spot_imgspot_img

La rentrée du Parti Démocratique Gabonais sur fond de recomposition du paysage politique

La vie politique aura pour épicentre, ce week-end, à la cité de la Démocratie où se tiennent, samedi, les Journées de réflexion du Parti Démocratique Gabonais (PDG, au pouvoir) avec, certes, comme pierre angulaire le « point des actions menées » par le président Bongo Ondimba, un an après l’avoir investi comme candidat à la magistrature suprême, mais sans occulter que ses assises interviennent dans un contexte marquée par une recomposition du terrain qui ne saurait laisser la formation au pouvoir indifférente.

MEILLEURE VISIBILITE

Depuis le congrès du PDG, en mars dernier, à Libreville, à l’issue duquel, Ali Bongo Ondimba a pris les commandes de la première formation politique du pays, beaucoup d’eau a coulé sous le pont.

L’Union Nationale(UN), constituée notamment d’anciens candidats malheureux de la présidentielle du 30 août 2009 et non moins ex-hiérarques du PDG ( pour l’essentiel) a pris ses marques dans l’opposition la plus farouche vis-à-vis du nouveau numéro un gabonais dont elle conteste toujours la « légalité » en dépit du verdict des urnes et de la décision rendue définitivement par la Cour Constitutionnelle.

« Cette dernière n’a pas dit le droit. C’est pourquoi nous estimons, à l’Union Nationale, que ce pouvoir est illégitime », confiait, cette semaine, Jean-Eyéghé Ndong , l’un des vice-président de l’UN, à l’hebdomadaire Jeune-Afrique.

L’UN n’en réclame pas moins que la refonte du code électoral. Mais à qui ?

Une interrogation émise, sans détours, par le Parti Démocratique Social(PDS), de Maitre Séraphin Ndaot, porté au pinacle du dernier né des partis, qui, lui aussi, a pris ses marques dans l’opposition avec quelques nuances, cependant.

Comment peut-on demander l’introduction de la biométrie, l’accès aux médias publics(…) si les acteurs majeurs de l’échiquier politique se regardent en chien de faïence ? Dixit Séraphin Ndaot qui, récemment encore, qualifiait de « percutant » le discours (16 octobre dernier) à la Nation du président Ali Bongo Ondimba, lors de l’AN 1 de son arrivée à la tête de l’Etat.

Cette approche du PDS -qui ne semble pas se renier comme adversaire du régime – éclaire néanmoins et même davantage sur le pôle qu’il s’est choisi pour alimenter le débat ; dire sans différence.

Pour preuve, Me Ndaot et ses camarades s’affichent toujours avec l’Alliance pour le changement et la Restauration (CAR), l’un des deux blocs opposés au PDG.

L’autre regroupement dénommé Coalition des Partis politiques pour l’Alternance (CPPA) compte en son sein , entre autres, l’Union Nationale.

Cet étalage, dans sa lecture de la rencontre du 27 septembre dernier à Paris entre « le chef de l’Exécutif, Ali Bongo Ondimba et le leader de l’opposition, Pierre Mamboudou », s’interrogeait sur les « arrières pensées » de celle-ci.

Le caractère « républicain » du face-face de Paris fut plutôt chaleureusement accueilli autant par les alliés du PDG que ceux de l’UPG (Union du Peuple Gabonais) qu’anime Pierre Mamboundou, arrivé second à l’élection présidentielle.

Devant ce « champ » , l’année 2010 qui tire à sa fin, dans deux mois , aura vraisemblablement permis au PDG d’avoir une meilleure visibilité alors que pointe les législatives de l’année prochaine.

NOUVELLES FRONTIERES DANS L’OPPOSITION

Les nouvelles frontières au sein de l’opposition, à défaut d’être littéralement tracées, offrent , toutefois, l’occasion d’avoir été esquissées. C’est une constante en politique, estime-t-on, il faut pouvoir déterminer « ses » adversaires.

Désormais, la locomotive de la majorité républicaine qui place sa « rentrée » sous le signe de la « réflexion, des échanges, du partage d’expériences, de la sensibilisation et de la dynamisation de l’ensemble de ses structures » dispose – à travers cette recomposition loin d’être achevée du paysage politique – d’une boussole.

Le tout dernier message d’Ali Bongo Ondimba marqué par le renouvellement de son « appel aux gabonaises et aux Gabonais épris de paix de patriotisme, d’équité et de justice sociale » à le rejoindre pour « travailler ensemble dans le sens de la modernisation de notre pays et de son rayonnement économique, social et diplomatique » participe de l’ouverture à « toutes les intelligences dont le pays regorge dans divers domaines intelligences ».

A ce titre, le chapitre des « perspectives d’avenir » au menu des Journées de réflexion du PDG devraient être un précieux indicateur sur la suite des évènements, à court, moyen et long termes.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES