pouvoir en place est epris d’une ASSURANCE HEROIQUE INOUIE (!) d’une VICTOIRE incontestee incontestable aux « elections » presidentielles anticipees prochaines, ne serait-il pas plus REALISTE et PRAGMATIQUE (car nous ne pouvons empecher ou arreter la FRAUDE ORGANISEE (!)) de s’UNIR en enterrant les VELLEITES POLITIQUES de tout un chacun et former un BLOC ?

    Un bloc qui prendrait alors le ROLE de MENEUR, derriere lequel le peuple serait pret de s’aligner et se lancer en commandos « kamikazes ». Un tel bloc ne peut prendre place sans la participation de membres politiques (de l’opposition REELLE) sur place, connaissant pour ainsi dire – on ne peut mieux – le systeme depuis « l’interieur ».

    Le reve de devenir un jour « presida » de notre O si chere « OPPOSITION » (reelle) est-il plus fort que celui – REALISTE et PRAGMATIQUE – de voir (en s’UNISSANT) UNE ALTERNANCE POLITIQUE mettant alors fin a 41 annees de regne une fixant la premiere pierre pour un terrain bien meilleur aux elections presidentielles qui suivront (apres l’echeance actuelle), ou chacun pourra alors faire parler son reve de « presida » se pliant au jeu et aux REGLES INCONTESTABLES et avalises democratiques.
    —————————————————————–

    Da zhaohu,

    Wànshìtong

  9. ELECTION A MARSEILLE

    What’s up à tous, je viens ici dénoncer les pratiques des pédégistes. Avant même la mise en place des commissions de révisions des liste électorales, un petit groupe de personne constitués de :
    *Alain Essone
    *Aubin Igoué
    *Leatitia Ibrahim
    *Lévi Bounda
    *Ndong Nkoulou Bruno
    sont passé contacter des gabonais en leur demandant des noms, prétextant que c’est pour les inscriptions sur les listes électorales. Leurs objectifs cè bien de faire voté les gens en double au niveau de paris. C’est à dire que physiquement, ils voteront ici à marseille, mais d’autres gens voteront pour eux par procuration à paris. J’en appelle à la vigilance de tout un chacun, car nous ne voulons plus de ce genre de pratique, et surtout quand on sait les envies malsaines de ce groupe de personnes. Ci ces genres de pratiques ce produisent ailleurs, n’hésiter à dénoncer, sinon l’élection sera totalement trichées. On à appris qu’ils auraient reçu une somme de trois milles euros (3000 euro) chacun pour mener à bien cette mascarade. Mais connaissant bien ces individus au passé douteux, ils n’ont rien dit à personne.
    Alain Essone, personnage ambigu, on ne sait pas comment il est arrivé en France, il prétend avoir fait des études en droit, mais hélas, aucun diplôme à l’horizon. Il passe sont temps à végété par ci par là, en ammassant un tas de petit boulot. C’est sûr qu’il doit dire à ses parents au bled qu’il est directeur général quelque part. Alors pour une minable manne de trois mille euros que ne feras t-il pas.
    Aubin Igoué, personnage oppurtuniste, il ne rate pas une occasion pour se remplir la panse. Avec un sourire narquoi, très trompeur, c’est un véritable vilipendeur. Il ment en souriant. Une telle occasion, il ne pouvait que sauter dessus. Veilleur de nuit à ces temps perdu, on ne sait même pas ce qu’il fait véritablement dans marseille.
    Leatitia Ibrahim, une pute qui ne dit pas son nom. A son actif, elle à visiter plus d’une centaine de lit des gabonais et camerounais, de paris à marseille, elle n’hésite pas à changer de mec comme son string. C’est la personnification de la bordelérie en France. c’est clair que quand ça galère, on ne pouras pas cracher sur une somme de trois mille euros. Elle utilise ses charmes pour arriver à ses fins.
    Levi Bounda, véritable escroc en ces heures perdu, c’est le plus malin d’eux tous. C’est le cerveau diabolique, la machine à penser. Normale, il passe son temps avec les reubeux, c’est un bon élève. Les rouages de la triche, il connait. Ce n’est que de la pure pratique de ce que ses maitres lui apprenne. Il jouit d’une ruse sans faille.
    Ndong Bruno, villipendeur, mais discret, c’est l’homme de l’ombre. c’est lui qui à permis de mettre le réseau en marche. Il est coordonateur, comme on dit chez nous, il gère, mais en douce. C’est dommage car on les voit venir Masreille 100%.
    Si un candidat dois gagner des élections, il doit le faire dans la loyauté, et non avec ces genres de pratique basse. Soyez vigilant cher(e)s amies.
    Faite circuler.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,865FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES