spot_imgspot_img

Pétro Gabon désormais coté à la Bourse régionale de l’Afrique centrale

L’entreprise privée gabonaise Petro Gabon, spécialisée dans la distribution des produits pétroliers, a effectué mardi à Libreville, son entrée officielle à la cote de la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BVMAC), a appris mercredi l’AGP de source proche du marché financier régional.

Le Premier ministre gabonais Paul Biyoghé Mba et plusieurs opérateurs économiques étaient présents lors du lancement de l’opération, qui débutera réellement mardi prochain, et consistera à l’acquisition et à la cession de 700.000 titres correspondant aux 7 milliards de FCFA de l’emprunt obligataire, levé en août dernier sur le marché primaire par Petro Gabon, pour une valeur nominale de 10.000 FCFA.

Les titres acquis lors de la précédente opération pourront soit être revendus soit multipliés, selon la loi de l’offre et de la demande à la bourse des valeurs.

De source proche du marché financier régional, on indique que la BVMAC possède l’une des plateformes de cotation les plus performantes au monde, acquise à plus d’un milliard de FCFA.

Le frémissement du marché secondaire pourrait ainsi devenir le véritable baromètre de la situation économique et financière de la sous-région de l’Afrique centrale si les opérateurs économiques et les épargnants saisissent l’importance de cet outil de financement.

Constitué à 100% de capitaux privés gabonais, Pétro Gabon ambitionne de développer davantage ses activités, notamment la vente des bouteilles de gaz butane dont il est leader au Gabon, avec plus de 50% des parts du marché (2000 points de vente sur toute l’étendue du territoire).

Propriétaire de treize stations services, Petro Gabon a obtenu l’emprunt obligataire grâce à sa bonne santé financière et à son agent placeur BGFI bourse, qui a obtenu le visa de l’opération de levée de fonds de la Commission de surveillance du marché financier d’Afrique centrale (COSUMAF), créée en 1998 par les six chefs d’Etats des pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), afin de suppléer aux financements des banques commerciales.

Entrées en fonction au début des années 2000, la COSUMAF et la BVMAC ne sont opérationnels que depuis 2007, année du première emprunt obligataire contracté par l’Etat gabonais.

Selon plusieurs spécialistes de la finance, l’existence de deux places boursières (Libreville et Douala) constitue une entrave au développement harmonieux des activités financières dans la sous-région de l’Afrique centrale.

Le Sommet des chefs d’Etat des six Etats membres de la CEMAC (Cameroun, Congo, Gabon, Guinée-Equatoriale, République centrafricaine, Tchad), tenu à Bangui en février dernier, avait été recommandé le rapprochement des deux bourses en vue de leur fusion.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES