spot_imgspot_img

France : Adélaïde Mbazoghe Renaud maire de Cramchaban

Adélaïde Mbazoghe Renaud, gabonaise d’origine, a été portée depuis maintenant près d’un an à la tête du Conseil municipal de la petite commune de Cramchaban, dans le Sud-Ouest de la France. Ancienne employée de Total Gabon, elle s’était discrètement investie dans la gestion de la commune, avant d’être portée maire par les conseillers municipaux suite à la démission de l’édile en place en octobre 2008.

La petite commune de Cramchaban, dans les Charentes Maritimes au Sud-Ouest de la France, est conduite depuis octobre 2008 par Adélaïde Mbazoghe Renaud, une gabonaise arrivée en France en 2000.

Cette ancienne employée de Total Gabon était partie s’installer en France en 2000 pour retrouver son conjoint, Serge Renaud. Elle s’était très vite impliquée dans la gestion de cette petite commune de 600 habitants en intégrant l’équipe municipale, en qualité de conseiller et assurant les fonctions de maire adjointe, chargée des finances.

Elle explique à cet effet que son inexpérience politique lui a toujours fait préféré le travail en coulisses. Mais en octobre 2008, suite à la démission du maire élu, les conseillers municipaux procèdent à un vote d’où elle sortira gagnante avec 80 % des suffrages.

«Quand mes amis m’ont proposée au mois de mars 2008 de faire partie de leur liste pour les élections municipales, je ne m’attendais pas à un tel aboutissement, un vrai sacre, je dirai», confie-t-elle.

«Avec l’accord de mon époux qui, il faut le dire, me donne la force nécessaire pour regarder vers l’avenir, je n’ai pas hésité à répondre favorablement à ce nouveau challenge», poursuit madame le maire.

Adélaïde Mbazoghe Renaud est une ancienne employée de Total Gabon, qu’elle avait intégré en 1982, alors que la société s’appellait encore Elf Gabon. Elle quitte Total Gabon en 2000, en qualité secrétaire de direction du directeur aux activités pétrolières, pour rejoindre son conjoint en France.

«J’étais très jeune et intimidée à l’époque. Ne m’imaginant pas travailler pour le géant Elf. Je reconnais toutefois que les différents retours d’expériences me sont bien utiles aujourd’hui», a reconnu l’édile.

En matière de leadership, elle avait encore des cartes dans la manche puisqu’elle avait également été la présidente du célèbre club de football gabonais, Pétrosport FC, à Port-Gentil, la capitale économique du pays.

Malgré son ancrage dans son nouveau mode de vie et ses nouvelles fonctions, «je n’ai pas totalement coupé le cordon ombilical avec le Gabon, terre de mes ancêtres. Je prends des nouvelles du pays toutes les semaines, et mes amis m’envoient de temps à autre des coupures de journaux», explique madame Mbazoghe Renaud.

Exprimez-vous!

  1. Ce serait aussi bien encourageant si un nombre considérable des Afro-Français occupaient davantage ce genre de places dans toutes la France . Malheureusement ce n’est qu’une goûtte d’eau dans l’océan. Aussi l’expérience de notre ex-compatriote ne sert qu’à elle-même et à la France et non pas au Gabon !! .. Comme elle est Renaud 50% elle a donc été élue , mais si elle serait resté Mbazoghze 100% , peut-être qu’elle n’en serait pas là . On ne peut que souhaiter succès et longevité !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,865FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES