Gabon : L'opposition boycotte le budget 2010 à la mairie de Port-Gentil

La nouvelle coalition formée par l’Union du peuple gabonais (UPG) et l’Alliance nationale des bâtisseurs (ANB), majoritaire dans le Conseil municipal de Port-Gentil avec 40 sièges sur 63, a finalement mis à exécution le 11 décembre dernier sa menace de boycott du budget primitif 2010 de la commune proposé par le maire PDG, André Jules Ndjambé.

Fixé à 9,1 milliards de francs CFA, le budget a été refusé par la coalition de l’opposition pour sanctionner la «mauvaise gestion des ressources humaines et des moyens de la municipalité par le maire».

A l’ouverture du Conseil municipal, André Jules Ndjambé avait commencé par présenter le budget «qui permettra à l’équipe municipale, à la mairie centrale et aux arrondissements, de disposer de moyens conséquents à même de favoriser les réalisations allant dans le sens du développement de Port-Gentil et de l’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens», avait-il déclaré.

Le maire a notamment cité l’aménagement de lotissements municipaux, la construction de logements sociaux, l’ouverture de voirie, la réfection des voies communales, la construction de la mairie du 2ème arrondissement et la mise en place d’un réseau de transport urbain communal.

Après la présentation du budget, le président communal de l’UPG, Pierre Ngoussi, a procédé aux réclamations, demandant notamment la démission du bureau du conseil municipal de Port-Gentil, en raison des discordances internes qui minent son fonctionnement et son efficacité.

«Toutes ces dérives, qui atteignent les hautes valeurs qui ont conduit à l’élection du bureau du conseil municipal de Port-Gentil, le neutralisent et motivent les conseillers de l’UPG à demander sa démission de manière définitive, sans bénéfice de la moindre réserve», a déclaré Pierre Ngoussi.

Le ton était donné, et les explications du maire pour esquiver les attaques et défendre son budget auront été vaines.

Si cette sanction ne suffisait pas à faire réagir le parti au pouvoir, les élus de l’UPG et de l’ACR prévoient de procéder à une démission collective qui devrait entraîner des élections partielles pour redistribuer les sièges dans la capitale économique.

Il semblerait que les remous enregistrés dans la capitale économique lors de l’élection présidentielle, largement acquise à l’opposition, aient remis en question l’accord de cogestion conclue en mai 2008 entre les partis de l’opposition (UPG, UGDD), de la majorité (ADERE, PDG) et l’indépendant Tchango.

L’UPG, l’UGDD, l’Alliance démocratique et républicaine (ADERE) de l’ancien vice-président Didjob Divungi Di Ndingue, l’indépendant Tchango et le PDG avaient conclu le 22 mai autour du président Omar Bongo à Libreville un accord de cogestion de la commune de Port -Gentil. Une alliance conclue dans une ambiance tendue puisque dans la journée, des tracts menaçant de s’en prendre aux intérêts français dans cette localité si cette alliance venait contrarier le verdict populaire du scrutin des locales circulaient à Libreville.

Exprimez-vous!

  1. Outre le fait que votre semblant d’article est de qualité médiocre aussi bien sur la syntaxe que sur la forme, de plus, il brille par son éventail de contrevérités.

    Loin d’éclairer l’opinion, il tend vers la désinformation, le mensonge et même la sédition. On peut vous le concéder car, n’importe qui peut écrire n’importe quoi sur le net…

    Le camerounais vit paisiblement au Gabon depuis des décennies. Plusieurs y ont investi et s’y sont installés pour de bon; ce qui témoigne, s’il en était besoin, de conditions de vie meilleures qu’au Cameroun; quoi que ceci ne soit pas une règle dans l’absolue. Pour autant, il faut avoir l’honnêteté de reconnaître aux sujets camerounais, quels qu’ils soient (Haoussa, Bamiléké, Ewondo, Boulou, hommes, femmes, filles, garçons, enfants, bref, tous) cet esprit de roublardise, de mépris et d’insolence envers leurs hôtes.

    Que je sache, du nord au sud, de l’est à l’ouest du Cameroun, l’homme est loin d’afficher ou de manifester le même tempérament. On serait même tenté de se demander qu’est-ce qui leur arrive une fois sorti du territoire camerounais. Est-ce la dictature du père Biya, qui dirige le pays d’une main de fer, ou c’est la promiscuité avec l’esprit anglophone nigérian?!?

    Pour illustration, allez voir à la gare routière, tous les box de vente de matériels scolaires (dont nombre sont issus du vol) sont détenus par les camers. Les mêmes s’attribuent les qualités d’enseignants (s’ils n’en sont pas fondateurs, ils s’attribuent ou s’improvisent la qualité d’enseignant et inondent toutes sortes d’établissements privés hors normes académique). Ils poussent le bouchon plus voir trop loin à proposer l’introduction de faux documents au Système éducatif gabonais (montés de toutes pièces dans une petites chambre du quartier et plagiés à l’identique de certains torchons du genre que l’on retrouve au Cameroun). Ne parlons même pas de ceux qui assurent le transport en commun (tout le Woleu-Ntem et les principaux centres urbains); ceux qui tiennent des ateliers et des garages; ceux qui jouent les bons offices auprès du fret douanier et portuaire;les matrones vendeuses de banane au PK8 du poisson frais à Mont Bouët, à la braise au Boulevard Bessieux, Couloir de la mort etc…ou celles nombreuses, filles de joie qui sillonnent nuitamment le bord de mer et autres artères de Libreville, si ce n’est yogo santé Nkembo, cocotier. Quels autres étrangers peuvent se permettre et se prévaloir de telles prouesses au Cameroun?????

    Alors, faites attention à ce que vous avancez; parce que cela pourrait en fin des comptes, se retourner contre vous-même et vos pairs.

    A bon entendeur.

  2. Encore une arnaque dans le système éducatif gabonais

    Près de deux milliards de francs! près de deux milliards de francs qu’un petit groupe se partage en douceur depuis 2008 en prétendant améliorer la qualité du système éducatif gabonais, alors qu’en réalité n’ils assurent que l’excellence d’une élite ; une minorité composée pour l’essentiel, d’enfants de ressortissants français avec quelques fils de pontes de Gabonais.

    Non seulement ce projet n’apporte absolument rien au système éducatif gabonais, dans la mesure où les principaux bénéficiaires sont avant tout des enfants de français (qui étaient déjà scolarisés dans des conditions dix fois meilleures que celles du reste des Gabonais) mais de plus, la couverture de ce projet concerne uniquement un réseau d’établissements qui sont déjà avantagés au départ en termes d’infrastructures scolaires, de dotation en matériel didactique et même, de l’encadrement et l’accompagnement pédagogique. Pour illustration, le ratio élèves/enseignant ou élèves/classe est inférieur ou égal à celui qu’on retrouve dans la métropole ; soit 20 à 25 élèves par classe et par enseignant. Il s’agit des écoles publiques dites conventionnées EPC, (on devrait plutôt dire privées). En somme, pour à la majorité des enfants un système au rabais et pour les autres (minoritaires) le meilleur.

    Plus grave, on fait passer ce projet au compte de la coopération alors qu’en réalité il n’apporte rien, absolument rien à ceux qui en ont le plus besoin : les petits enfants gabonais, ceux qui se trouvent dans les quartiers populaires des grandes agglomérations du pays et dont les parents n’ont pas assez de moyens pour les scolariser normalement, ceux qui fréquentent dans les villages et dans des zones difficiles d’accès. Avec ça, ils osent parler de « Contribution à l’amélioration du système éducatif du Gabon du 1er degré grâce à l’appui des EPC ». A moins que nous n’ayons la même compréhension de concept de « contribution ».

    Quelle hypocrisie!!!

    Pour en savoir plus…

    FranceDiplomatieMinistère des Affaires étrangères et européennes
    Paysprojet mobilisateur, Gabon. Intitulé du projet, Contribution à lamélioration du système éducatif du Gabon du 1er degré grâce à lappui des EPC .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Maduro donne 72 heures à l’ambassadrice de l’UE pour quitter le Venezuela

e président Nicolas Maduro a donné lundi 72 heures à la cheffe de la délégation de l'Union européenne à Caracas pour quitter le Venezuela,...

Le Gabon annonce ce mardi des nouvelles mesures de déconfinement

Le Porte-parole du comité national de lutte contre le Coronavirus au Gabon (COPIL), Dr Guy Patrick Obiang Ndong, a indiqué lundi lors du traditionnel...

Diffusion plus lente, mortalité bien plus faible, en Afrique, le coronavirus joue une partition singulière

La jeunesse de la population, les modes de vie et le faible taux de pathologies aggravantes devraient protéger le continent d’une montée en flèche...

Covid-19 : 5 provinces pour plus de 100 nouveaux cas journaliers

Après avoir franchi la barre des 5 000 cas le jeudi 25 juin dernier au Gabon, les chiffres de contamination au Covid-19 poursuivent leur évolution,...

Covid-19 : L’espace Schengen fermé aux ressortissants gabonais

Après un vote le 29 juin 2020, les frontières extérieures de l’espace Schengen vont être rouvertes dès le 1er juillet 2020 à quelques pays,...

Lisbonne se reconfine face au retour de l’épidémie de coronavirus

Après une poussée de nouveaux cas, le gouvernement portugais appelle les habitants de certains quartiers de la périphérie de Lisbonne au devoir civique de...

Suivez-nous!

1,332FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Maduro donne 72 heures à l’ambassadrice de l’UE pour quitter le Venezuela

e président Nicolas Maduro a donné lundi 72 heures à la cheffe de la délégation de l'Union européenne à Caracas pour quitter le Venezuela,...

Le Gabon annonce ce mardi des nouvelles mesures de déconfinement

Le Porte-parole du comité national de lutte contre le Coronavirus au Gabon (COPIL), Dr Guy Patrick Obiang Ndong, a indiqué lundi lors du traditionnel...

Diffusion plus lente, mortalité bien plus faible, en Afrique, le coronavirus joue une partition singulière

La jeunesse de la population, les modes de vie et le faible taux de pathologies aggravantes devraient protéger le continent d’une montée en flèche...

Covid-19 : 5 provinces pour plus de 100 nouveaux cas journaliers

Après avoir franchi la barre des 5 000 cas le jeudi 25 juin dernier au Gabon, les chiffres de contamination au Covid-19 poursuivent leur évolution,...

Covid-19 : L’espace Schengen fermé aux ressortissants gabonais

Après un vote le 29 juin 2020, les frontières extérieures de l’espace Schengen vont être rouvertes dès le 1er juillet 2020 à quelques pays,...