La France quitte « symboliquement » le Sénégal

L’armée française a officiellement restitué les terres qu’elle occupait à Dakar aux autorités sénégalaises, a constaté mercredi, un journaliste d’AfriSCOOP.

Ambiance morose mercredi sur la place d’armes du camp Bel Air de la capitale sénégalaise. Une cérémonie « symbolique » de restitution prochaine de terres est organisée entre les armées française et sénégalaise. Remplacement du drapeau tricolore par celui de l’ancienne colonie. Exécution des hymnes nationaux sous les honneurs du vice-amiral français Philippe Combes et de son homologue sénégalais Abdoulaye Fall. Aucun discours. Et, à juste titre.

Avec cette cérémonie, la France met insidieusement fin à la présence de quelques 1.200 hommes pré positionnés au Sénégal. La décision conjointe de fermeture des bases militaires a été prise en février. Elle a été réitérée le 3 avril dernier par le président Abdoulaye Wade.

« Je déclare solennellement que le Sénégal reprend à partir de ce jour 4 avril à 00 h 00 (2 heures à Paris) toutes les bases (militaires) antérieurement détenues sur notre sol par la France et entend y exercer sa souveraineté qui repose sur la présente déclaration », avait-il déclaré.

Mais, la pilule ne semble pas passer du côté de l’ancienne métropole. En effet, Paris n’entend pas un départ définitif de ses hommes du Sénégal. Il propose de « conserver à Dakar un simple ‘’pôle opérationnel de coopération à vocation régionale’’, fort d’environ trois cents militaires ».

« La cérémonie de restitution symbolique des emprises occupées par les forces françaises au Sénégal est une étape officielle du processus en cours de négociation, pour voir prochainement un accord de coopération », soutient l’Elysée.

A noter que la présence militaire française en Afrique (Sénégal, Côté d’Ivoire, Djibouti, Gabon, Tchad) est de plus en plus décriée, 50 ans après les indépendances. Installée officiellement dans le cadre d’« accords de défense », la France est perçue comme « un bouclier des dictateurs » de la nébuleuse « Françafrique ».

Le départ définitif des militaires français du Sénégal reste suspendu aux discussions politiques engagées entre Dakar et Paris. Aucun calendrier n’est, pour le moment avancé, selon une source proche de la présidence sénégalaise contactée par AfriSCOOP.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

« Le Problème de l’Afrique est fondamentalement un problème de gouvernance » – Dr. Daniel Mengara

Le Dr. Daniel Mengara, Professeur d'études francophones et de sciences politiques (Afrique) à Montclair State University dans le New Jersey, et président du mouvement...

Pandémie du Coronavirus en Afrique : Le Gabon et les pays africains doivent s’y préparer

La bénédiction initiale de l’Afrique fut qu’elle fut, à la genèse du Coronavirus (Covid-19), moins touchée que le reste du monde. Cette bénédiction venait...

Dr. Mengara: « Le Président Macron se trompe fondamentalement de politique africaine »

Réagissant à l'annonce Macron-Ouattara du 21 décembre 2019 relative au remplacement du Franc CFA par l'Éco, le Dr. Daniel Mengara, professeur de littératures et...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Traitement du Covid-19 : La chloroquine et l’hydroxychloroquine sont inefficaces et risquées

La dernière étude de la revue scientifique médicale britannique The Lancet affirme que ni la chloroquine ni l’hydroxychloroquine ne sont véritablement efficaces dans le...

Covid-19 : Nicole Nouhando verrouille le transport interurbain dans le Haut-Ogooué

La secrétaire générale de la province du Haut-Ogooué a décidé, le 23 mai, d’interdire la circulation interurbaine dans la province. La décision de Nicole...

Dr Obiang Ndong : «Le Coronavirus n’est pas une malédiction divine»

Le porte-parole du Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus au Gabon (Copil Coronavirus) regrette la stigmatisation...

Suicide manqué de Brice Laccruche en prison : Du flou gaussien et des questions

Brice Laccruche Alihanga aurait tenté de suicider le 21 mai à la prison centrale de Libreville où il détenu depuis décembre 2019 pour détournements...

Covid-19: Opération de rapatriement : De retour, mais désappointé !

La deuxième phase de l’opération de rapatriement des Gabonais, bloqués à l’étranger du fait du nouveau Coronavirus bat son plein. En atteste l’arrivée de...