LIBREVILLE (AGP) – ”Le succès du président élu le 30 août sera le succès de tous les gabonais”, a déclaré mardi à Libreville, le président de l’Assemblée nationale gabonaise, Guy Ndzouba Ndama, à l’ouverture de la 2e session ordinaire de l’Assemblée nationale.

M. Ndzouba Ndama a, par la même occasion, invité ses compatriotes au sortir du scrutin de dimanche dernier, à la cohésion, à l’unité et à la paix, quel que soit le président élu, ingrédients essentiels pour bâtir un pays prospère et émergent en Afrique.

”Nous avons élu le dimanche 30 août le président de tous les Gabonais. Son succès sera celui du Gabon. Il passe par le concours actif du parlement (Assemblée nationale et Sénat) que nous formons. Quelle que soit la difficulté des temps, nous devrions avoir la confiance en notre pays, en son peuple composé de nombreux atouts dans tous les domaines”, a-t-il dit.

Pour le président de l’Assemblée nationale, l’intersession parlementaire a été marquée par un événement d’envergure majeure, l’élection d’un nouveau chef d’Etat. Celle-ci, a-t-il fait remarquer, sera une période historique pour les parlementaires gabonais.

Au terme du scrutin de dimanche dernier, sera dévoilé mercredi, comme l’a laissé entendre lundi dernier le président de la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP), René Aboghé Ella, à l’issue d’une plénière, le nouveau président de la République gabonaise ”que le peuple gabonais aurait choisi dans le calme et la sérénité pour présider aux destinés de notre pays”, a conclu Guy Ndzouba Ndama.

La deuxième session de la première chambre du parlement gabonais (Sénat) devrait, selon l’annonce officielle du bureau de cette institution, s’ouvrir ce mardi dans l’après-midi.

1 COMMENTAIRE

  1. France : Communiqué de la diaspora Gabonaise

    Le collectif des gabonais de l’étranger annonce à la communauté nationale et internationale qu’une rencontre secrète s’est tenue hier à Libreville entre le président de la république, Mme Rose Francine Rogombé, M.Ali Bongo Ondimba et l’ambassadeur de France au Gabon.
    Sans doute qu’il a été question des résultats sortis des urnes.
    Aussitôt après cette rencontre, on apprend que les fiches de renseignements de la république sont désormais destinées au seul Ali Bongo et plus au président de la république. Le collectif s’étonne d’une telle décision si elle est exacte.
    De plus le collectif dénonce les propos de M. Joyandet, qui a expliqué, dans une interview, que le nouveau président gabonais devra « exercer un mandat de rupture » et qu’il est temps de « répartir les richesses de façon plus équitable au Gabon ».
    Ces propos ont pour seul but de brouiller les pistes et de fermer les yeux au Gabonais sur le coup d’Etat électoral en préparation au Gabon.
    Le plan de la France est démasqué. Les gabonais sont vigilants et appellent la communauté internationale à contraindre la France à laisser le vainqueur de l’élection du 30 Août 2009 accéder au pouvoir selon le choix du peuple.
    Les gabonais n’ont que faire de la miséricorde de M.Joyandet.

    Le cabinet du secrétaire exécutif

    Source : http://www.unifang.org

  2. Lamentable, lamentable. Il n’y a que chez nous en Afrique, que les élections se passent mal. 3 candidats déclarent chacun sa victoire…et quand on voit le public qui s’est plaint parce que certains bureaux de votes étaient ouvert largement en retard (on ne sait pour quelle raison, tentative de fraude ???), certains électeurs ont 2 cartes d’électeur (témoignage d’une femme à la TV France 24), certaines cartes appartiennent aux mineurs qui n’ont même pas l’age de voter à Paris… quant à l’ambassadeur du Gabon en France pris en flagrant délit en possessions des urnes qui viennent on ne sait où. Quand le public a demandé des explications, celle-ci fait appel à la police, et a éteint les lumières pour évacuer le public . j’ai compté une trentaine de véhicules de police présent jusqu’à minuit passé. Heureusement, le public a fait preuve maturité sans incident, mais les officiels, ça sent la fraude, le désordre. Désolé dire ceci : Madame l’ambassadeur en France, la présidente Rose Rogombé sont d’une nullité incomparable. Elles doivent des explications au peuple Gabonais. De la se faire influencer par mafieux en mal du pouvoir, où va t-on ? Ah pauvre Afrique, je pleure….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here