spot_imgspot_img

Gabon : Ali Bongo 52 semaines après

16 octobre 2009 – 16 octobre 2010, cela fait exactement une année que le président Ali Bongo est au pouvoir. Tout au long de ces 365 jours de règne, le président de la République s’est employé à bâtir le socle de sa politique à travers une kyrielle de réformes pour moderniser la Nation et la doter d’une économie prospère. Certes, une année est peu pour récolter les fruits de ces réformes, mais le pouvoir peine à construire la prospérité. Nous publions in extenso, le discours d’investiture du Chef de l’Etat pour mieux apprécier le chemin parcouru au regard des ambitions portées par cette adresse solennelle qui trace l’horizon de sa gouvernance.

«Excellences,
Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et représentants des pays amis,
Madame la présidente de la Cours constitutionnelle,
Monsieur le président du Sénat,
Monsieur le président de l’Assemblée nationale,
Mesdames et Messieurs les membres du gouvernement,
Mesdames et Messieurs les sénateurs,
Mesdames et Messieurs les députés,
Mesdames et Messieurs les membres des Corps constitués,
Excellences, Mesdames et Messieurs les ambassadeurs,
Mesdames et Messieurs les représentants des Organisations internationales,
Mesdames et Messieurs les élus locaux,
Chers partenaires sociaux,

En ce jour solennel, je voudrai avant toute chose, et au nom de l’ensemble de mes compatriotes vous exprimez, toute notre reconnaissance pour avoir honorer de votre présence cette cérémonie d’investiture.

Votre présence parmi nous est le signe naturel de l’amitié et de la considération que vous avez toujours témoignez au Gabon. Soyez-en sincèrement remerciés et recevez l’hommage du peuple Gabonais et de toute les Institutions de la République.

Acceptez aussi que je fasse de vos illustres personnes, les gardes des idéaux de paix, de fraternité, de coopération internationale que le Gabon a toujours défendu et magnifié. Puissiez-vous dire au monde, que vous avez vu au Gabon, un peuple déterminé à tenir son rang dans le concert des Nations.

Un peuple qui aspire au développement, à l’émergence et au respect de sa dignité. Un peuple ouvert aux mutations du monde, tout en restant ancré dans les profondeurs de son identité bantou. Un peuple fier de la solidité de ses Institutions, qui reste convaincu que celles-ci doivent être plus fortes que les hommes.

En effet, le processus de transition qui aboutit aujourd’hui avec cette cérémonie d’investiture, démontre à souhait, que le Gabon est, et doit rester un Etat de droit dans lequel les principes politiques sont véritablement ancrés au cœur de la vie politique de notre pays, c’est le gage d’un avenir serein et confiant.

Mes chers compatriotes et invités, permettez-moi d’abord au nom du peuple gabonais, de rendre un hommage et renouveler la reconnaissance à nos pères fondateurs, les présidents Léon Mba et Hadj Omar Bongo Ondimba, qui, chacun à leur manière et à des moments précis de notre histoire, ont su nous guider et nous inculquer les valeurs qui fondent notre République : l’Union ; le Travail ; la Justice et la Paix.

Ces deux grands fils du Gabon, en plus de l’amour de la patrie, nous ont enseigné et fait comprendre la stricte nécessité d’œuvrer sans relâche pour la paix, l’entente, la compréhension mutuelle, le dialogue, la tolérance, la générosité, le pacte qui doit en permanence habiter la gabonaise et le gabonais. Je prends l’engagement de m’inspirer et de défendre en toute circonstance, cet héritage précieux.

Je souhaite rendre également un hommage particulier à madame le président, Rose Francine Rogombé, qui a conduit avec sagesse et impartialité, la transition constitutionnelle dans le strict respect de la légalité. Madame le président, le peuple gabonais vous est reconnaissant.

Mes chers compatriotes, je voudrai en ces instants solennels, vous exprimez ma profonde gratitude pour avoir bien voulu placer votre confiance en ma personne. Votre choix me conforte dans l’idée qu’en agissant ensemble avec conviction, nous aborderons, j’en suis certain, l’avenir du Gabon en toute confiance.

Je viens de prêter serment devant Dieu, devant vous, devant le regard de la nation, de la communauté internationale, mais aussi devant l’histoire. Plus qu’un simple rituel constitutionnel, il s’agit pour moi d’une profonde profession de foi, d’une sincère et irréductible expression de mes convictions profondes. C’est le sens que j’ai donné hier à ma candidature à la présidence de la République, c’est le sens profond que je donne à mon mandat qui commence aujourd’hui.

Empli d’humilité et de vive émotion, je mesure l’immensité de la tâche qui est désormais la mienne. Celle de conduire les destinées de notre cher et beau pays, sur les chemins de la prospérité souhaités par tous. Notre pays est en train d’écrire grâce à vous, une nouvelle page de son histoire politique, économique et sociale.

Je veux qu’elle soit entièrement consacrée à la résolution des attentes et des préoccupations des aînés, des femmes, des jeunes et de toutes les composantes de la société gabonaise. C’est pourquoi l’urgence nous commande d’aller vite de l’avant, pour bâtir ensemble un Gabon véritablement émergent.

Notre ambition pour un Gabon émergent, reposera sur une meilleure revalorisation des ressources humaines, une vision partagée par tous et la mise en place des infrastructures adéquates.

La diversification de notre économie s’appuiera sur trois piliers fondateurs que sont le Gabon vert, avec la protection de l’environnement, la promotion de l’écotourisme et la valorisation de la forêt. Le Gabon industriel, en valorisant sur place nos matières premières. Le Gabon des services avec un accent particulier sur les compétences et les potentialités de notre pays. L’Homme sera plus que jamais, au centre de toute notre politique. Il en sera le plein acteur et le bénéficiaire permanent.

Mes chers compatriotes, au cours de la campagne électorale, j’ai sillonné notre beau pays du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest. Je vous ai écouté et je vous ai bien compris. J’ai bien compris qu’il y avait urgence d’agir vite pour redonner confiance et favoriser l’émergence d’un nouvel espoir. L’espoir de voir disparaître la pauvreté, le chômage, la précarité et toute les inégalités qui font de l’exclusion et cristallisent les frustrations.

L’espoir d’aller dans de bonnes écoles, l’espoir de se faire mieux soigner, l’espoir d’être mieux logé, l’espoir d’aller sur nos routes en toutes saisons, l’espoir de recevoir sa juste part des fruits de nos richesses, l’espoir de vivre en toute sécurité. L’heure a désormais sonné de se remettre au travail et de relancer notre économie, afin d’apporter un mieux-être perceptible à tous les Gabonais où qu’ils soient.

Cela ne peut s’effectuer que grâce à des reformes courageuses et ambitieuses, afin d’opérer une véritable révolution de nos mentalités. C’est à cette condition que nous trouverons les outils et les moyens pour initier les grands chantiers économiques, sociaux et culturels nécessaires à notre développement, et que nous impose l’environnement mondiale en perpétuel changement.

Notre modeste observation participante nous contraint et nous conduit inexorablement vers une obligation de suivi, d’évaluation des résultats, pour éviter les erreurs du passé. La comparaison lucide des résultats économiques atteints par les pays dits émergents, doit être pour nous un argument positif pour relever le niveau d’audace et la volonté de construire par le travail, un Gabon riche et prospère.

Gabonaises, Gabonais, mes chers compatriotes,

Je ne serai heureux que si je sais que le peuple gabonais est heureux. Je ne serai fier de ma politique que si je sais qu’elle apporte à chacun et à tous, un mieux être dans son quotidien. Je ne serai en paix que si je sais que le pays vit en paix et dans la sécurité.

En d’autres circonstances, je vous ai révélé mes espoirs pour notre pays, faire du Gabon un pays émergent, où cohabite à côté de la démocratie politique, une démocratie économique dans laquelle chacun de nous vive, profite de son existence, grâce à son travail.

Pour toutes ces raisons, mes chers compatriotes,

Je veux un Gabon exempt de la corruption et de l’injustice. Je veux un Gabon où les élites circulent et se renouvellent, je veux un Gabon où la justice est au service de tous. Je veux un Gabon où les plus méritants sont récompensés et où la sanction juste est infligée à ceux qui commettent des fautes.

Je veux un Gabon où les entreprises prospèrent et créent des emplois. Je veux un Gabon dynamique tourné vers le progrès et l’excellence, en somme je veux un Gabon performant qui gagne, qui se développe. Ce sont là de nombreux défis que nous devons relever dans une harmonie de force et de volonté, pour que nous soyons quel que soit le degré de nos responsabilités, des gens qui sont nombreux pour que nous puissions valoriser le travail bien fait et récompenser les ouvriers assidus, honnêtes et dévoués.

Le salaire et la satisfaction matérielle ne doivent plus être mis en avant. La satisfaction morale et intellectuelle que procure le travail réalisé en faveur de son pays et la reconnaissance de ses concitoyens doivent constituer une autre forme de récompense. C’est désormais grâce à notre travail que nous serons jugés et que nous recevrons la juste reconnaissance de nos concitoyens. C’est le lieu de nous inspirer de cette formule historique du président Kennedy, «ne demandez pas ce votre pays peut faire pour vous, demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays».

Mes chers compatriotes,

Le triptyque «paix-développement-partage» n’est pas une vue de l’esprit ou un simple propos de campagne. Mais une conviction profonde qui résume au-delà de nos différences, nos aspirations légitimes et communes. Aussi, je m’engage dès aujourd’hui à donner un sens à mon action, en commençant par la constitution du gouvernement tant dans sa composition structurelle, son organisation que dans ses missions. Le respect de nos traditions nous impose des équilibres, mais l’excellence, la compétence et le travail primeront au-delà de toute considération géographique et politique.

Le cadrage que j’indiquerai au premier ministre que je nommerai sera clair : prévoir, planifier, anticiper, exécuter, contrôler, évaluer et sanctionner au demeurant. C’est cela que nous imprimerons à la fois un mode opératoire, une démarche qui implique en amont comme aval, toutes les parties prenantes au développement, notamment toutes les forces vives qui forment la société civile.

C’est dans cet esprit que je propose la mise en place rapide, d’un cadre plus attractif pour les opérateurs économiques et les partenaires au développement. Il est donc nécessaire de mettre en œuvre un pacte pour l’émergence, qui indiquera clairement les engagements du gouvernement, des acteurs sociaux et des secteurs publics et privés. (…)

Mes chers compatriotes, distingués invités,

Je suis désormais le président de tous les Gabonais. A ce titre j’entends travailler avec toutes les forces de notre pays, qui partage ma vision et mon idéal pour le Gabon.

Messieurs les Chefs d’Etat, Mesdames et Messieurs les représentants des Chefs d’Etat et de gouvernement, mes chers compatriotes,

Je terminerai mon propos en vous demandant d’avoir une pensée particulière pour cet être cher à nos cœurs, qui a tout au long de sa vie a travaillé sans relâche pour être un pays en paix et en toute sécurité. Nous mesurons aujourd’hui l’immensité du travail accompli dans la mesure où, ces quelques mois passés nous avons pu éprouver la solidité des Institutions.

Solidité des Institutions qui nous a permis de pouvoir, en paix et en toute sécurité, mener nos activités, qui nous ont permis d’aller à une campagne électorale et qui nous permet aujourd’hui de nous retrouver. La solidité de nos Institutions à feu Omar Bongo Ondimba, et c’est le meilleur cadeau qu’il ait pu faire au peuple gabonais.

Je voudrai au nom des miens, ma famille, mon épouse, vous remercier sincèrement pour tout le soutien apporté à notre famille dans ces instants douloureux. Je voudrai aussi remercier le peuple gabonais qui a su montrer tout son attachement au président Bongo, mais aussi son attachement aux idéaux qui étaient les siens, la paix et l’unité nationale.

Nous entamons aujourd’hui un nouveau chapitre de notre pays, ce chapitre nous l’entamons en toute confiance. Nous pouvons effectivement regarder cet avenir en confiance. Et le chemin devant nous n’est pas un chemin facile, mais avec votre soutien, avec votre aide, avec vos conseils, je ne doute pas un seul instant que je pourrai ne pas donner le maximum, le mieux que je puisse offrir en cette circonstance.

Je tiens à vous remercier pour votre présence, pour votre soutien. Vive l’Afrique, vive la République, que Dieu bénisse le Gabon, je vous remercie».

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES