Le principal syndicat des employés du secteur pétrolier au Gabon a suspendu vendredi soir sa grève déclenchée deux jours plus tôt, après un accord avec le gouvernement pour la reprise des négociations, a-t-on appris samedi auprès des deux parties.

“Le mouvement a été suspendu hier (vendredi) soir à la signature du procès-verbal de discussions” avec le secrétariat général de la présidence sur les conditions de la reprise des négociations, a déclaré à l’AFP Guy-Roger Aurat Reteno, secrétaire général de l’Organisation nationale des employés du pétrole (Onep).

“Dès lors, a-t-il ajouté, nous avons demandé à nos adhérents que la reprise du travail soit effective. La grève est suspendue mais nous avons la latitude de la reprendre en cas de non-respect” des engagements par les autorités.

Celles-ci ont agréé 25 conditions et revendications formulées par l’Onep, a assuré M. Aurat, dont le syndicat dénonce l’emploi abusif de main-d’oeuvre étrangère dans le secteur.

“Nous nous sommes donné trois mois” pour l’exécution des points approuvés, qui feront “l’objet d’un arrêté signé par le Premier ministre”, a-t-il précisé.

La suspension du mouvement a été confirmée par le porte-parole de la présidence gabonaise, Guy-Bertrand Mapangou, lors d’un point de presse samedi en fin de matinée.

Le gouvernement et le syndicat reprendront les négociations le lundi 19 avril, a indiqué M. Mapangou.

Selon la même source, les deux parties ont notamment convenu de “la création d’une inspection spéciale du Travail chargée du secteur pétrolier” et de “la +gabonisation+ des postes d’exécution” selon des modalités qui seront définies par la commission interministérielle chargée des négociations.

Parmi les exigences formulées par le syndicat, figurent le changement d’interlocuteur au sein de la commission interministérielle, la publication des rapports d’audition d’entreprises pétrolières qu’il a mises en cause, ainsi que l’examen “de toutes les autorisations de travail actuelles dans le secteur pétrolier”.

L’Onep regroupe 4.000 des 5.000 employés des travailleurs du pétrole, principale richesse du Gabon qui en produit entre 220.000 et 240.000 barils par jour. Pour 2010, le pays table sur 1,5 milliard d’euros de recettes pétrolières (environ 42% de son budget).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here