Le gouvernement de la République gabonaise et celui du Congo ont décliné, dans une feuille de route, paraphée ce jeudi à Libreville, en présence du représentant du Haut Conseil des Réfugiés (HCR) au Gabon, les modalités de la mise en œuvre de la « cessation du statut de réfugié pour les ‘’ réfugiés et demandeurs d’asile’’ de la République du Congo au Gabon », a constaté GABONEWS.

Selon une source du ministère des Affaires Etrangères gabonaise, environ 10.000 Congolais vivent au Gabon sous le statut de réfugié. La feuille de route instaurée ce jour tend à trouver et à résoudre, de manière durable, la question des réfugiés et demandeurs d’asile congolais au Gabon.
Cette rencontre a également permis de faire le bilan de la mise en œuvre de l’Accord tripartite signé le 11 septembre 2001 entre les gouvernements gabonais, congolais et le HCR relatif au rapatriement volontaire des réfugiés congolais en terre gabonaise.

Malgré les efforts conjoints effectués dans la sensibilisation au retour des réfugiés et demandeurs d’asile congolais dans leur pays d’origine, les deux parties (Gabon et Congo) ont cependant reconnu que le bilan, à ce jour, était mitigé et se situait en retrait des espérances escomptés dans le cas précis des opérations de rapatriement volontaire d’où cette décision commune et la nécessité pour le Gabon de « déclarer la clause de cessation de statut pour les réfugiés et demandeurs d’asile au Gabon », sous réserve de la mise en œuvre  d’un chronogramme rationnel impliquant trois options dont: le rapatriement volontaire, la régularisation des formalités d’immigration en conformité avec la législation gabonaise et la recherche avec le HCR de solutions alternatives.

Favorable pour la relance de la Commission tripartite qui existe déjà, les deux parties ont convenu de se retrouver au mois d’avril prochain pour apprécier les avancées des accords de cette feuille de route exécutée avec l’aide de la coopération étroite du HCR.

Pour y parvenir une démarche a été mise en place avec l’appui du HCR. Un sondage sera donc effectué pour s’enquérir des intentions des réfugiés et demandeurs d’asile congolais installés au Gabon et estimer les besoins logistiques requis pour la phase opérationnelle.

« La cessation de statut sera en vigueur au moment où les deux pays auront terminé les missions préliminaires qui ont été programmées
pour le mois d’avril », a précisé Paul Toungui, ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération internationale et de la Francophonie.

Outre le patron de la diplomatie gabonaise, le ministre délégué aux Affaires étrangères, Rose Békalé et Jean François Ndongou (ministre de l’intérieur et de l’immigration) ont assisté à la signature de ces accords aux côtés de la délégation congolaise composée et de l’Ambassadeur du Congo au Gabon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here