spot_imgspot_img

Sénat: La presse chez Rose Francine Rogombé

Le Président du Sénat, Mme Rose Francine Rogombé a rencontré, mercredi en début d’après midi au siège de la chambre haute du Parlement Omar Bongo Ondimba, la presse gabonaise, afin d’échanger avec les hommes et femmes des médias sur la problématique de la liberté de la presse.

Cette rencontre qui intervient dans le cadre de la prochaine rencontre des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) en Espagne, et dont la thématique porte sur ‘’le rôle de la presse libre’’, avait pour objectif principal de discuter avec la presse locale des difficultés auxquelles elle est s confrontée. Elles sont un frein à l’exercice de leur profession, a reconnu le président du Sénat. Elle a également évoqué avec la presse, le développement des médias privés au Gabon, confrontés à d’énormes difficultés soit de financement, de la liberté d’exercer leur métier, soit d’impression.
En effet, pour une présentation objective de la situation de la presse gabonaise lors de la cette prochaine rencontre internationale des ACP, les responsables du Sénat conduits par Mme Rogombé, ont invité les journalistes et autres patrons de presse, à se prononcer sur l’état de ce secteur d’activités dans notre pays. Il s’est agit, a dit le président du Sénat, de répondre à la question de savoir si la liberté de la presse au Gabon est effective.
Après son intervention qui portait sur l’objet de la rencontre, le tour est revenu aux responsables des différents organes de presse de réagir par rapport à la question de la liberté de la presse, qui leur a été posée par leur hôte.
C’est un tableau sombre de la presse gabonaise qui a été dressé par les différents intervenants qui, Selon eux, ont affirmé que la liberté de la presse au Gabon est loin d’être un acquis. Pour le promoteur de la Radio Télévision Mbire (RTM), le sénateur Apollinaire Koumba Bouassa, on ne peut pas parler de liberté de la presse dans la mesure où certains organes de presse tendent encore la main à l’Etat pour obtenir des moyens financiers qui leurs permettraient de survivre.
Pour le rédacteur en chef du journal ‘’la Calotte’’, qui a été catégorique, Zambakamiyé Prosper, il n’y a pas de liberté de la presse au Gabon. Toujours d’après lui, les journalistes ne sont pas libres dans l’exercice de leur profession car dans notre pays, ces derniers sont de temps en temps arrêtés et brutalisés à la demande de certains hommes politiques qui auraient été la cible de leurs écrits.
Par ailleurs, ils ont félicité le Président du Sénat et le bureau chargé de réfléchir sur cette question pour cette initiative qu’ils jugent opportune. Cette rencontre, la première du genre, leur permettra d’exprimer leurs difficultés et leurs souhaits, afin qu’une solution appropriée soit trouvée pour un exercice plus objectif de la profession.
Après avoir écouté la presse sur les difficultés qui minent son bon fonctionnement, Mme le président du Sénat a invité chaque organe de presse à réfléchir sur le sujet et à déposer auprès de son conseiller en communication le rapport y relatif. Ce rapport portera sur un état des lieux détaillé de la situation la presse au Gabon et sur les éventuelles propositions pour son amélioration. Rappelons que les rapports qui seront déposés par chaque organe de presse, permettront aux responsables du Sénat de présenter la situation réelle de la presse de notre pays lors de la prochaine rencontre des ACP en Espagne.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES