spot_imgspot_img

Salon gabonais de l’Economie numérique: un premier pas vers l’objectif « Gabon des services »

Le salon de l’Economie numérique, placé sous le patronage du chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, organisé conjointement par trois ministères dont ceux de l’Economie numérique, de la Réforme de l’Etat et celui de l’Economie et du Tourisme, ouvert mercredi, en matinée, par le Premier Ministre, Paul Biyoghé Mba, en présence d’une parterre d’invités et d’exposants, ainsi que du public, marque à n’en pas douter, un premier pas des autorités du pays à voguer vers le Gabons des services pour atteindre enfin le projet Gabon Emergent souhaité par le président de la République.

« VULGARISER L4ECONOMIE NUMERIQUE»

Si la Cité de la Démocratie a drainé autant de monde ce mercredi, c’est justement parce qu’il y a un événement grandeur nature qui va s’étendre sur quatre jours (du 17 au 20 février) et dont l’objectif, tel que souligné par le premier responsable du département en charge de ce secteur, Laure Olga Gondjout, est de « vulgariser l’économie numérique, qui se définit comme l’ensemble des activités économiques liées aux télécommunications, à l’audiovisuel, aux logiciels, aux réseaux et services informatique ainsi qu’aux services et contenus en ligne».

En effet, férus des technologies de l’information et de la Communication (TIC), Madame Gondjout, dans son allocution de circonstance a tenu à relever, dès l’entame de son propos que « Ce secteur tient particulièrement à cœur le Président de la République, Chef de l’Etat, son Excellence, Monsieur ALI BONGO ONDIMBA », d’autant, a-t-elle poursuivi, qu’il « a choisi de soutenir sa vision politique  le Gabon émergent par trois piliers à savoir:

– Le Gabon vert,

– Le Gabon industriel

– Le Gabon des services ».

Dans cette optique, justifiant la volonté des autorités de la République gabonaise à œuvrer la pour développement de ce secteur dans le pays, le ministre de la Communication a également mentionné que : « S’agissant particulièrement du dernier pilier, le Gabon des services, s’il est reconnu que les services occupent en ce début de 2ème siècle une place prépondérante sur le marché mondial, il est aussi confirmé que leur croissance exponentielle est essentiellement due à l’essor des technologies du périmètre de l’Economie Numérique qui en constituent le principal support ».

A ce titre, par souci de clarté, mais surtout, au regard de la volonté ferme affichée pour la réussite de cette première au Gabon et ce dans la mesure où le ministère n’a hérité de l’appellation de « Economie Numérique » qu’avec l’arrivée aux affaires d’Ali Bongo Ondimba, là encore une première pour le pays, Laure Olga Gondjout s’explique : «  En effet, les échanges y relatifs sont principalement assis sur les transactions électroniques qui en accélèrent le traitement, ce sont les services en lignes ou encore les e-services dont l’influence s’étend sur tous les domaine d’activités de l’administration, du commerce, de l’économie, de l’éducation, de la santé et j’en passe ».

L’ENJEU EST GRAND ET LES BESOINS IMMENSES

L’enjeu est donc grand et les besoins immenses. La Gabon qui a déjà adopté une stratégie sectorielle pour la période 2010-2020, s’articulant, entre autres, autour de l’actualisation du cadre réglementaire, du développement de l’infrastructure haut débit, de la numérisation de la radiodiffusion télévisuelle et sonore, tel que signifié par le ministre de la Communication, veut ainsi, « arrimer notre pays à la société de l’information et du savoir ».

Avant le ministre de la Communication, celui du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique, chargé de la Réforme de l’Etat, Blaise Louembé, également partie prenante à l’organisation de cet événement, a indiqué que « la performance de ce département ministériel, certainement un peu plus que les autres, repose sur l’usage intense des nouvelles technologies de l’information et de la communication ».

L’on n’ignore pas en principe que l’un des premiers grand chantier du premier gouvernement Ali Bongo Ondima, est l’audit de la Fonction publique avec le recensement des Agents de l’Etat qui a débuté en Novembre 2009 afin d’aboutir à un fichier fiable, épuré de tout soupçon, entièrement numérisé.

Dans ce contexte, Blaise Louembé a, de ce fait, rappelé l’importance de ces outils et vecteurs de nouveaux savoirs dans cette réforme qui, à terme, rendra l’administration publique moins contraignante et plus efficace, autant en gain de temps qu’en gain d’argent.

« En effet, la réforme de l’Etat passe nécessairement par la mise à disposition des administrations.

– Des procédures simples, transparentes fiables d’une part

– et des instruments de travail performants, interconnectés et dénudés de pesanteur d’autre part.

C’est à ce prix que l’administration gabonaise saura rendre aux usagers un service de qualité tel que l’exige le  programme de société du Chef de l’Etat », a clairement déclaré l’ancien Trésorier payeur général.

L’AVENIR SE SITUE DANS LE DEVELOPPEMENT DES SERVICES MULTIMEDIA

Pour sa part, au nom des entreprises de téléphonie mobile, le directeur général par intérim de Zain-Gabon, Pierre Moise Mba, a relevé que « l’avenir se situe dans le développement des services multimédia et des applications internet nécessitant  la bande à haut débit ».

Des propos qui corroborent ceux énoncés par ses deux prédécesseurs et dont la volonté manifeste est de voir le Gabon des services éclore et participer à la réalisation du Gabon émergent.

In fine, la cérémonie solennelle de coupure de ruban par le chef du gouvernement, Paul Biyoghé Mba, la visite des stands par ces membres du gouvernement et autres hautes personnalités de l’Etat ainsi que par les responsables des représentations diplomatiques et des organisations internationales et le grand public auront permis, dès ce premier jour, de constater que le « coup d’accélérateur » a été effectivement donné à ce secteur porteur des germes d’une croissance économique inéluctable.

Au regard de la participation des exposants tels que CFAO technologie, GabonTélécom-Libertis, Internet Gabon, le CENACI ou encore Gabon Poste, BGFI Bank, les Agences de presse à l’instar de GABONEWS ou AGPGabon, entre autres, et la participation du public constitué de jeunes et de personnes adultes, l’on peut se permettre, en outre d’afficher l’optimisme face à l’unanimité sur le besoin réel de développer ses outils, vecteurs de nouveaux savoirs et facilitateur des transactions tant économique que sociales.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES