spot_imgspot_img

Qui héritera du Gabon ?

Pas (encore) de vrai favori, des opposants décidés à en découdre, des candidatures multiples et un scrutin à un seul tour… Après quarante et un ans de pouvoir sans partage d’Omar Bongo Ondimba, l’élection du 30 août marque la fin d’une époque. À la clé, une forte mobilisation des Gabonais.

Plus de 51Â % en 1993, 66,5Â % en 1998, 79Â % en 2005… Depuis que le multipartisme existe au Gabon, Omar Bongo Ondimba a toujours obtenu la majorité absolue dès le premier tour de la présidentielle. Il s’est même offert le luxe d’améliorer son score à chaque nouveau scrutin. De quoi démobiliser les électeurs, qui, s’ils n’imaginaient pas vraiment le Gabon sans lui, étaient de plus en plus nombreux à penser que le « Boss » n’avait pas besoin de leurs voix pour se faire élire. Faute de suspense, la démobilisation n’a cessé de s’accentuer au fil des votes, la proportion des abstentionnistes dépassant même 70 % lors des élections locales d’avril 2008.

Mais cette fois-ci les Gabonais pourraient bien reprendre le chemin de l’isoloir sans qu’on ait à les en prier. Pour la première fois de leur vie, les électeurs d’Owendo, de Franceville, de Bitam ou de Lambaréné vont pouvoir prendre part à un scrutin qui ne sera pas joué d’avance. Et, pour la première fois, le nom du gagnant ne sera pas connu avant même que le dépouillement ait commencé.

Signe de l’engouement que suscite déjà la présidentielle du 30 août, les Gabonais se sont bousculés dans les mairies pour se faire inscrire sur les listes électorales, laissant présager un fort taux de participation. Au fur et à mesure que se mettait en place le cadre de la prochaine élection, un autre phénomène est venu donner à la compétition une dimension inattendue. Passé le deuil d’Omar Bongo, les politiciens gabonais ont enfin pu donner libre cours à leurs ambitions longtemps contenues, et se porter candidats à la magistrature suprême. Près d’une quinzaine de noms devrait finalement être retenus par la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cenap), dont plus d’une demi-douzaine de challengeurs crédibles. Sur le papier, quatre représentants de la majorité – Ali Bongo Ondimba, Casimir Oyé Mba, André Mba Obame et Jean Eyeghe Ndong – et trois de l’opposition – Pierre Mamboundou, Zacharie Myboto et Paul Mba Abessole – sont susceptibles d’engranger plus de 5 % des voix. Cet éparpillement des candidatures devrait donc donner lieu à une compétition particulièrement ouverte.

Autre élément qui contribue à entretenir l’insoutenable suspense, la loi électorale, modifiée en 2003, prévoit que l’élection à la magistrature suprême ne se joue qu’en un seul tour (voir encadré). Une règle qui, en l’absence de personnalité omnipotente comme l’était le président fondateur du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Omar Bongo Ondimba, ouvre la porte à toutes les conjectures. En l’absence d’enquêtes d’opinion crédibles et sans second tour propice à toutes les tractations, chacun ne pourra compter que sur les siens. D’autant que jamais le corps électoral n’a été aussi éclaté. Alors que certains prédisaient un vote identitaire, la présence de quatre candidats issus de la communauté fang (numériquement la première du pays) va certainement diluer les voix. Au sein de l’opposition, les différents candidats attendaient ce grand soir – le premier scrutin sans Bongo – depuis trop longtemps pour laisser passer leur chance, aussi maigre soit-elle. Dans ces conditions, la désignation d’un candidat unique par une opposition radicale coalisée est plus qu’improbable.

Enfin, le germe de la division règne au sein même du PDG, et la désignation d’Ali Bongo Ondimba comme candidat officiel a attisé bien des rancoeurs. L’apparition de candidatures dissidentes marque aussi la fin d’une époque pour l’ex-parti unique, formation longtemps incontestée dont les militants gardaient en permanence le doigt sur la couture du pantalon. Le PDG, qui a tourné la page de l’unanimité, risque en outre de subir dans une certaine mesure un vote-sanction de la part de ceux qui voient dans le décès de leur président l’avènement d’une nouvelle ère. Même si personne aujourd’hui ne peut dire à quoi elle ressemblera.

Exprimez-vous!

  1. ALI ne sera jamais président de la république gabonaise.

    Je jure au noms de Joseph REDJAMBE, Capitaine MANDZA, Pierre-Louis AGONDJO, DOUKAKASS NZIENGUI, Martine OULABOU, Général BA OUMAR, Georges RAWIRI, Germain MBA, Michel FANGUINOVENI…

    Tout sauf ALI BONGO, nous ne voulons plus de criminel et d’égoiste au pouvoir.

    Le Gabon n’appartient pas à la famille BONGO, ni au partisant et militant du PDG.

    J’espère que vous comprenez très bien cet appel à la résistance du Docteur Daniel MENGARA !? La résistance doit être l’affaire de tous les gabonais digne de ce nom, il ne s’agit pas d’un problême ethnique mes frères et soeurs, il s’agit plutot de la LIBERATION du Gabon des mains du mal.

    Alors je vous appelle tous à y méditer. Et sachez que la Bataille n’est pas loin: c’est pour dans quelques jours pour plusieurs jours.

    A BON ENTENDEUR.

  2. Bonjour,
    vraiment je comprends pas nos leaders,c’est maintenant qu’il faut aller dans la rue pour exiger des élections crédibles.Le 30 aout au soir il sera trop tard,comme en 93 le PDG declarera sa victoire,les observateurs internationaux de la france et de jean ping diront que tout est nickel. Il sera trop tard en ce moment,et les gabonais mourront pour rien car le scrutin sera validé par la cour de marie madeleine.Cher amis épris de justice ,c’est maintenant comme les malgaches l’ont fait qu’il faut descendre pacifiquement prendre place sur un lieu stratégique pendant des jours ou des semaines s’il le faut pour exiger la demission de Ali a la defense,la reouverture des listes électorales…
    Sans cela nous allons encore nous taper 25ans de bongo après bongo

  3. je crois qu’ali est bien parti pour succéder au défunt président! parce que visiblement les autres ne sont là que pour faire de la figuration!
    il n’ont que leur mantra « tous sauf ali », seulement ils oublient vite que cela n’est en soi pas un mode de programme, on connait le tous sauf sarko et au finis on sait qui a gagné!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,846FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES