spot_imgspot_img

Gabon: le PDG (au pouvoir) exclut six candidats à la présidentielle

LIBREVILLE — Le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), qui a investi Ali Bongo Ondimba, fils du défunt président Omar Bongo pour l’élection présidentielle du 30 août au Gabon, a annoncé samedi avoir exclu six candidats issus de ses rangs, dont certains étaient des élus.

Lors d’une réunion tenue vendredi, le bureau politique de la formation a « constaté et pris acte des démissions formelles ou de facto du PDG » de ces six candidats, selon une résolution lue à la télévision publique RTG1 par Ernest Ndassikoula, son secrétaire général adjoint.

Le texte cite l’ex-Premier ministre Jean Eyéghé Ndong, les ex-ministres Victoire Lasséni Duboze, Casimir Oyé Mba, André Mba Obame, le maire adjoint de Libreville Michel Albert Leslie dit Mehdi Teale, ainsi que Marcel Robert Tchoreret, chef d’un parti de la majorité.

Jusqu’à l’annonce de leurs candidatures, Jean Eyéghé Ndong, Casimir Oyé Mba, André Mba Obame et Mehdi Teale étaient des hiérarques du PDG. MM. Eyéghé Ndong, Oyé Mba et Mba Obame ont dénoncé le choix d’Ali Bongo comme candidat du PDG.

Mme Duboze, première femme dans l’histoire du Gabon à avoir fait acte de candidature à une présidentielle, a notamment été présidente de l’union des femmes du PDG, député et sénatrice du parti. Elle a précisé récemment à l’AFP avoir démissionné de cette formation et de son mandat de parlementaire depuis 2008.

Le PDG a par ailleurs exclu plusieurs militants, incluant Paulette Missambo, une vice-présidente et député, selon la résolution, soulignant « l’obligation qui incombe aux militants de soutenir le candidat investi par le parti ».

« Toutes les personnes visées (…) perdent leur mandat électif acquis en qualité de militants du PDG », déclare le texte, annonçant des sanctions « contre les militants dont le soutien à un candidat opposé à celui investi par le parti aura été avéré ».

Au total, 23 candidats sont en lice.

La campagne électorale a débuté samedi et doit prendre fin le 29 août. Elle a été marquée samedi à Libreville par quelques meetings et le déclenchement d’une grève de la faim « illimitée » par un candidat indépendant, Bruno Ben Moubamba, qui réclame le report du scrutin et la démission de l’actuel gouvernement.

Exprimez-vous!

  1. La vérité finit toujours par éclore. Le PDG montre son vrai visage. Bientôt on ne recensera plus dans ce parti que la famille Bongo. Le reste des gabonais quittera la barque et/ou se fera exclure. L’implosion du PDG fait l’affaire des gabonais en général. Car nous en avons assez des mensonges, de la débauche et du désordre qu’il véhicule depuis près de 42 ans de règne sans partage. Ainsi l’image de Bongo Omar commence à s’effriter…

  2. Franchement, il fallait bien qu’on chasse de nos rang ces personnes qui hier étaient avec nous et une fois le père de famille décédé, au lieu de fortifier les liens de la famille, ils ont préféré nous faire face. Cela en se critiquant eux même, car à leur niveau ils ont aussi contribué à la réussite ou à l’échec de l’action gouvernementale. L’intérêt supérieure du parti est très loin derrière leurs ambitions personnelles et démesurées. Enfin, tout gabonais à le droit de se présenter à une élection présidentielle, si il répond aux critères bien sûr. Mais nous disons que nos militants doivent être soumis au respect scrupuleux des lois qui régissent le bon fonctionnement de notre partie de masse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,865FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES