La représentante sous-régionale des Nations Unies au Gabon, Bintou Djibo, a ratifié le 28 juillet avec le ministre des Affaires sociales, Denise Mekam’ne, deux nouveaux programmes de coopération pour le soutien de la lutte contre le Sida et le développement communautaire. Au titre du renforcement des capacités nationales de lutte contre le Sida, près d’1,2 milliards de francs CFA seront alloués au Plan stratégique nationale (PSN) de lutte contre la pandémie.

Le Plan cadre des Nations Unies pour l’aide au développement du Gabon (UNDAF) 2007-2011 a permis deux nouvelles concrétisations le 28 juillet dernier, avec la signature à Libreville de deux nouveaux accords pour la mise en oeuvre de programmes conjoints de lutte contre le Sida et de développement communautaire.

Ces documents ont été ratifiés au ministère des Affaires étrangères en présence du ministre délégué, Noël Nelson Messone, par la représentante nationale du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Bintou Djibo, et la ministre des Affaires sociales, Denise Mekam’ne.

Le premier programme d’appui à la réponse nationale au VIH/Sida doit permettre de «concentrer les efforts sur le renforcement des capacités des institutions nationales et locales, de la société civile et des personnes infectées par le VIH/Sida, afin de renforcer les réponses nationales face à la pandémie, de contribuer aux changements de comportements des populations cibles et à la réduction de la stigmatisation par le renforcement des capacités des services de prévention à travers les actions de sensibilisation», a expliqué le représentant résident du PNUD, Bintou Djibo.

Il s’agit également «de faciliter l’accès des orphelins et autres enfants vulnérables à une prise en charge médicale, psychologique et sociale adéquate permettant ainsi d’améliorer leurs conditions de vie», a-t-elle ajouté. La mise en oeuvre de ce programme a été dotée d’un budget d’1 167 500 000 francs CFA.

Quant au programme conjoint d’appui au développement communautaire, il doit notamment «contribuer à la réduction de la pauvreté dans la province de l’Ogooué-Maritime, notamment dans les communes d’Omboué et de Gamba. Tout ceci procède d’une évaluation qui essaie de coller aux besoins réels des populations de ces localités», a expliqué le ministre délégué aux Affaires étrangères, Noël Nelson M’Essone.

«Le caractère communautaire présente un double avantage de concentrer l’aide des agences onusiennes et de maximiser une grande synergie de leurs actions en s’appuyant sur le gouvernement, la société civile, le secteur privé et les agences bilatérales», a-t-il poursuivi.

Vivement que ce type de programme s’étende sur l’ensemble du territoire national pour booster la prévention et la lutte contre le Sida.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here