spot_imgspot_img

Le ministre Ngozo Issondou annonce le désengagement de la CNSS de la gestion des hôpitaux

Le ministre du travail, de la Prévoyance sociale (…) Maxime Ngozo Issondou, a annoncé dernièrement à Port-Gentil, le désengagement de la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) de la gestion des structures hospitalières, lors d’une visite des structures sous tutelle.
’’Le gouvernement a décidé du désengagement hospitalier de la CNSS, afin de permettre à cet organisme de se consacrer aux missions principales qui lui sont dévolues par la loi, et j’ai été instruit d’examiner assez rapidement les contours de cet désengagement’’, a déclaré le membre du gouvernement, soulignant que les conclusions de la commission interministérielle mise sur pied à cet effet, au début du mois de janvier dernier, parviendront bientôt au gouvernement pour décision.
’’ C’est un travail laborieux, car il s’agit du plan social, des carrières des agent et des structures’’, a indiqué M. Ngozo Issondou, ajoutant que le personnel soignant exerçant jusqu’ici dans les hôpitaux de la Cnss sera dirigé vers les secteurs public civil et éventuellement militaire, afin de permettre à ce personnel de continuer d’apporter aux malades, les soins de qualité qu’il a toujours assurés dans le cadre de la Cnss.
’’Je puis ici vous assurer de la détermination du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba de faire en sorte que cette opération soit menée de manière tout à fait professionnelle et mutuellement fructueuse pour le personnel d’une part et pour l’Etat destinataire des installations et du personnel aujourd’hui en service à la Cnss, d’autre part ’’, a souligné le ministre, qui a noté à travers les interventions du délégué du personnel et du directeur de l’hôpital que la communication relative au désengagement hospitalier de la Cnss n’a pas été effective vis-à-vis du personnel de l’institution hospitalière.
’’Le dernier conseil d’administration de la Cnss avait bel et bien pour principal sujet inscrit à l’ordre du jour, le désengagement hospitalier de la Cnss, et la direction générale a pour mission d’abord de rencontrer les partenaires sociaux, afin d’échanger, d’expliquer ’’, a rappelé le ministre Ngozo Issondou, rassurant les uns et les autres sur l’aboutissement de cet ’’important’’ dossier dont les solutions seront rigoureusement conformes à la réglementation en vigueur au Gabon, notamment pour ce qui est de la branche des soins.
Pour sa part, le directeur de l’hôpital ’’ Paul Igamba’’ de la capitale de la capitale économique gabonaise, le Dr. Mvondo Mapoula a dressé le tableau de la situation actuelle de cette unité médicale. ’’L’hôpital Paul Igamba (HPI) a été divisé en deux: une aile droite en chantier et une aile gauche fonctionnelle (…) comme vous le constatez, l’hôpital a gardé toute son activité, avec une capacité de 40 lits, la capacité initiale étant de 100 lits’’, a révélé le Médecin au ministre à l’occasion de la visite du chantier des travaux de réfection de cette structure sanitaire.
M. Mvondo Mapoula a indiqué que sa structure médicale compte actuellement neuf médecins dont un pédiatre, deux gynécologues, deux chirurgiens, un radiologue, un gastro-entérologue, un biologiste, et deux médecins généralistes complétés par un pharmacien. Elle a également affirmé que la moyenne mensuelle des consultations est de 350 malades, la chirurgie reste le premier destinataire des patients avec 128 malades par mois, suivi du service de médecine générale qui reçoit 117 clients, puis viennent, selon l’ordre d’affluence, la gynécologie –Obstétrique 91 malades et la pédiatrie 86 patients.
’’ Le personnel reste mobilisé et actif malgré le problème du sous-effectif, afin de permettre à nos assurés de continuer à bénéficier d’une bonne prise en charge’’ , a-t-il rassuré, soulignant que l’hôpital sera bientôt doté d’un appareil de radiologie numérique, après l’acquisition récente d’un appareil Echodoppler, d’un mammographe et d’un endoscope.
Elle s’est également félicitée de la livraison prochaine du service de réanimation d’une capacité de six lits et une unité d’hémodialyse. ’’ Ceci montre et prouve que la Cnss fait tout pour mieux servir ses assurés (…) et démontre à suffisance tout l’intérêt que ne cesse de porter le Président de la République Ali Bongo Ondimba au peuple gabonais, particulièrement la population de l’Ogooué-Maritime’’ a indiqué le Dr. Mvondo qui avoue ne pas douter un seul instant que la réhabilitation de l’HPI notamment constitue un pari gagnant, en raison a-t-elle précisé de la situation géographique de la province de l’Ogooué-Maritime.
’’ Cet hôpital est le nôtre, cet hôpital est celui de nos enfants et, à ce titre, je pense et reste convaincue que, tous ensemble derrière le Président de la République, nous devons faire preuve de patriotisme, de solidarité, de collaboration, de professionnalisme, d’assiduité au travail (…) afin de faire de l’HPI un hôpital de référence ’’, a-t-elle ajouté.
Ouvert officiellement au public au mois de décembre 2003, l’HPI est en cours de réhabilitation depuis le mois de juin 2007, le coût initial de ces travaux est estimé à huit milliards, selon des sources proches de la direction de cet hôpital.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES