Gabon : des motifs pour piéger l’Opposition en lui imputant la violence, selon l’UN

Le 3ème vice président du parti Politique de l’Opposition gabonaise dénommé l’Union Nationale (UN) Pierre claver Zeng Ebome a réaffirmé dans une déclaration faite à Libreville le soutien, la confiance et la solidarité du parti envers Mba Obame. En dépit des effets d’annonce, le tapage médiatique organisé autour de la déclaration du Secrétaire Exécutif sur l’éventuel « Coup d’Etat avant fin 2010 ».

Pour l’UN, « cette affaire est en réalité une manœuvre politicienne destinée à distraire le peuple gabonais de ses nombreux problèmes quotidiens qui sont faits de misère, de précarité et d’insécurité

Le parti, qui a en effet réaffirmé sa confiance, est solidaire au Secrétaire Exécutif Mba Obame, en dépit des « injures, des menaces et des intimidations proférées à l’encontre des leaders de l’Opposition pour préparer l’opinion » a-t-il souligné.

Ainsi, poursuivant son propos le vice président de l’UN a dit « toutes choses qui visent à la prise des mesures privatives de liberté en vue de ‘’décapiter l’Opposition et éteindre toute forme de débat démocratique dans notre pays’’. L’Union Nationale prend à témoin l’opinion nationale et internationale sur cet état de fait ».

Extrait de la déclaration de l’Union Nationale (UN)

« Dans l’entretien en cause avec le magazine l’Express, le Secrétaire Exécutif a dit son sentiment sur certains aspects de la politique française au Gabon et sur la politique intérieur gabonaise. Sur la foi d’exemple précis, notamment :

*La régression démocratique par l’interdiction des meetings de l’Opposition dans les lieux publics, le non accès de l’Opposition aux médias publics ;

*Les règlements de comptes et chasses aux sorcières dans l’administration publique avec la mise à l’écart à l’occasion des conseils des ministres de centaines de cadre réputés proches de l’Opposition ;

*Le recours récurrent aux forces armées pour des tâches de maintien de l’ordre pour lesquelles elles ne sont pas préparées en vue de mâter l’Opposition et les mouvements sociaux.

*L’interdiction autoritaire et brutale de l’exportation des bois de grumes ;

*L’instauration intempestive de la journée continue du travail, etc

Monsieur André Mba Obame, a fait part de ses vives préoccupations sur les conséquences politiques, économique et sociales résultant de l’action du nouveau pouvoir au Gabon. En conclusion de cette analyse de la situation qui prévaut dans notre pays, il a estimé que « …si ça continue on va au coup d’Etat avant la fin de l’année. Un coup d’Etat à la nigérienne ».

Le Secrétaire Exécutif a surtout indiqué que l’opposition fait tout pour calmer le jeu en évitant le recours à des moyens d’action qui offrirait au pouvoir le prétexte à une répression sanglante.

L’union nationale estime que l’on ne peut tirer de tels propos la conclusion que le Secrétaire Exécutif ou son parti projette de préparer un coup d’Etat, d’autant moins que l’analyse d’une situation ne la par crée.

La responsabilité de l’Opposition n’est-elle pas d’analyser, de critiquer, voir de prévenir des situations potentiellement explosives ? Mieux vaut prévenir que guérir dit l’adage populaire.

Du reste, les situations que Monsieur André Mba Obame dénonce ne sont créées ni par lui ni par l’Opposition.

L’exploitation tendancieuse qui est faite des propos du Secrétaire Exécutif est une pure intoxication et une manipulation dangereuse. Elle viserait à rechercher des motifs pour piéger l’Opposition en lui imputant la violence, pour mieux la retourner contre elle avec les moyens de la force publique. D’ailleurs, le conseil des ministres et les déclarations des autorités publiques ont commencé à proférer des injures, des menaces et des intimidations à l’encontre des leaders de l’Opposition pour préparer l’opinion.

Toutes choses qui visent à la prise des mesures privatives de liberté en vue de décapiter l’Opposition et éteindre toute forme de débat démocratique dans notre pays. L’Union Nationale prend à témoin l’opinion nationale et internationale sur cet état de fait.

L’Union Nationale dénonce le lien que le pouvoir voudrait établir entre cette affaire et sa reconnaissance de plein droit conformément aux dispositions de l’article 17 de l’article 24/96.

L’union nationale, qui tient à la vie de chaque gabonais, n’a pas le temps pour la polémique stérile. Elle appelle ses militants et sympathisants à éviter ce piège connu de tous. Elle les exhorte à faire preuve de détermination, de bon sens et à agir conformément au noble projet de regrouper les forces de l’Opposition en vue de parvenir à l’alternance au pouvoir par les voies démocratiques.

L’union Nationale assure le Secrétaire Exécutif de sa confiance, de sa solidarité et de son soutien.

Déclaration du parti démocratique gabonais (PDG au pouvoir) en réponse à celle de l’UN :

Toutes les institutions de la République sont en place et fonctionnent convenablement.

Sous le fallacieux prétexte de constituer un contre-pouvoir à l’action gouvernementale, l’Opposition dont se sert finalement Monsieur André Mba Obame a choisi de ne pas respecter les règles du jeu qu’impose la démocratie et de franchir les limites non autorisées en appelant à la désobéissance civile, au non respect du pouvoir établi et à la déstabilisation des institutions républicaines.

Dans sa démarche obsessionnelle de la prise de pouvoir qui confine à l’hérésie, Monsieur André Mba Obame à la recherche d’une survie politique, n’a pas trouvé mieux que de se choisir une nouvelle terre d’accueil : la France pour annoncer l’éventualité d’un coup d’Etat au Gabon.

Aussi, le Parti Démocratique Gabonais tient-il à marquer sa vive réprobation au sujet de la légèreté avec laquelle les leaders de l’Opposition qualifient la déclaration de Monsieur André Mba Obame qui relève selon eux de la liberté de l’expression plurielle démocratique.

Faisant montre d’une légèreté accablante dans l’appréciation d’une situation qui pourrait conduire le pays vers une véritable catastrophe nationale, l’Opposition vient de démontrer sa volonté farouche d’arriver au pouvoir par tous les moyens, quitte à verser le sang des Gabonais et à marcher sur leurs cadavres.

La paix étant le bien le plus précieux légué par feu Omar Bongo Ondimba, le Parti Démocratique Gabonais exhorte le Gouvernement de la République à prendre dès aujourd’hui toutes les mesures nécessaires, afin de prévenir toutes éventualités de déstabilisation du Gabon.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Suicide manqué de Brice Laccruche en prison : Du flou gaussien et des questions

Brice Laccruche Alihanga aurait tenté de suicider le 21 mai à la prison centrale de Libreville où il détenu depuis décembre 2019 pour détournements...

Conseil interministériel : Neuf projets de textes législatifs et règlementaires examinés

L’équipe conduite par Julien Nkoghe Bekale a mis à profit la célébration de l’Ascension pour passer au crible plusieurs projets de textes législatifs et...

Riposte contre la Covid-19 : Ali Bongo assure que le Gabon est outillé

Convaincu de la motivation des professionnels de santé au bénéfice desquels il a créé et annoncé le paiement d’une «indemnité Covid-19» et comptant sur...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Traitement du Covid-19 : La chloroquine et l’hydroxychloroquine sont inefficaces et risquées

La dernière étude de la revue scientifique médicale britannique The Lancet affirme que ni la chloroquine ni l’hydroxychloroquine ne sont véritablement efficaces dans le...

Covid-19 : Nicole Nouhando verrouille le transport interurbain dans le Haut-Ogooué

La secrétaire générale de la province du Haut-Ogooué a décidé, le 23 mai, d’interdire la circulation interurbaine dans la province. La décision de Nicole...

Dr Obiang Ndong : «Le Coronavirus n’est pas une malédiction divine»

Le porte-parole du Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus au Gabon (Copil Coronavirus) regrette la stigmatisation...

Suicide manqué de Brice Laccruche en prison : Du flou gaussien et des questions

Brice Laccruche Alihanga aurait tenté de suicider le 21 mai à la prison centrale de Libreville où il détenu depuis décembre 2019 pour détournements...

Covid-19: Opération de rapatriement : De retour, mais désappointé !

La deuxième phase de l’opération de rapatriement des Gabonais, bloqués à l’étranger du fait du nouveau Coronavirus bat son plein. En atteste l’arrivée de...