spot_imgspot_img

Le lycée de l’Excellence d’Oyem conditionne le retrait des bulletins de note par le paiement d’une pénalité de 5000 FCFA

La direction du lycée de l’Excellence d’Oyem, chef-lieu de la province du Woleu-Ntem (nord) a décidé d’infliger une pénalité de 5000 FCF pour les élèves dont les parents n’ont pas retiré les bulletins de note du premier trimestre de l’année scolaire en cours, rapporte vendredi l’AGP.

Le proviseur dudit lycée, Emmanuel Ndong Obame a expliqué les motivations d’une telle décision, après avoir tenu une série de réunions avec les personnels administratif et enseignant ainsi que les parents d’élèves et les élèves, suite aux résultats médiocres enregistrés au premier trimestre dans la quasi-totalité des classes, à l’exception de quelques classes telle la 1ère S, qui a réalisé un taux de réussite de 81%.

‘’Pour amener les parents à l’ordre, à remplir correctement leur devoirs qui consiste à suivre l’éducation de leurs enfants, nous avons décidé que ces bulletins ne devraient plus rester dans nos murs par conséquent nous allons envoyer les élèves dehors pour commander à leurs parents qu’il y a une pénalité de 5000FCFA à payer, du fait que nous conservons toujours ces bulletins jusqu’à présent, l’objectif de la pénalité consiste à inciter les parents à venir chercher les bulletins pour que prochainement il ne traînent plus le pas’’, a-t-il expliqué.

Le proviseur, tout en reconnaissant la part des responsabilités de l’administration, du corps professoral et de la vie socio éducative par rapport à cet échec, s’est toutefois insurgé contre le comportement paradoxal des parents d’élèves démissionnaires de leurs devoirs et obligations.

‘’Les parents porte la plus grande responsabilité parce que, à la rentrée, tous sont là pour nous demander de prendre leurs enfants, quand il faut les suivre pour les résultats, ils ne sont plus là, nos parents qui étaient analphabètes ont pu produire l’élite intellectuelle qui fait le Gabon aujourd’hui, or les parents alphabétisés brillent d’un laxisme qui ne dit pas son nom et ainsi les enfants sont abandonnés à eux -mêmes ‘’, s’est-t-il indigné.

M. Ndong Obame a par ailleurs déploré le sort des filles inscrites en classes d’examens, lesquelles sont obligées de se livrer à des actes de vagabondage sexuel de bas étage pour pratiquer ce qu’on appelle aujourd’hui la prostitution passive qui les conduit vers les hommes pour avoir de quoi payer le taxi (le lycée est à environ 5Km de la ville) et, ou acheter un ouvrage au programme.

‘’Comment voulez-vous que la même tête objet de tant de sollicitations puisse travailler convenablement, nous disons non à cette forme de prostitution, que les parents prennent leurs responsabilités et remplissent correctement leur devoirs qui consiste à suivre l’éducation de leurs enfants’’, a-t-il martelé.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES