spot_imgspot_img

Croix-Rouge Gabonaise: Une Assemblée générale ordinaire à Libreville pour faire le bilan

L’Assemblée générale ordinaire de la Croix-Rouge Gabonaise, prévue pour s’étaler sur deux jours, s’est ouverte ce samedi en présence de la présidente de l’Institution, Gabrielle Igoho, et du délégué de la Comité International de la Croix Rouge (CICR), Mme Breme, qui a effectué le déplacement de Libreville, a constaté GABONEWS.

« SORTIE DE CRISE »
En l’absence du  représentant de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dont l’arrivée est annoncée en terre gabonaise ce samedi après-midi, la cérémonie d’ouverture a toutefois bénéficié de la participation du conseiller, représentant le ministre de la Communication, Patricia Otchangalt, ainsi que des délégués des comités provinciaux de la Croix-Rouge gabonaise.

Après qu’une minute de silence ait été observée en mémoire des bénévoles disparus en 2009,  la présidente de l’institution gabonaise, lors de son allocution de circonstance, a rappelé à l’assistance la « crise institutionnelle » qui, de 2001 à 2005 « a perturbé le développement » de l’organisation.

« N’eût été la magnanimité du président de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant- Rouge, Suarez Manuel Del Toro et de son Conseil d’administration, la Croix rouge gabonaise serait suspendue pour une durée de 10 ans, selon les statuts de la Fédération », a-t-elle indiqué.

Toutefois, elle s’est réjouie de la restructuration du Siège national et des actions de communication initiées auprès du public et des autorités pour « redorer l’image écornée de la Croix rouge».

« SAUVER DES VIES,  CHANGER LES MENTALITES »

Mme Igoho s’est par ailleurs félicitée du renforcement de la coopération avec le CICR et la Fédération, des partenariats tissés avec d’autres sociétés nationales, notamment la Croix-Rouge française et espagnole, qui ont accordé leur appui matériel dans la réalisation de projets locaux.

L’institution gabonaise, « ayant repris son départ, nous nous attelons à nous engager à développer nos branches locales, à accompagner nos volontaires qui eux-aussi sont confrontés à des problèmes quotidiens », a-t-elle déclaré.

Observant, ces dernières semaines, la récurrence des catastrophes naturelles au niveau mondial, notamment à Haïti et en Ouganda, l’un  ravagé par un séisme, l’autre par un glissement de terrain, la présidente de la Croix rouge gabonaise a, plus que jamais, appelé au volontariat. En ce sens, elle a énoncé l’objectif de l’institution locale pour la période 2010-2020 : « sauver des vies, changer les mentalités ».

Prenant la parole à son tour, le délégué de la Comité International de la Croix Rouge, Mme Breme, a pour sa part,  constaté le parcours positif, ces quatre dernières années, de la représentation gabonaise depuis sa reconnaissance officielle en 1999. Toutes choses qui, selon elle, « lui ont permis d’acquérir une crédibilité certaine ».

POUR DES ACTIONS TANT « GLOBALES » QUE  « LOCALES »

Reconnaissant la bonne implantation des actions locales, qu’elles soient relatives au secours, à la sensibilisation ou à l’aide sociale aux réfugiés, Mme Brème a toutefois mis en exergue l’impérieuse nécessité de promouvoir l’institution et d’investir massivement le domaine de l’information et de la communication.

Aussi, au moment où la Croix-Rouge « réseau de secours le plus étendu au monde » continue de s’activer sur l’île d’Haïti, elle a fait part de l’ambition de la Croix-Rouge d’agir localement et globalement.

Ouvertes ce samedi, les assises de l’Assemblée générale ordinaire de la Croix-Rouge Gabonaise devraient prendre fin dimanche. La présentation du rapport d’activités, la représentation du rapport financier de l’institution et la démission du Bureau sortant sont quelques uns des points à l’ordre du jour ce samedi.

Le décret présidentiel reconnaissant la Croix-Rouge gabonaise remonte au mois d’août 1997. La Société Nationale quant à elle a été reconnue par le CICR et intégrée à la Fédération internationale en 1999.

Sur le plan national, en  2003, la Croix-Rouge Gabonaise comptait 19 comités locaux (parmi lesquels 7 à Libreville – Owendo et 12 à l’intérieur du pays).

Selon des sources proches de l’Institution, durant la période 2001-2005, l’institution gabonaise observait un déficit de près de 113 millions de francs. A l’orée 2010, ce déficit aurait été revu à la baisse à hauteur de 13 millions.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES