Le gouvernement gabonais vient de signer avec le Groupe singapourien Olam un contrat de près de 394 milliards de francs CFA pour le développement de la culture du palmier à huile, annonce un communiqué du Groupe publié samedi à Libreville.

“A l’horizon 2014, quelque 200.000 hectares de palmiers à huile auront été plantés pour une production annuelle prévisionnelle de un million de tonnes d’huile de palme”, indique le communiqué dont la PANA a reçu une copie

Le directeur général de Gabon Advance, filiale gabonaise de Olam International Limited, M. Gagan Gupta, souligne dans ce communiqué que “30 pc des plantations appartiennent aux Gabonais et qu’Olam garantit l’achat des produits chimiques pour encourager les entrepreneurs gabonais”.

Le Gabon, qui veut devenir le premier producteur africain d’huile de palme, va se lancer, dès ce mois d’octobre, dans l’augmentation des plantations de palmiers à huile sur des centaines de milliers de kilomètres carrés, indique- t-on.

La première phase du projet concerne le début de la plantation en octobre de 50.000 hectares de palmeraies dans la région de Lambaréné (centre).

Cette première phase va nécessiter un investissement de l’ordre de 98 milliards de FCFA, soit 200 millions de dollars américains, et devrait créer 700 emplois directs et 21.000 emplois indirects, selon le communiqué.

La seconde phase du projet, qui débutera en 2013, concernera la plantation de 150.000 hectares de palmiers à huile entre les villes de Tchibanga et Mayumba pour 295 milliards de francs CFA, soit 600 millions de dollars américains, avec 40.000 emplois à créer.

Le Nigeria est actuellement le premier pays producteur africain d’huile de palme avec une moyenne annuelle de 600.000 tonnes.

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour,
    J’aimerais juste réagir à cet article: 394 milliards de fcfa pour le développement du palmier à huile au Gabon.
    Pour cela, je vous invite à consulter le site: notre-planete.info; il y a dans ce site un article du 18 décembre 2009 qui à pour titre: L’huile de palme que nous consommons détruit les forêts d’Asie du Sud-est. La Malaisie et L’Indonésie en sont les principales victimes; déforestations massives, appauvrissement des sols, pollutions et contributions au réchauffement climatique. Les conséquences pour l’environnement et l’écologie sont chaotiques. Il y a dans ce pays des ONG pour la préservation de l’environnement, que font-elles? Ne peut-on pas saisir des institutions internationales pour faire annuler de tels contrats?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here