spot_imgspot_img

Woleu-Ntem : Bras de fer entre la direction de l’ENDR et les élèves

Un bras de fer s’est engagé entre la direction et les élèves de l’Ecole nationale de développement rural d’Oyem (ENDR) depuis le 8 février, en raison du non payement des frais d’allocations de trousseaux scolaires depuis 2008 et du non versement de la bourse du dernier trimestre 2009, rapporte jeudi l’AGP surplace.

Selon le porte parole du collectif des élèves, Pacôme Ngoundou, la direction de l’établissement, au cours de l’assemblée générale qui avait réuni les deux parties le 16 janvier écoulé, avait rassuré les élèves de ce que les services des bourses et stages planchaient sur ces dossiers et que le payement ne saurait tarder.

‘’Nous sommes confrontés à d’énormes difficultés, nous ne pouvons pas nous en sortir, c’est avec cet argent que nous nous prenons en charge pour des consultations à l’hôpital régional, les filles elles disent couper désormais les matelas pour en faire des garnitures, nous avons décidé d’arrêter les cours jusqu’au payement intégral des arriérés’’ a-t-il expliqué, précisant que l’intendant parti à Libreville pour s’enquérir de la situation n’a ramené que des promesses, tandis que la direction garde un silence complice.

Les 59 élèves en fin de cycle de la dernière promotion de cet établissement qui a organisé le dernier concours de recrutement en 2007, se plaignent également des conditions de vie et d’apprentissage.

‘’Notre formation est axée sur plusieurs volets (social, élevage, pêche, pisciculture.. .) car nous sommes des producteurs polyvalents, or l’école nous impose seulement des stages axés sur la production végétale (l’agriculture), nous devons nous procurer nous-mêmes des semences, nous allons sur le terrain en babouche lors des travaux pratiques, le bus qui nous conduit sur le terrain est en panne, deux douches sur 20 sont opérationnelles, notre régime alimentaire se limite au riz d’un certain genre, au poisson maquereau (Tchétchéro) et aux cuisses de poulet’’, a déclaré le porte-parole.

La Direction de l’établissement, dans une note de service signé du directeur Abd-Allah Mba Otsaghe, que nous n’avons pas pu rencontrer, malgré notre passage, plus d’une fois dans l’établissement, a réagi à ce mouvement d’humeur et a pris un certain nombre de mesures pour dissuader les élèves ; Elle a également mis garde tout élève qui perturberait la quiétude de ses collègues.

‘’Pour compter du lundi 15 février, les élèves qui n’assistent pas au cours n’auront plus droit au repas, concernant les bourses et allocations de trousseaux scolaires, objet de revendication, une commission d’attribution des bourses est actuellement en session à Libreville depuis le 8 février, une réponse ne peut être donnée avant la fin de cette session, pour le matériel (bottes, combinaisons …) à renouveler, le directeur avait donné une date butoir dès le début des TP, fin mars 2010, pour le bus immobilisé, les élèves peuvent-il donner une date d’une sortie programmée et non effectuée depuis le début des cours, le 4 janvier 2010 ?’’, s’est-il interrogé.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES