spot_imgspot_img

Gabon : Les listes électorales enfin affichées

Le ministère de l’Intérieur a annoncé le 9 août dernier l’affichage effectif des listes électorales, initialement prévu dès le 1er août dernier, dans les mairies de Libreville et Owendo, et dès le 10 août sur l’étendue du territoire national. Ces huit jours de retard correspondent à la période d’affichage qui devait permettre aux électeurs de vérifier leur inscription. Il ne reste officiellement plus que quatre jours avant la clôture de la période de réclamations sur le fichier électoral.

Alors que la période d’inscriptions a été close le 22 juillet dernier sur l’ensemble du territoire national, ce n’est que le 9 août dernier que le ministère de l’Intérieur a annoncé l’affichage effectif des listes électorales dans les mairies de Libreville et Owendo.

L’affichage des listes étaient officiellement prévu pour le 1er août dernier, et devait prendre fin le 9 août, ouvrant la période de réclamations sur la constitution du fichier électoral du scrutin du 30 août prochain.

Le retard accusé dans l’affichage des listes semble donc avoir complètement occulté la période de vérification. Aucune disposition n’a été annoncée par le ministère de l’Intérieur pour rattraper ce retard ou substituer cette étape cruciale pour la fiabilité du fichier électoral, pilier de la crédibilité du scrutin.

Des numéros verts ont été mis en place pour les «électeurs désireux obtenir des informations complémentaires relatives à la liste électorale», annonce seulement le communiqué lu le 9 août dernier à la télévision nationale par Jean Eric Nziengui Mangala, conseiller en communication du ministre de l’Intérieur,

Un centre d’informations aurait également été mis en place pendant 48 h afin d’enregistrer les éventuelles réclamations, précise le document, ajoutant que les listes seraient affichées dès le 10 août dans toutes les collectivités locales sur l’ensemble du territoire national.

Le calendrier officiel prévoyait l’affichage des listes du 1er août au 8 août et les réclamations du 9 août au 14 août. La date butoir c’est le 15 août, début de la campagne électorale, où les listes doivent être remises à la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP) afin que celle-ci puisse entamer la distribution des cartes électorales.

La révision du fichier électoral était au coeur des débats sur le délai d’organisation des élections au début du mois de juillet, le délai constitutionnel de 45 jours n’étant plus tenable.

Alors que le PDG estimait qu’une rallonge de 15 jours était suffisante pour organiser l’élection, la plupart des partis de l’opposition réclamaient de 3 à 6 mois supplémentaires pour un fichier électoral fiable et crédible.

La Cour Constitutionnelle avait finalement tranché pour 45 jours supplémentaires, rapportant l’échéance au 6 septembre, ce qui avait permis à Jean François Ndongou de soumettre à la CENAP, qui l’avait accepté, un calendrier fixant la date du scrutin au 30 août prochain.

Pourquoi vouloir ramener le délai de réclamation de 5 à 2 jours, alors même que le délai de vérification a été annulé ? 48 heures sont-elles suffisantes pour enregistrer les réclamations sur un fichier électoral qui compterait entre 650 000 et 700 000 noms ? Pourquoi ne pas avoir justifié cette démarche ?

Le silence du ministère de l’Intérieur sur l’ablation de la période de vérfication des listes électorales expose la crédibilité et la fiablité de cette élection cruciale de l’histoire politique du pays.

Si rien n’est fait pour expliquer cet écart au calendrier électoral, les autorités en charge de la transition s’exposent à toutes les critiques qui mettront à mal au moins les deux premiers pans du triptyque «Constitution, Consensus, Concertation» brandit par le chef de l’Etat, Rose Rogombé.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,846FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES