Dans le cadre des consultations avec les partis politiques du pays, le Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de l’Immigration et de la Décentralisation, Jean François Ndongou, a annoncé ce vendredi, lors de la réunion qu’il a eue avec ces formations, à Libreville, que l’ouverture de l’opération de révision annuelle de la liste électorale est fixée au 2 novembre prochain, a constaté GABONEWS.

Cette annonce faisait partie de l’un des points inscrits à l’ordre du jour de la réunion qu’il a tenu à son département ministériel de l’avenue de Cointé (3ème arrondissement de la commune de Libreville), au même titre que celui relatif à la subvention octroyée aux partis politiques par l’Etat gabonais.

Des deux points débattus, le premier inhérent à la révision du fichier électoral a été le plus controversé notamment par les leaders et représentants des partis politiques de l’opposition, dans leur majorité.

Que ce soit Zacharie Myboto de l’Union National (UN), en passant par Louis Gaston Mayila de l’Union Pour la Nouvelle République (UPNR), l’opposition a suggéré au ministre de l’introduction de la biométrie dans le fichier électorale en vue des les législative qui pointent à l’horizon.

Pour l’opposition, la biométrie est une exigence des temps modernes qui n’exclut pas notre pays.

Le représentant du Parti Démocratique Gabonais (PDG au pouvoir) a, de son côté, invité ses collègues de l’opposition à aborder la question au moment opportun. Pour le parti au pouvoir, la transparence est souhaitée par tous.

Cette exigence, que la tutelle estime fondée, ne peut se faire à légère, selon le Ministre Ndongou qui estime que des études d’envergure s’imposent au préalable et que son département serait déjà à l’œuvre de ce processus.

Aussi, a –t-il demandé aux partis politiques de prendre le relais de la sensibilisation auprès de leurs militants et partant de tous les Gabonais.

S’agissant de l’octroi de la subvention, le Ministre de l’Intérieur a réitéré que seuls les partis politiques ayant au minimum un élu national ou local ont droit à cette manne. De même il a exhorté les partis politiques à lui retourner les procès-verbaux de leurs congrès ou évènements assimilés justifiant la dépense de leurs activités menées durant l’année.

Le seul quiproquo relevé avec insistance, à ce niveau, a été celui de l’Union national des forgerons de l’ancien président Thierry D’argendieu Kombila qui a intégré le parti au pouvoir lors d’un congrès ordinaire de ce parti organisé sous le magistère du défunt Chef de l’Etat, Omar Bongo Ondimba, par ailleurs président fondateur de cette formation politique.

Le vice-président de ce parti a affiché son étonnement face à un numéro de compte bancaire existant sur le listing de la tutelle et dont il ne reconnaissait pas avoir l’avoir transmis. Ce dernier qui a remis au goût du jour les disfonctionnements qui existent au sein de ce parti, a demandé au patron dudit ministère l’annulation de ce relevé compte et a promis de transmettre un autre numéro. Celui qu’il estime être authentique.

A noté qu’au Gabon, la consultation entre le ministère chargé d’organiser les élections avec les acteurs de la vie politique participent au débat démocratique. Mieux, ces échangent visent à améliorer le processus électoral.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here