Lors de son propos, ce mardi, face à la presse nationale et internationale, le premier ministre, Paul Biyoghé Mba, qui faisait le bilan d’étape de l’action du gouvernement qu’il dirige, a déclaré, en ce qui concerne la Société nationale des bois du Gabon (SNBG), qu’en passant à l’étape de la transformation du bois, après remodelage des infrastructures de cette société, il y n’y aurait pas de compression, mais bien au contraire une création de près de 500 emplois.
Pour aborder le cas SNBG, le chef du Gouvernement a d’abord indiqué que dès le 16 mai prochain, aucune bille de bois non transformée ne sortira du Gabon. Une manière de respecter les grandes décisions prises par les tous premiers Conseils des Ministres de l’ère Ali Bongo Ondimba, après son accession à la magistrature suprême, le 16 octobre 2009.

Concernant la SNBG, le premier ministre a relevé que le rôle de cette société étatique était d’acheter et de vendre du bois à l’extérieur. Or, aujourd’hui, elle ne peut plus vendre au regard de la mesure qui oblige à la transformation.

Dans le contexte, il a précisé que la SNBG a déjà acquis une parcelle dans la commune d’Owendo, au sud de Libreville, en vue de la construction d’édifice devant permettre le passage de l’étape du simple achat et de vente de grumes à celui de la transformation.

« La SNBG travaille à mettre sur pied une unité de transformation du bois à Owendo (…) avec deux ou trois types de transformations », a affirmé Paul Biyoghé Mba qui a, de ce fait, relevé que la nouvelle SNBG générera près de 500 emplois.

A compter du 16 mai prochain, le gouvernement gabonais mettra à exécution l’interdiction d’exporter des grumes du Gabon sans au préalable procéder à la transformation.

Le premier ministre n’a pas insisté sur les quantités à produire, mais sur la stricte transformation sur place avant exportation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here