À deux semaines de l’ouverture officielle de la campagne électorale pour la présidentielle anticipée, le candidat indépendant, par ailleurs ex premier ministre, Jean Eyéghé Ndong, a déclaré ce dimanche à la faveur d’une rencontre populaire au gymnase du complexe omnisports président Bongo que « J’ai démissionné parce qu’il était temps que j’écoute ma conscience ».

« J’ai décidé de quitter les fonctions de premier ministre, chef du gouvernement pour marquer mon désaccord total et prendre résolument mes distances avec (…) ces compatriotes-là, en raison de leur comportement anti-républicain », a déclaré devant l’assemblée, M. Eyéghé Ndong qui, le 17 juillet dernier, en « déposant son tablier » de premier ministre s’était par ailleurs porté candidat indépendant à l’élection présidentielle anticipée du 30 août prochain.

« Je ne me suis pas porté candidat indépendant parce que je serais un mauvais perdant comme l’a dit quelqu’un (…) je suis candidat indépendant comme vous le savez, parce qu’il était temps que j’écoute ma conscience ».

Dans le contexte actuel de pré campagne électorale, M. Eyéghé Ndong à observé « l’intense activité politique » des différents candidats à la présidentielle, au regard de leurs sorties populaires effectuées ce week-end notamment.

« Aujourd’hui, nous faisons comme certains autres qui sont depuis plusieurs semaines pour ne pas dire plusieurs mois, en train de faire une véritable campagne électorale en violation bien sûr de la loi ».

Par ailleurs, dans cette perspective de respect de la loi, le candidat indépendant a interpellé les media du service public et plus particulièrement la première chaîne de radio et télévision nationale (RTG1), pour un traitement équitable de tous les candidats durant la période électorale concernant le temps d’antenne, sujet autour duquel les responsables de ladite institution se sont exprimés récemment.

Jean Eyéghé Ndong, candidat « malheureux » à la candidature du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir), n’a pas souhaité dévoiler les composantes de son programme qu’il exposera « dans les prochains jours ».

Néanmoins, en préambule à l’ouverture officielle de la campagne électorale, le 15 août prochain, il a noté « la prédominance du pétrole sur notre économie » et son très faible impact sur l’emploi, tout en considérant comme prometteurs les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et du tourisme.

Le 19 juillet dernier, au cours d’une interview accordée à une chaîne de télévision privée, lors de l’investiture de la « locomotive principale» du PDG, Ali Bongo Ondimba, Christiane Bitougah, autre candidate « malheureuse » à la candidature de cette formation politqiue, avait déclaré au sujet de la candidature en indépendant de M. Eyéghé Ndong qu’il lui fallait « laver le linge en famille et rester fair play », tout en le qualifiant de « mauvais perdant ».

1 COMMENTAIRE

  1. l’argent du gabon c’est pas l’argent de bongo ou sa famille. arrêtez. il es libre de toute sa conscience. il décide quand il veut. aujourd’hui il a décidé et voilà il a fait le bon choix en refusant de cautionner la monarchie au gabon.

  2. Ah donc avant il n’écoutait pas sa conscience qui lui disait de ne pas se remplir les poche avec l’argent du Gabon,qu’il fallait qu’il pense aussi au pays ou il est née.tout ça c’est purement et simplement un manque de conscience de sa part.Mr Eyeghe vous pouvez toujours accuser votre conscience pendant qu’on n y ait.J’ai bien peur qu’il ne soit trop tard car les Gabonais n’aiment certainement pas les personnes qui écoutent leur conscience a la dernière minute.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here