spot_imgspot_img

Au Gabon, la Françafrique au beau fixe

À la veille de sa visite au Gabon, Sarkozy expliquait dans un entretien au quotidien gabonais l’Union   : « La signification première de mon déplacement, c’est l’affirmation d’une fidélité. » Son déplacement express d’hier aura confirmé cette déclaration. Il avait même choisi d’emmener dans ses bagages le sulfureux Robert Bourgi, celui qui avait vendu la mèche lors de l’élection présidentielle gabonaise du mois d’août dernier  : l’Élysée soutenait bien Ali, le fils du défunt Omar Bongo, homme lige de la Françafrique.

Venu donc cette fois soutenir le président Ali Bongo, le fils de…, Nicolas Sarkozy a été reçu comme avant. Les nostalgiques de l’époque Foccart – le M. Afrique des gaullistes – en ont versé une larme. « Opération France-Afrique, au beau fixe. », chantait même un groupe de musiciens mobilisé pour l’occasion. Mais au-delà de la génuflexion sur la tombe du « Vieux », à Franceville, le menu ne comportait qu’un plat  : la signature avec le Gabon d’un nouvel accord de défense, après ceux déjà signés avec le Togo et le Cameroun. « Au beau fixe », on vous dit  !

P. B.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES