spot_imgspot_img

Gabon : Port-Gentil accueille son premier Conseil des ministres

Le gouvernement gabonais, conduit par le premier ministre Paul Biyoghe Mba, est arrivé dans la matinée de ce 2 mars à Port-Gentil, la capitale économique du pays, qui abritera le 4 mars le premier Conseil des ministres «délocalisé».

Le gouvernement donne le ton pour le défi de la « décentralisation du pouvoir » de l’Etat, en initiant à compter du 4 mars prochain le premier Conseil des ministres «délocalisé» à Port-Gentil.

Les membres du gouvernement, conduits par le Premier ministre Paul Biyoghe Mba, sont arrivés dans la capitale économique dans la matinée de ce 2 mars, suivi aux alentours de midi par le Chef de l’Etat, Ali Bongo.

Le gouvernement a tenu ce mars à Port-Gentil son Conseil interministériel, qui doit préparer les travaux du Conseil des ministres de jeudi prochain.

«Mes chers compatriotes, je suis aujourd’hui devant vous, fidèle à un engagement que j’ai pris durant la campagne. Je vous avais indiqué que je viendrais à Port-Gentil, et ceux qui pensaient ne pas m’y voir sont déçus car je suis là !», a lancé le Chef de l’Etat, à son arrivée à Port-Gentil.

«Je suis donc ici avec tout le gouvernement car j’ai souhaité que se tienne ici un Conseil des ministres. Nous sommes venus ici pas seulement pour faire du tourisme, mais pour travailler. Et dès cet après midi, le gouvernement se mettra au travail. Je vous donne rendez-vous et ouvrez bien vos télévisions et vos radios, car vous me verrez faire un certain nombre d’annonces. Et ces annonces intéressent non seulement Port-Gentil, mais le reste du pays aussi», a-t-il poursuivi.

Sur le tarmac de l’aéroport de Port-Gentil où il a prononcé son discours de circonstance, Ali Bongo est revenu sur le gros coup de balai qu’il a passé sur l’administration, en réponse à ses promesses de campagne axées autour de la «rupture».

«Nous avons déjà depuis la tenue des élections, pris un certains nombre de décisions, décisions dont je vous avais parlé pendant la campagne. Car je vous avais dit que ce qui était important pour nous c’était de remettre le pays au travail, et donc d’investir massivement pour le développement de notre pays. Je tiens à faire le rapport que j’ai tenu parole. Le budget d’investissement a été multiplié par quatre. Pour avoir un budget aussi important, nous avons du faire des économies. Vous comprenez pourquoi j’ai été obligé de réduire les effectifs en commençant par chez moi à la présidence ainsi que le gouvernement et dans le reste de l’administration», a expliqué le chef de l’Etat.

Selon certaines sources, la «délocalisation» du Conseil des ministres à Port-Gentil pourrait bien être la première d’une longue série à l’intérieur du pays. «Je voulais le faire à partir d’ici pour bien dire que quel que soit l’endroit, le gouvernement peut se retrouver et travailler et que chaque capitale, chaque département, chaque canton du Gabon, c’est la propriété des Gabonais et des Gabonaises», a enfin lancé le président gabonais.

Outre sa portée pour le défi de décentralisation du pouvoir de l’Etat, cette initiative revêt également l’aspect d’une réconciliation avec la capitale économique, bastion historique de l’opposition, et qui fut le théâtre de violentes émeutes après l’annonce des résultats de l’élection présidentielle du 30 août 2009.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES