Le gouvernement gabonais et l’Organisation nationale des employés du secteur pétrolier (ONEP), principal syndicat de ce secteur, s’acheminent vers une sortie de crise, à l’issue des discussions lundi entre les deux parties à la Primature, a constaté l’AGP.

Cette rencontre a porté sur le point des avancées réalisées dans la plateforme revendicative déposée par l’ONEP sur la table du gouvernement.

Il s’est agit en réalité d’examiner les points ayant trouvé satisfactions et ceux encore en suspend.

On rappelle que le cahier de charge de l’ONEP tient en neuf points, entre autre, la modification de certaines dispositions du code du travail, la renégociation des conventions collectives, la violation par les employeurs des textes législatifs et réglementaires, l’emploi illégal et abusif de la main d’œuvre expatriée.

Parmi tous ces points, certains avaient trouvé satisfaction lors d’une réunion tenue au palais présidentiel en avril dernier et qui avait d’ailleurs été à l’origine de la levée de la grève observée par l’ONEP.

Selon de bonne source, la réunion de lundi autour du Premier ministre, Paul Biyoghé Mba a tourné autour des points portant sur la main d’œuvre étrangère, la formation des nationaux aux postes nécessitant une certaine expertise, notamment.

Le secrétaire général de l’ONEP, Guy Roger Aurat Reteno à la sortie de la réunion s’est montré optimiste quant à l’issue des négociations.

« Nous avons laissé sur le bureau du Premier ministre, les recommandations qui en sont sorties du comité technique. Et nous pensons que dans les prochains jours, c’est-à-dire le 8 septembre, nous parviendrons à la signature d’un accord », a déclaré M. Aura Reteno.

Depuis quelques années, l’ONEP n’hésite pas de déclencher des mouvements de grève pour se faire entendre. En 2007, une grève initiée par ce puissant syndicat avait sérieusement paralysé la production pétrolière l’opérateur pétrolier Shell Gabon à Gamba.

Il avait fallu, l’intervention du défunt président, Omar Bongo Ondimba pour décanter la situation, rappelle-t-on.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here