spot_imgspot_img

BEAC : La Banque de France sceptique sur les réformes d’Abaga Nchama

Les réformes de modernisation de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), annoncées par le gouverneur Lucas Abaga Nchama lors de sa prise de fonctions le 5 février laissent la Banque de France sceptique. L’institution française exhorte notamment à la suppression de trois postes de directeurs généraux qu’elle juge budgétivores.

Alors que la vague de réformes initiées par le nouveau gouverneur équato-guinéen devait signer le renouveau de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), la Banque de France a estimé que ces mesures restaient insuffisantes.

Selon certaine sources, la Banque de France souhaiterait notamment que dans sa restructuration, la BEAC entérine la suppression de trois postes de directeurs généraux jugés budgétivores.

Le nouveau gouverneur de la BEAC, Lucas Abaga Nchama, nommé lors du 10e sommet des Chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC) qui s’est tenu les 17 et 18 janvier à Bangui, en Centrafrique, occupait l’un de ces postes.

La Banque de France souhaite également le rééquilibrage des postes de directeurs centraux, le démantèlement du Bureau extérieur de Paris (BEP), où on a récemment découvert des malversations financières de l’ordre de 16,6 milliards de FCFA.

Les personnes résidant en France interrogées dans le cadre de cette enquête ont pu «justifier de la licéité de leurs décaissements», avait indiqué une source judiciaire. Les autres éléments ayant émergé de l’enquête «concernent des personnes résidant en Afrique» et ont donc été transmis à la justice des pays concernés, notamment à la justice gabonaise via une «dénonciation officielle» des faits, avait précisé la même source.

Sur le plan judiciaire, Armand Brice Ndzamba, comptable du bureau de la banque à Paris de 1992 à 2009, son épouse et Maurice Moutsinga, ancien directeur de la comptabilité au siège de la banque à Yaoundé, au Cameroun, ont été inculpés à Libreville, selon la BEAC.

Abaga Nchama est chargé de poursuivre les audits des procédures comptables, de gestion et de contrôle du siège, d’accélérer les poursuites judiciaires et les procédures de recouvrement à l’encontre des auteurs de fraudes et autres détournements, tant au niveau du BEP que dans le placement du dépôt à terme indexé auprès de la Société générale, une banque française. Cette opération hasardeuse de 328 milliards FCFA effectué en décembre 2008, a conduit à une perte comptable sèche de 16,4 milliards FCFA.

Le nouveau gouverneur devra également procéder à la modification des statuts de la BEAC, en vue du renforcement de la gouvernance et de l’efficacité de l’institut d’émission, assurer le renforcement des capacités en moyens matériels et humains de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (COBAC), de la poursuite de la modernisation de nos moyens de paiement pour les mettre au service des populations.

La BEAC et la Banque de France sont liées par une Convention de coopération monétaire datant du 23 novembre 1972.

Publié le 02-03-2010 Source : Afrique avenir Auteur : Gaboneco

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES