spot_imgspot_img

Gabon : après Bongo, Bongo

Le Parti démocratique gabonais joue la continuité. Après le candidat naturel, place au fils du candidat naturel. Ali succède donc à Omar. Le PDG se présentera néanmoins dispersé au scrutin du 30 août prochain.

Le scénario pressenti au décès du président El hadj Omar Bongo Ondimba est en train de se dérouler sans surprise. C’est le fils Ali Ben, taillé sur mesure pour la succession, qui a été effectivement investi comme candidat du Parti démocratique gabonais parmi dix prétendants. Et comme on s’y attendait, il ne sera pas le seul issu du parti au pouvoir.

L’ancien Premier ministre, Jean Eyeghe Ndong, n’a pas attendu l’investiture de dimanche dernier pour déclarer sa candidature. Mercredi, dès que le Parti avait annoncé que « le bureau politique, après avoir pris connaissance du compte rendu des travaux du comité permanent du bureau politique, élargi au Comité de concertation, sur l’examen des candidatures, a décidé par un large consensus d’investir le camarade Ali Bongo Ondimba, comme candidat du PDG à l’élection présidentielle de 2009 », il avait contesté la décision, estimant que le choix du parti n’a pas respecté la procédure arrêtée. Il s’est déclaré candidat sans étiquette. Deuxième candidature issue des rangs du PDG, celle de l’ancien ministre de l’Intérieur, André Mba Obame. Il avait été remplacé au poste stratégique de l’Intérieur à l’occasion du premier remaniement opéré par la présidente par intérim, Rose Francine Rogombe, sans qu’on sache si c’est parce que le parti, le soupçonnant d’ambitions présidentielles, voulait le priver de l’administration organisatrice du scrutin ou comme gage donné à la société civile, hostile à son égard. La première hypothèse est plus vraisemblable car le PDG est trop préoccupé par la succession pour faire des concessions à la société civile.

Pour l’heure, la présidentielle mettrait en lice au moins douze candidats. Trois du parti au pouvoir, six indépendants, Bruno Ben Moubamba, des Acteurs libres de la société civile, Jean Ntoutoume-Ngoua, ancien président du patronat Pme/Pmi, Victoire Lasseni Duboze, ancienne présidente de l’Union des femmes du Parti démocratique gabonais (UFPDG), Anna Claudine Ayo Assayi, responsable d’une église de réveil et deux pasteurs, Ernest Tomo et Bruno Ngoussi.

Enfin deux de la majorité présidentielle, Paul Mba Abessolo du Rassemblement pour le Gabon (RPG) et Pierre Claver Maganga Moussavou du Parti social démocrate. Deux partis de la majorité présidentielle, le père Paul Mba Abessolo du Rassemblement pour le Gabon (RPG) et Pierre Claver Maganga Moussavou du Parti Social Démocrate (PSD) qui ont déjà également investi leur leader dans la conquête du fauteuil présidentiel.

Enfin, du camp de l’opposition, celui qui passe pour en être le chef, Pierre Mamboundou, de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2005 face à Omar Bongo Ondimba, a déjà annoncé ses intentions.

Apres avoir évité la déchirure familiale qu’aurait constituée la candidature de l’époux de Pascaline Bongo, Paul Toungui, le régime n’a pas su éviter l’affrontement fratricide. Ce n’est pas sans danger dans une élection à un seul tour où la dispersion des forces est toujours un handicap. Consolation pour Ali, ses opposants, de l’intérieur comme de l’extérieur du parti, ne semblent pas non plus en mesure de faire front commun.

Le maintien du système électoral, taillé sur mesure pour garantir, autant que possible, un minimum de crédibilité au scrutin, est aussi un atout pour le candidat du PDG. Néanmoins, le changement est déjà là. L’élection n’est pas autant jouée d’avance que du temps du père.

Exprimez-vous!

  1. « L’élection n’est pas autant jouée d’avance que du temps du père… »
    Toute la philosophie du basculement qui est en train de s’opérer au Gabon se trouve là. Ali Bongo détient les arcanes du pouvoir, les clés du sytème liberticide existant, et a priori toutes les cartes en main pour sortir vainqueur de la lutte pour l’accession au pouvoir, mais il se trouve désormais face à ceux qui ont baigné dans cet environnement bien avant lui et encore plus longtemps que lui.
    Il nous faut rester optimistes ant aux chances d’une alternance qui devrait se matérialiser par l’éviction de Bongo fils en l’empêchant de réaliser ses ignobles desseins, et ce bien que le prochain locataire du palais du bord de mer fusse un ex-PDG…
    Keep the faith !

  2. Casimir Oyé Mba. Voici LA Candidature que personnellement j’attendais.
    Oyé Mba reste un vrai technocrate. Un Homme valable.
    Le juger sur le seul critère qu’il ait travaillé avec Bongo ne serait pas complet si l’on n’intègre pas le fait que c’est pour tenter de relancer le pays que ce compatriote a été appelé (sans l’avoir nécessairement demandé) à la tête du premier gouvernement démocratique du pays. Et depuis, l’employé a simplement voulu conserver un emploi rémunéré… et ce malgré les critiques faites au système qu’il servait.
    Je pense que le Docteur MENGARA, au cas où sa candidature viendrait à être rejetée pour cause de n’avoir pas séjourné durant les 6 derniers mois au Gabon, devrait se rallier à OYE MBA. D’ici 7 ans, au cours desquelles il en profitera pour s’exercer à la fonction, il pourrait être un dauphin crédible, pour lequel la prochaine élection ne serait alors qu’une simple formalité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,865FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES