spot_imgspot_img

Gabon : Conseil de la «dernière chance» pour le maire de Port-Gentil

Le conseil municipal de la mairie de Port-Gentil doit se réunir en session extraordinaire le 22 février prochain sur instruction du ministère de l’Intérieur pour essayer de s’accorder sur le budget de l’exercice 2010. En cas de désaccord lors de ce conclave, Port-Gentil se verrait contraint de reconduire uniquement le budget de fonctionnement pour l’exercice 2010.

André Jules Ndjambé parviendra-t-il a sauvé son budget municipal 2010 ? Après le rejet de celui-ci le 11 décembre dernier par l’opposition majoritaire, le conseil municipal de la mairie de Port-Gentil a été appelé par le ministère de l’Intérieur à se réunir le 22 février prochain pour trouver un accord sur le budget de l’exercice 2010.

Si jamais les conseillers n’arrivaient pas trouver un terrain d’entente, la loi 15/96 stipule que l’Hôtel de ville ne «roulera» qu’avec un budget de fonctionnement au cours de l’exercice 2010.

Une situation qui n’arrangerait personne alors que tous les regards sont tournés vers les réalisations promises par l’Hôtel de ville, notamment la construction des logements et marchés, la réfection des voiries urbaines ou encore la mise en place d’un réseau de transport urbain.

«Est- ce que les éléments revendicatifs des conseillers de l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition) ont été solutionnés ? Au quel cas, il faut que le maire central plaide avec des arguments convaincants afin de calmer les esprits des uns et des autres dans tous les cas nous iront au conseil pourvu que les mêmes causes ne produisent les mêmes effets», a déclaré premier maire adjoint et responsable de l’UPG dans l’Ogooué maritime, André Moukagni.

«Le problème du vote du budget ne se trouve plus au niveau de l’UPG, car la cogestion a été mise à plat, il convient maintenant à chaque conseiller d’être devant sa propre conscience», a-t-il poursuivi.

Pour le coordonnateur général de l’Alliance nationale des bâtisseurs (ANB, opposition) et maire du 3e arrondissement, Guy Roger Reteno Ndiaye, l’initiative est louable. «Pour les bâtisseurs c’est une obligation de participer à ce conseil, car le développement qui est notre credo passe par le vote du budget primitif, mais la décision que prendront les bâtisseurs sera basée sur les intérêts des portgentillais», a-t-il déclaré.

«Il faut que le bureau du conseil change sa méthode de travail afin d’inciter les bâtisseurs à participer au développement de la ville non pas par le verbe mais par les actes», a-t-il conclu.

Les conseillers de l’UPG et ceux de l’ANB, qui occupent 40 des 63 sièges du Conseil municipal, avaient déjà décidé le 7 décembre dernier de boycotter les travaux préparatoires du prochain conseil municipal pour contester le maire actuel. Le 11 décembre, ils étaient passés à l’action en boycottant le budget de la mairie, fixé à plus de 9 milliards de francs CFA.

L’accord de cogestion de commune de Port-Gentil avait été conclu le 22 mai 2009 entre l’UPG, l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD, opposition), l’Alliance démocratique et républicaine (ADERE) de l’ancien vice-président Didjob Divungi Di Ndingue, et l’indépendant Tchango, à Libreville, autour du président Omar Bongo Ondimba. Un accord qui n’a pas tardé à boité après les violentes divergences qui ont suivi l’élection présidentielle dans la capitale économique, bastion de l’opposition du pays.

Publié le 20-02-2010 Source : AGP Auteur : Gaboneco

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES