spot_imgspot_img

Gabon : Libreville attend ses timbres

Libreville est en proie depuis quelques jours à une pénurie des timbres d’Etat civil. Une situation déplorable pour les usagers, d’autant que cette carence touche également les registres de naissance.

C’est la saison de la carence des timbres dans la capitale gabonaise. Une situation déplorable qui dure depuis plusieurs mois maintenant. Selon le maire du 1er arrondissement de Libreville, Claver Mvele, la responsabilité de la pénurie des timbres d’Etat civil incomberait à la Trésorerie provinciale, chargée de payer le fournisseur de l’Hôtel de ville, qui distribue les timbres à chaque mairie d’arrondissement. «Le problème se trouve entre la Trésorerie provinciale et l’Hôtel de ville. Je crois que c’est le trésor qui est en retard dans le paiement. Ce qui peut justifier la lenteur des fournisseurs à envoyer les timbres», a-t-il expliqué.

Or, pour la Trésorerie provinciale, la pénurie trouverait son origine dans le fait que la mairie centrale n’aurait pas transmis dans les délais la facture pro format du fournisseur pour décaissement des fonds. «La mairie de Libreville s’y prend toujours en retard et ce, malgré nos multiples interpellations. Nous avons payé le fournisseur, maintenant nous attendons les timbres. Mais le temps qu’ils arrivent, les populations devront s’armer de patience», a indiqué un chef de service de cette administration qui a requis l’anonymat.

Une situation gênante qui touche également les registres de naissance. Selon Claver Mvele, le désagrément serait dû à la mauvaise planification de la mairie centrale, qui ne tiendrait pas compte de la demande des maries d’arrondissement. «A la mairie du 1er arrondissement, nous sommes à un registre tous les cinq jours, soit cinq registres par mois, sachant qu’un registre c’est 50 bébés enregistrés», a-t-il conclu.

En attendant, le retour des timbres à Libreville, les populations ont pris d’assaut la mairie de la commune voisine d’Owendo. Pour ce qui est des registres de naissance, la patience apparait comme l’unique alternative.

Publié le 04-11-2010 Source : Gabon Matin Auteur : Gaboneco

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES