Gabon – Communiqué / Elections: Le Dr. Daniel Mengara propose aux candidats la mise en place d'un Comité de Crise Commun en vue de la Résistance

Ci-dessous, la lettre que Daniel Mengara fera parvenir aujourd’hui aux camps des deux candidats André Mba Obame et Pierre Mamboundou. Dans cette lettre, le leader du mouvement « Bongo Doit Patir » appelle à la mise en place d’un Comié de Crise Commun en vue de la Résistance Permanente.


BONGO DOIT PARTIR
Bureau du Président

A Messieurs André Mba Obame et Pierre Mamboundou,

Chers compatriotes,

Tout en condamnant l’agression physique du régime Bongo contre vos personnes et contre le peuple gabonais, et tout en vous signifiant à tous les deux ma solidarité, je me permets aujourd’hui de vous interpeller au sens du devoir.

Vu que c’est en vous deux que, le 30 août 2009, le peuple a placé la majorité de ses suffrages victorieux en vue de la fin du bongoïsme au Gabon, et vu l’urgence de la situation, il incombe désormais à vous deux de savoir si oui ou non vous désirez organiser la défense de ce vote en vue du rétablissement de la volonté du peuple.

Il me semble, hélas, qu’en continuant, comme vous le faites en ce moment, à clamer, chacun de son côté, sa victoire, vous n’aidez pas du tout à orienter la résistance d’un peuple pour le moment perdu et disloqué entre vous deux. Aujourd’hui, il n’y a plus, à mon sens, de raison pour que les deux candidats que vous êtes continuassent à clamer victoire chacun de son côté, au détriment même de la résistance que, pourtant, vous demandez au peuple. Qui de vous deux le peuple va-t-il défendre? Qui de vous deux a vraiment gagné ? Qui de vous deux la communauté internationale doit-elle écouter? Et sur quels chiffres le peuple et la communauté internationale doivent-ils se baser pour vous aider à affirmer « vos victoires » ?

A mon sens, il n’est pas aujourd’hui de vos deux intérêts, ni de l’intérêt du peuple, encore moins de l’intérêt de la résistance, de voir les énergies insurrectionnelles dispersées entre les deux candidats que vous êtes. Il ne s’agit plus non plus aujourd’hui de soutenir tel ou tel autre candidat, mais de défendre le vote du peuple tel qu’il s’est majoritairement exprimé contre Ali Bongo le 30 août. Du moment qu’il n’y a aucun moyen idéologique, sociologique ou arithmétique par lequel Ali Bongo peut gagner une élection transparente au Gabon, toute déclaration de victoire de sa part constitue une imposture. A ce titre, il faut la combattre avec la dernière énergie. Mais comment mener efficacement ce combat quand les deux candidats sur lesquels le peuple a jeté son dévolu ne font nulle part front commun en vue de l’affirmation objective de la vérité ?

Pour que ce combat soit gagné, donc, l’un de vous doit se désister en faveur de l’autre. Cela permettra à l’opposition de pouvoir enfin parler d’une seule et même voix, et au peuple de savoir qui il doit défendre et ce qu’il défend. S’il y a quelque chose que nous pouvons reconnaître à des gens comme Paul Mba Abessole et Jean Eyegue Ndong, c’est la grandeur avec laquelle ils se sont désistés en faveur d’un candidat unique, faisant ainsi preuve de sacrifice personnel en vue de la victoire contre les bongoïstes. En cela, ils ont démontré non seulement leur attachement de patriotes à la cause commune, mais également leur carrure d’hommes d’état. Il faut donc, impérativement, que l’un d’entre vous fasse preuve de la même grandeur d’esprit en se désistant en faveur de l’autre.

C’est dans ce contexte que je propose la mise en place urgente et immédiate, par vos deux camps, d’un Comité de Crise Commun (COMICCO) de 13 membres (6 membres par camp, plus un médiateur neutre qui en assurera la présidence), dont l’objectif sera:

1) d’organiser le désistement de l’un en faveur de l’autre: ce désistement peut se faire, soit sur la base des  chiffres et résultats communiqués par le Ministre de l’intérieur, résultats qui placent André Mba Obame en deuxième position, donc devant Pierre Mamboundou, soit sur la base des VRAIS résultats dont vous devriez, objectivement, être en possession tous les deux. Autrement dit, il y a bel et bien un moyen objectif et scientifique par lequel il vous est possible de vous accorder. Si, comme vous le dites si bien, les chiffres communiqués par le Ministre de l’intérieur sont tronqués, vous devriez, logiquement, tous les deux disposer des vrais procès-verbaux montrant les vrais chiffres tels que contresignés par vos propres représentants dans les bureaux de vote conformément à la loi. La possession de ces procès-verbaux logiquement identiques devrait vous permettre à tous les deux, et en toute objectivité, d’établir qui de vous deux a gagné cette élection. Vu que cela a pris à peine 24 heures à la Cour constitutionnelle bongoïste d’éplucher les procès-verbaux et de « confirmer » la « victoire » frauduleuse d’Ali Bongo, le COMICCO devrait prendre le même temps au maximum pour éplucher objectivement tous les procès-verbaux en vos possessions aux fins d’établir publiquement l’un d’entre vous comme le vainqueur officiel de cette élection.

2) d’organiser, sur la base des VRAIS chiffres ainsi accordés et publiés conjointement par les deux camps, la résistance commune en faveur du vainqueur déclaré objectivement par le COMICCO. Autrement dit, c’est dans l’esprit du « Tout Sauf Ali » qu’il faut désormais positionner toute initiative allant dans le sens de la résistance. Et vu que vous devriez être tous les deux en possession de procès-verbaux identiques, avec exactement les mêmes chiffres et les mêmes signatures, déclarer l’un d’entre vous vainqueur sur une base scientifique ne devrait pas être si difficile que cela !

Ce n’est que de cette manière, Messieurs, que la résistance pourra mieux s’organiser. Faire le contraire ou continuer à clamer séparément vos victoires ne pourra que conforter Ali Bongo dans sa « victoire » puisqu’il vous rétorquera que vos déclarations ne sont pas cohérentes vu que vous n’arrivez pas déjà à vous entendre entre vous deux sur qui de vous deux est supposé avoir gagné l’élection. Je puis vous assurer que cela fait piètre figure non seulement aux yeux de la communauté internationale qui vous observe, mais également du peuple gabonais qui a placé ses espoirs en vous.

Accordez-vous donc, Messieurs, pour que le peuple gabonais puisse mieux vous suivre et mieux résister. Ce n’est pas au peuple d’organiser pour vous la résistance sans, de surcroit, savoir pour qui il est supposé résister et comment résister. La résistance s’organise. Elle ne s’improvise pas.

Ayant été farouchement opposé au principe de cette élection bâclée, élection qu’il fallait absolument reporter, j’étais partisan d’un blocage en amont, c’est-à-dire d’une stratégie de contestation ayant pour but d’empêcher la tenue de cette élection. J’ai donc préféré rester neutre entre tous les candidats de peur de valider un scrutin que je savais perdu d’avance. Mais du moment que le peuple a voté, mon objectif, désormais, vise uniquement au rétablissement et à la défense du vote du peuple tel qu’il s’est véritablement exprimé. Si c’est Pierre Mamboundou qui a reçu le vote majoritaire et souverain du peuple, je me battrai pour Pierre Mamboundou. Si c’est André Mba Obame, je me battrai pour André Mba Obame. Je me considère, donc, à ce titre, assez neutre entre vous deux pour pouvoir assurer la médiation entre les deux camps en vue de la mise en place immédiate du COMICCO, et ainsi organiser la résistance permanente en faveur du candidat victorieux décidé par les deux camps. C’est ce que le peuple gabonais veut.

Mais je ne saurais trop insister sur l’urgence de cette conciliation. Chaque jour qui passe sans réelle coordination des deux camps et sans accord de désistement entre les deux candidats que vous êtes est un jour perdu pour le peuple. C’est maintenant ou jamais. D’ici quelques jours, le peuple déçu se découragera et se démobilisera, laissant ainsi se perpétuer au Gabon la monarchie bongoïste.

Ali Bongo Ondimba, comme jadis son père, a démontré qu’il est non seulement disposé à frauder pour gagner, mais aussi à créer au Gabon un état policier et répressif. Mais plus que son père, Ali Bongo sera forcément la personne qui finira de jeter le Gabon dans le gouffre de la guerre civile, de la pauvreté et de la violence. Les 200 à 300 milliards tirés du trésor public avec lesquels il a financé son arrogante campagne de gaspillage sont la preuve que cet homme et sa famille sont prêts à tout pour tuer le Gabon. L’imposture politique d’Ali Bongo prouve à suffisance combien il est illusoire d’espérer au Gabon un changement autrement que par l’insurrection. La répression policière qui sévit dans le pays depuis le 3 septembre en est la démonstration la plus flagrante vu que, même quand le peuple s’assemble pour des manifestations pacifiques, le régime en place n’hésite aucunement à user de violence et de répression meurtrière.

Cet énième viol du vote du peuple par la famille Bongo, décidée plus que jamais à maintenir son hégémonie monarchique et despotique sur le Gabon, devrait montrer aux Gabonais, comme je l’ai toujours dit, que ce n’est plus par les urnes que le changement arrivera.

Or, toute révolution qui réussit est une révolution dont les leaders assument sans fards ni paravents le poids et la responsabilité. Personne ne pourra mieux orienter le peuple vers la résistance que les leaders pour lesquels ce peuple a voté. Il serait illusoire de croire que la résistance s’organisera d’elle-même ou que le peuple prendra « ses responsabilités » sans implication directe de vous deux. Il serait encore plus illusoire de croire que cette résistance puisse mener à la chute du régime sans coordination de la part de vos deux camps. Et, vu que personne d’autre que vous-mêmes ne pourra valablement défendre votre victoire, il vous incombe, vous qui étiez candidats, d’orienter votre peuple sur le type de résistance que vous souhaitez.

Recevez donc, Messieurs, mes patriotes salutations.

Vive le Gabon.
Vive la résistance.

Fait à Libreville, le 5 septembre 2009

Dr. Daniel Mengara
Président
BDP-Gabon Nouveau

Tél. Gabon: (+241) 04.12.33.88 ou (+241) 07.23.39.01

Exprimez-vous!

  1. Amo Mamboundou

    Tu es fou, un vrai rigolo qui ne sait pas ce qu’il dit. Qui t’a dit que Mengara est aux Etats Unis? tu es vraiment Toccard, je me demande si tu sais lire.

  2. Mengara c’est bien de prodiguer les conseils aux candidats MAMBOUNDOU et MBA OBAME qui luttent pour leur victoire, victoire du peuple, victoire du changement pendant que toi tu continues tranquillement à dispenser tes cours aux américains. C’est un choix très judicieux car l’éducation passe avant tout, l’éducation est le fondement de toute société. Mais nous au Gabon on a pas besoin de tes conseils, on a besoin des inteléctuels vivants à l’étranger qui puissent faire joué leurs relations pour prouver

  3. Nous venons d’apprendre ,que le président du RDPG Siméon J Francis EKHOGA , vient de se faire refoulé du Gabon.

    Arrivé par un vol Lufthansa venant de Francfort , il est allé présenter sa candidature au QG de campagne d’Ali Bongo Ondimba , reçu par Mme Clémence Mezui , Porte Parole du nouveau Président « Elu » , Il s’est fait remettre une somme assez considérable pour « changer l’idée de la Diaspora  » envers le nouveau Président.

    Reconnu a la sortie du Quartier Général par Un gabonais du Staff d’Ali Ben , Il a été déshabillé sur place et mis a la disposition de la Gendarmerie Gabonaise , au contrôle de ses papiers , il est apparu qu’Il n’avait aucun papiers Gabonais seul un Passeport Français N° .. etabli a saint Denis (france).

    L’argent qu’Il voulait « filouter » a été récupéré , et cet Individu a été mis sur le premier vol en partance pour Paris.

  4. La manfestation est une idée louable surtout en démocratie,mais face à Ali je n y crois pas. Je suis pour des actions fortes et ciblées qui choqent….je suis pour la démoralisation des gouvernants et la faillite générale, j’opte pour la psychose….

  5. merci très cher compatriote, que le Dieu tout puissant veille sur toi et te benisse. Tes propos nous redonnent un peu d’espoir et j’espère comme bon nombre d’entre nous et que les gabonais en tireront les leçons adéquates et comprendront que tous unis contre un aurait pu nous sortit de ce désatre. mais qu’à cela ne tienne, le gabon n’est sûrement pas une monachie, et si abo comme l’appellent ses supporteurs, avait un minimum d’estime pour lui et son pour père, il ne se serait pas présenter. Autant de candidats a sincèrement démontré l’immaturité stratégique des gabonais ( notamment ceux qui ont voulu présider aux destinées de notre pays), il nous faut maintenant nous unir contre cette classe de voleurs et cette sale france qui nous esclavagise!!!! Vive le Gabon et Gabon d’abord!!!!

  6. A Gitanes,

    N’inversez pas les responsabilités des crimes qui sont souvent perpétrés dans notre pays de dictature inhumaine. C’est le pouvoir en place, qui se maintient par la force des armes, qui fait couler le sang des citoyens du pays. Ce n’est pas l’opposition qui est responsable de ces carnages. L’opposition suit les dispositions de la constitution qui autorisent les gabonais à manifester pacifiquement lorsqu’ils se sentent léser…

    Jubiler que la France ait porté, militairement, Ali au pouvoir. Mais cessez de dire des inepties sur l’opposition qui se comporte de manière responsable vu qu’elle ne parle que de transparence et de respect de la loi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Le Gabon face au Covid-19 : Le Dr Adrien Mougougou douche l’optimisme d’Ali Bongo

Le Gabon a certes construit ou rénové des hôpitaux, acheté du matériel ces dernières années, mais cela ne suffit pas pour une riposte efficace...

Suicide manqué de Brice Laccruche en prison : Du flou gaussien et des questions

Brice Laccruche Alihanga aurait tenté de suicider le 21 mai à la prison centrale de Libreville où il détenu depuis décembre 2019 pour détournements...

Conseil interministériel : Neuf projets de textes législatifs et règlementaires examinés

L’équipe conduite par Julien Nkoghe Bekale a mis à profit la célébration de l’Ascension pour passer au crible plusieurs projets de textes législatifs et...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Covid-19 : dangereuses négligences des gestes barrières dans l’arrière-pays

À l’intérieur du pays, le Covid-19 semble désormais accélérer sa vitesse de contagion. Malgré ce fait, les populations affichent une certaine négligence dans l'hinterland....

Récession : Les petits opérateurs économiques à la peine

Les petits opérateurs économiques sont parmi ceux qui subissent les pertes les plus lourdes depuis la mise en application des mesures barrières face à...

Eau et électricité : la SEEG revoit les critères de la gratuité

La Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) a déclenché, lundi 25 mai 2020, sa deuxième phase de distribution gratuite d'eau et d'électricité décidée...

Recensement des agents publics : la deuxième phase en cours

La deuxième phase de l'opération de recensement biométrique des agents publics est effective depuis le début de la semaine en cours. Cette phase est essentiellement...

L’armée française dément avoir importé des vaccins au Gabon

En pleine pandémie de coronavirus, les réseaux sociaux s’étaient enflammés, mi-mai, suite à l’arrivée par avion français d’une boîte avec inscription “sérums, réactifs et...