spot_imgspot_img

Gabon : André Mba Obame contraint d’arrêter sa "tournée citoyenne"

Du fait des tracasseries et des traquenards qui lui seraient tendus en vue d’obtenir l’invalidation de sa candidature, André Mba Obame, candidat à la présidentielle du 30 août prochain, ancien ministre de l’Intérieur et plus récemment ministre de la Coordination et du Suivi de l’action gouvernementale dans le dernier gouvernement d’Eyéghé Ndong, a annoncé, le 4 août, qu’il met un terme à la « tournée citoyenne » qu’il a entamée le 25 juillet dernier à Port-Gentil et qui devait le conduire dans les chefs-lieux de toutes les provinces.

Sur un ton ferme et résolu, André Mba Obame, candidat à la présidentielle du 30 août prochain, a annoncé, à l’occasion d’une conférence de presse donnée le 4 août dans les locaux de son siège de campagne à Libreville, l’arrêt de sa « tournée citoyenne » à travers les neuf provinces du pays.

Mba Obame affirme avoir été victime de tracasseries durant les premières étapes de cette tournée et ses adversaires ont multiplié de traquenards pour pousser à l’invalidation de sa candidature par la Cour constitutionnelle.

L’ancien ministre de l’Intérieur, a rappelé les nombreuses tracasseries qui ont fait irruption sur son chemin depuis l’annonce de sa candidature, le 17 juillet dernier à Barcelone (Espagne). Quelques jours avant son retour à Libreville après cette annonce, affirme-il, il a enregistré des agissements « perfides et absurdes ». Notamment, l’interdiction d’entrer au Gabon à trois Français de son staff électoral et la fermeture de l’Aéroport de Libreville à la presse et à un bon nombre de citoyens qui voulaient participer à son accueil.

Lors de sa tournée citoyenne, à l’étape de Makokou, l’ancien patron de l’Intérieur affirme que « les forces de sécurité et de défense avaient quadrillé toute la ville pour dissuader les populations d’assister » au meeting organisé par celui qui s’est présenté comme le candidat de « l’interposition ».

Dans l’étape de Mouila, le principal organisateur de sa tournée dans cette ville a passé la nuit qui a suivi son meeting « dans les geôles de la Police de Mouila. » Tout comme celui qui a préparé l’arrivée de Mba Obame dans la capitale provinciale de la Nyanga, il « a été entendu pendant plus de deux heures par les agents du 2ème bureau – le B2. Par ailleurs, les émetteurs de TV+, qui devaient assurer la retransmission de [son] séjour à Tchibanga, ont été mis hors service par Gabon Télécom qui en assure la gestion locale. », poursuit Mba Obame.

C’est pour cette raison qu’il n’a donc plus fait le déplacement de Tchibanga le 4 août : « j’étais attendu par les populations de la Nyanga. Devant les agissements intolérables du Gouvernement qui n’a ménagé aucun effort pour m’empêcher de m’exprimer depuis mon retour au Gabon et pour éviter de créer un climat social qui mettrait en péril la transition démocratique que j’appelle de mes vœux, j’ai renoncé à me rendre à Tchibanga aujourd’hui. »

On aura appris au cours de cette conférence de presse, que des huissiers de justice ont été commis pour constater que le candidat de « l’interposition » organisait « une manifestation politique à Tchibanga, de sorte que ce constat puisse être utilisé pour saisir la Cour Constitutionnelle et obtenir l’annulation de [sa] candidature. »

André Mba Obame a donc décidé de ne pas donner raison à ceux de ses adversaires qui voudraient le voir écarté de la présidentielle du 30 août prochain. Il a toutefois promis qu’il n’allait pas prendre du repos et attendre, mais qu’il allait également commettre des huissiers pour noter les nombreuses entorses faites à la loi électorale par les autres candidats. Il a, par ailleurs, demandé à ceux des Gabonais qui pourraient être intimidés ou molestés pour leurs opinions politiques de réunir des preuves, notamment le certificat médical et d’entamer des poursuites en justice. La campagne électorale s’annonce âpre.

Ci-après l’intégralité du propos liminaire de la conférence de presse d’André Mba Obame :

Propos liminaire de André Mba Obame
Conférence de presse du 04 août 2009

Le 17 juillet dernier, j’ai annoncé depuis Barcelone en Espagne que j’étais candidat à l’élection présidentielle du 30 août 2009 pour succéder à feu le Président Omar Bongo Ondimba.

Le 19 juillet 2009, j’ai été le premier surpris par l’accueil enthousiaste que les Gabonais, par milliers, m’ont réservé à l’aéroport Léon Mba de Libreville.

Après le dépôt de ma candidature à la CENAP, j’ai entrepris, à l’invitation des centaines de comités de soutien qui ont spontanément pris l’initiative d’accompagner ma démarche, d’aller confirmer ma candidature à travers différentes localités du pays. Je me suis rendu à Port-Gentil le 25 juillet 2009, puis à Makokou le 29 juillet 2009 et Mouila le 30 juillet dernier.

Ce mardi 04 août 2009, j’étais attendu par les populations de la Nyanga. Devant les agissements intolérables du Gouvernement qui n’a ménagé aucun effort pour m’empêcher de m’exprimer depuis mon retour au Gabon et pour éviter de créer un climat social qui mettrait en péril la transition démocratique que j’appelle de mes vœux, j’ai renoncé à me rendre à Tchibanga aujourd’hui.

Pour mieux comprendre ma décision, je voudrais rappeler à l’opinion et l’informer des agissements plus que discutables des services de l’Etat agissant sur les instructions du Gouvernement:

• A mon arrivée à Libreville, l’accès de l’aéroport a été interdit à la Presse et aux Gabonais venus m’accueillir par les forces de sécurité. La police avait reçu l’ordre d’interdire toute déclaration d’André M’ba Obame à la Presse. Le même jour, trois citoyens français, faisant partie de mon staff de campagne, qui étaient arrivés à Libreville par le même vol que moi, se sont vu interdire l’entrée sur le territoire gabonais

• A l’occasion de mon séjour à Makokou, tout a été mis en œuvre pour empêcher la tenue de la rencontre qui était prévue avec les populations. La salle municipale qui avait été louée et payée à cet effet – nous en détenons encore le reçu- a été retirée au comité d’organisation. C’est finalement dans la cour d’un compatriote que nous avons pu organiser cette rencontre. La ville de Makokou ressemblait à une localité en état de siège. Les forces de sécurité et de défense avaient quadrillé toute la ville pour dissuader les populations d’assister à cette rencontre.

• A Mouila, l’organisation de ma visite a été confrontée aux mêmes difficultés qu’à Makokou et un des responsables de l’organisation a passé la nuit qui a suivi mon passage dans les geôles de la police de Mouila.

• Aujourd’hui à Tchibanga, l’escalade s’est poursuivie. Toutes les salles de la ville nous ont été refusées par les autorités locales. Et c’est le petit-fils de feu le Général Boulingui qui a pris la courageuse responsabilité de me recevoir chez lui pour permettre d’échanger avec nos compatriotes de la Nyanga. Le responsable de l’organisation de ma visite a été entendu pendant plus de deux heures par les agents du 2ème bureau – le B2. Et les émetteurs de TV+, qui devaient assurer la retransmission de mon séjour à Tchibanga, ont été mis hors service par Gabon Télécom qui en assure la gestion locale.

Toutes ces manœuvres sont inadmissibles dans un pays démocratique. Et j’affirme ici que le Gabon, au matin du 08 juin 2009, était une démocratie. Je souhaite qu’il continue à en être ainsi.

De vous à moi, si les manœuvres du gouvernement se limitaient à ce que je viens de vous décrire, je me serais rendu à Tchibanga, comme je me suis rendu à Port-Gentil, à Makokou et à Mouila.

Mais c’est parce qu’il me revient que ce que visent réellement mes adversaires c’est l’annulation de ma candidature par des procédés dilatoires, que j’ai entrepris de mettre définitivement un terme à ma tournée citoyenne.

Des huissiers ont été envoyés à Tchibanga pour constater que j’organisais une manifestation politique à Tchibanga, de sorte que ce constat puisse être utilisé pour saisir la Cour Constitutionnelle et obtenir l’annulation de ma candidature. Comme ancien Ministre de l’Intérieur vous vous doutez bien que je serai le dernier à méconnaître les dispositions de la loi électorale. Mais, lorsque j’observe les agissements de ceux qui veulent le pouvoir à tout prix, je me méfie même quand je sais que je suis dans mon bon droit.

Je devais me rendre à Tchibanga aujourd’hui, demain mercredi à Koulamoutou, puis jeudi à Lambaréné pour finir avec Oyem et Franceville. Avec regret j’ai donc pris la décision d’arrêter ma tournée citoyenne pour ne pas offrir l’occasion à mes adversaires d’affecter un peu plus, comme ils le font depuis plusieurs semaines, la plupart des institutions démocratiques de notre pays.

Ce qui se prépare depuis plusieurs jours et qui est grave, c’est la tentative d’élimination de la candidature d’André Mba Obame. Et ce par tous les moyens possibles.

Mais comme je l’ai dit à chacune de mes déclarations depuis l’annonce de ma candidature, j’irais jusqu’au bout de ma démarche. Je l’ai dit à Port-Gentil, je l’ai dit à Makokou, je l’ai dit Mouila et je vous le redis ici aujourd’hui :

Quels que soient les circonstances, les obstacles ou les intimidations dont je pourrais faire l’objet, je ne renoncerais pas !

Le Gouvernement prétend agir au nom de la loi et au motif que mes déplacements et mes interventions constitueraient des actes de campagne électorale. Lorsque je lis le journal l’Union et la teneur des communiqués qui y sont publiés, lorsque j’écoute et que je regarde les chaînes publiques de radio et de télévision, je me demande vraiment qui est en campagne électorale. Je me demande et tous les Gabonais se demandent si c’est Mba Obame qui réquisitionne les salles de réunion des Ministères pour organiser des réunions politiques clairement indiquées comme participant de la campagne pour l’élection présidentielle du 30 août 2009. Lisez le journal l’Union de ce jour et vous constaterez par vous-même.

Le Gabon est un état de droit et j’entends que force reste à la loi. Dès demain matin, je vais engager une équipe d’huissiers de justice qui iront constater les violations flagrantes du code électoral par les uns et les autres et par le Gouvernement ; parce que de vous à moi, les tournées à travers le pays, spontanément organisées par le premier Ministre à un moment où l’urgence est l’organisation d’une élection capitale pour l’avenir du pays ne trompent personne. Pas même le Premier Ministre lui-même.

Mais en réalité, le véritable huissier qui sera amené à constater et à relever les différentes violations de la loi ainsi que les abus de pouvoir du gouvernement c’est le peuple souverain. Et j’invite le peuple à sanctionner durement les contrevenants le 30 août prochain, car c’est à lui que reviendra la décision finale.

J’ai toujours dit qu’en 1990, lorsque le Président Omar Bongo Ondimba a pris la décision du retour au multipartisme dans notre pays, tous les acteurs politiques n’étaient pas d’accord avec lui. Loin de là. Aujourd’hui les masques tombent. Deux mois après le décès du Président Bongo Ondimba, notre pays a connu une régression démocratique jamais connue jusqu’à ce jour. Même aux plus tristes moments du monopartisme, jamais notre pays n’avait connu cela.

Que ceux qui veulent continuer à faire campagne impunément avec les moyens de l’État continuent. Ils disposent des médias d’État, de la force et même de la justice. Le 30 août prochain, le peuple mettra un terme à tout cela et ils le savent.

Un pouvoir qui a peur utilise toujours la violence pour passer en force. C’est ce à quoi nous sommes en train d’assister au Gabon depuis quelques semaines. La défaite est évidente et la peur se ressent dans les agissements du Gouvernement.

Mais que les auteurs de ces actes qui déshonorent notre pays et compromettent son avenir sachent que le monde a changé. Avec la globalisation, la communauté internationale s’est dotée d’un instrument juridique qui protège les peuples et sanctionne où qu’ils aillent les hommes politiques qui agissent contre leurs peuples. Le Tribunal Pénal international est une réalité à laquelle j’invite tout le monde à se souvenir lorsqu’il pose des actes.
A tous et surtout au Peuple gabonais je finirai avec cette citation de Gandhi :

« A l’instant où l’esclave décide qu’il ne sera plus esclave, ses chaînes tombent. »

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,846FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES