Gabon : l'opposition réclame une enquête sur les violences

Un collectif de candidats malheureux à la présidentielle affirme lundi que le nombre de morts lors des violences post-électorales est «bien plus important» que le bilan officiel. Il demande également un recomptage des voix.

Un collectif de candidats malheureux à la présidentielle du 30 août au Gabon, dont l’ex-ministre de l’Intérieur André Mba Obame et Pierre Mamboundou, qui revendiquent chacun la victoire, a affirmé lundi dans une déclaration commune que le nombre de morts lors des violences post-électorales à Port-Gentil est «bien plus important» que le bilan officiel de trois morts. Le collectif a demandé «la mise en place d’une commission d’enquête internationale pour déterminer la gravité des faits, les violations des droits de l’homme ainsi que les responsabilités de ce véritable bain de sang». Quelques heures plus tôt, la France avait estimé que les violences de ces derniers jours au Gabon avaient été exagérées, tout en continuant d’appeler les ressortissants français à la prudence.

Les membres du collectif ont également demandé le «recomptage des voix» du scrutin. Selon les résultats officiels, annoncés le 3 septembre et validés le lendemain par la Cour constitutionnelle, Ali Bongo, fils du président défunt Omar Bongo Ondimba, a été élu avec 41,73% des suffrages, devant André Mba Obame (25,88%) et l’opposant Pierre Mamboundou (25,22%). «Nous exigeons le recomptage des voix interrompu par le président de la Cénap (Commission électorale nationale autonome et permanente) sur la base des procès-verbaux de tous les bureaux de vote», a affirmé le porte-parole de ce collectif, l’ancien premier ministre Jean Eyéghé Ndong, en lisant le texte de la déclaration.

Sarkozy félicite Bongo

Ce groupe rassemble 16 des 23 candidats initiaux. Pierre Mamboundou, un des deux candidats revendiquant la victoire à la présidentielle au Gabon, dont on était sans nouvelles depuis le 3 septembre, est réappuru à cette occasion. Après deux heures de présence au siège d’un parti de l’opposition à Libreville, M. Mamboundou, qui se déplaçait seul et n’avait pas de blessures apparentes -des rumeurs le disaient sérieusement blessé-, est reparti avant même le début de la déclaration commune. «Je suis wanted, je suis recherché comme un brigand», a-t-il lancé aux journalistes avant de s’engouffrer dans une voiture.

Par ailleurs, le président français Nicolas Sarkozy a adressé ses «félicitations» et «voeux de succès» à Ali Bongo Ondimba pour son élection, dans une lettre transmise à l’AFP par le gouvernement gabonais.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Le Gabon face au Covid-19 : Le Dr Adrien Mougougou douche l’optimisme d’Ali Bongo

Le Gabon a certes construit ou rénové des hôpitaux, acheté du matériel ces dernières années, mais cela ne suffit pas pour une riposte efficace...

Suicide manqué de Brice Laccruche en prison : Du flou gaussien et des questions

Brice Laccruche Alihanga aurait tenté de suicider le 21 mai à la prison centrale de Libreville où il détenu depuis décembre 2019 pour détournements...

Conseil interministériel : Neuf projets de textes législatifs et règlementaires examinés

L’équipe conduite par Julien Nkoghe Bekale a mis à profit la célébration de l’Ascension pour passer au crible plusieurs projets de textes législatifs et...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Covid-19 : dangereuses négligences des gestes barrières dans l’arrière-pays

À l’intérieur du pays, le Covid-19 semble désormais accélérer sa vitesse de contagion. Malgré ce fait, les populations affichent une certaine négligence dans l'hinterland....

Récession : Les petits opérateurs économiques à la peine

Les petits opérateurs économiques sont parmi ceux qui subissent les pertes les plus lourdes depuis la mise en application des mesures barrières face à...

Eau et électricité : la SEEG revoit les critères de la gratuité

La Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) a déclenché, lundi 25 mai 2020, sa deuxième phase de distribution gratuite d'eau et d'électricité décidée...

Recensement des agents publics : la deuxième phase en cours

La deuxième phase de l'opération de recensement biométrique des agents publics est effective depuis le début de la semaine en cours. Cette phase est essentiellement...

L’armée française dément avoir importé des vaccins au Gabon

En pleine pandémie de coronavirus, les réseaux sociaux s’étaient enflammés, mi-mai, suite à l’arrivée par avion français d’une boîte avec inscription “sérums, réactifs et...