La sessions ordinaire et la session extraordinaire dites budgétaires se sont achevées, vendredi, à l’Assemblée Nationale, au terme d’une cérémonie solennelle de clôture supervisée par le président de la chambre basse du parlement gabonais, Guy Nzouba Ndama, en présence des membres du gouvernement conduits par le premier ministre, Paul Biyoghé Mba, des présidents des institutions constitutionnelles et du Corps diplomatique.

Ces sessions ont donc permis aux élus du peuple d’adopter le projet de loi de finances de l’année 2010 en des termes identiques avec la chambre haute du parlement. Le budget de l’Etat exercice 2010, a rappelé Guy Nzouba-Ndama, est arrêté en recettes et en dépenses à 2096 milliards de FCFA.

Pour la première fois au Gabon, une bonne partie des ressources de ce budget est affectée à l’investissement, avec une dotation de 897, 5 milliards de FCFA, soit une augmentation de plus de 602 milliards FCFA. Le Président de l’Assemblée nationale s’est félicité de l’augmentation du budget d’investissement qui permettra, a-t-il déclaré, de relancer l’économie par l’investissement public en allouant près de 43 % du budget global aux dépenses d’investissement financées, entre autres, par des économies internes réalisées au niveau du fonctionnement de l’administration publique.

La première loi de finances de l’ère Ali Bongo Ondimba, a soutenu le président de l’Assemblée nationale, marque une rupture avec le passé. Elle affiche des objectifs de progrès, de partage et d’émergence que s’est fixé le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba. Outre la loi des finances 2010, les députés ont également adopté plusieurs autres projets de loi émanant soit du Gouvernement soit des parlementaires eux-mêmes.

Parmi ces projets de loi, il y a celui autorisant le chef de l’Etat à légiférer sur ordonnances. M. Nzouba Ndama s’est réjouit de la vitalité de l’Institution qu’il dirige, au regard de l’abondance des propositions de loi et du contrôle exercé sur l’action gouvernementale.
Avant de clore ses propos, il a relevé la bonne tenue du comportement affiché par les Gabonais, toutes couches de la société confondues, après les pertes cruelles en 2009 de feu Président, Omar Bongo Ondimba et de son épouse, Edith Lucie Bongo Ondimba, et malgré quelques errements tout au long de la dernière transition conduite, selon lui, brillamment par Mmes Rose Francine Rogombé et Marie Madeleine Mborantsouo.

Enfin le président de l’Assemblée nationale a appelé les membres du Gouvernement actuel à travailler d’arrache-pied pour servir les populations gabonaises qui aspirent à un mieux-être, notamment par la réalisation des projets à même de tirer le pays vers le haut.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here