Après les éléphants, les singes mandrills ont pris la relève dans la destruction des cultures dans les plantations à Ovan, rapporte lundi le correspondant local de l’AGP.

Les agriculteurs propriétaires de ces produits vivriers s’en sont plaints jeudi dernier auprès du chef de cantonnement des Eaux et forêts. Régulièrement, ces bêtes sauvages surviennent dans les champs pour arracher de terre des semences et des plantes matures pour leur consommation, au grand désarroi des villageois.

Rejets de bananes, tubercules et feuilles de manioc… tout y passe. Faute de solution idoine, les agriculteurs envisagent de mener « une chasse effrénée » à ses animaux nuisibles qui aggravent la famine déjà créée par les éléphants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here