PORT-GENTIL, (AGP)- La capitale économique du Gabon, reprend petit à petit son train de vie quotidien, après la période de turbulence et de troubles qu’elle a connue suite à l’élection présidentielle d’août dernier, a constaté l’AGP mardi à Port-Gentil.

Près d’une semaine durant les habitants de la cité de l’or noir sont restés dans une psychose qui ne dit pas son nom à la suite de la proclamation de l’élection présidentielle qui a vu la victoire du candidat du parti démocratique gabonais, Ali Bongo Ondimba.

La ville de Port-Gentil qui reprend ce matin son train de vie quotidien sort d’une situation indescriptible, mettant à genoux les commerçants et autres partenaires sociaux car la violence est allée jusqu’au mobilier, stations service et maisons d’habitation. Tout le monde a alors crié garde.

Alors que les résultats n’étaient pas encore connus, les sympathisants du changement ont pris d’assauts les commerces de la ville, détruisant et pillant tout à leur passage, réduisant par la même la ville en cendre.

Malgré l’intervention des notables de la place, les assaillants ont redoublé d’intensité à la suite de la proclamation de cette élection, en libérant les prisonniers et mettant ainsi la ville en une situation inconfortable, barrant toutes les rues incendiant tous les véhicules à leur portée.

Si la vie dans cette partie du pays reprend progressivement, c’est grâce à l’intervention des forces de l’ordre dépêchées, avec un peu de retard, car si elles seraient venues plus tôt, les dégâts auraient été limités pas à ce stade.

Ces forces ont su localiser des poches de tensions qui jusqu’alors sont disséminées dans certains coins de la ville, allant jusqu’aux domiciles retrouver quelques articles volés par quelques intrépides durant les manifestations.

Aux dires des uns et des autres le bilan officieux de ces manifestations s’élèverait à plus d’une dizaine de morts. En attendant le bilant officiel les Port-Gentillais déplorent de tels actes. Et la vie qui ne saurait tarder à s’améliorer reprend timidement son cours dans la capitale économique du Gabon.

Les rues commencent à affluer, les quelques magasins et autres boulangeries restées intactes connaissent une affluence de beaux jours, sauf que les produits alimentaires ont connu une hausse vertigineuse, à l’instar du bâton de manioc qui coûtait 600 frs CFA revient à 1000 frs CFA, la bière Régab coûte désormais 800 frs dans certains milieux. Comme c’est parti, les Port-Gentillais vont traverser des moments les plus pénibles de leur existence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here