spot_imgspot_img

Économie / Annulation du 10ème appel d’offre des blocs libres en offshore profond et très profond

A la tribune de la 17ème conférence d’Africa Stream, grand forum international sur l’industrie pétrolière, du 3 au 5 novembre dernier, à Cap Town (Afrique du Sud), le ministre gabonais des Mines et des Hydrocarbures, Julien Nkoghé Békalé, a annoncé l’annulation du 10ème appel d’offre des 42 blocs libres en offshore profond et très profond, au profit de « négociations directes » et « inclusives », a-t-on appris.

« TOUTES LES SOCIÉTÉS SONT LES BIENVENUES »

S’exprimant à la tribune de la session spéciale sur le Gabon, le ministre des Mines a mis en exergue, devant une assistance composée de délégués représentants des sociétés pétrolières actives en Afrique, la « nouvelle stratégie pétrolière et gazière » du pays, ainsi que ses perspectives.

Dans ce contexte, le ministre a annoncé l’annulation du 10ème appel d’offres des 42 blocs libres en offshore profond et très profond, après que le gouvernement ait décidé d’y surseoir, le 11 octobre dernier afin de privilégier, désormais, des « négociations directes, sans exclusivité », avec l’ensemble des sociétés pétrolières qui manifestent un intérêt pour le bassin sédimentaire national.

S’inscrivant en faux contre les rumeurs faisant état de tractations clandestines avec certaines sociétés, M. Nkoghé Békalé de déclarer : « Le Gouvernement gabonais est un Gouvernement responsable, soucieux de la transparence (…) les négociations seront inclusives et non exclusives. Toutes les société sont les bienvenues ».

S’agissant de l’entame des consultations à proprement parler, selon le patron du département des Mines, elle sera fonction de la création de la Société Nationale des Hydrocarbures et de l’adoption d’une nouvelle législation dans le secteur.

« En vue de promouvoir la recherche très coûteuse dans cette zone dite frontière, le Gouvernement envisage d’offrir pour l’exploration de son bassin profond et très profond, un environnement institutionnel, législatif et fiscal plus attractif, compétitif et sécurisé ».

2011: DÉBUT DES NÉGOCIATIONS DIRECTES

Cette nouvelle législation devrait avoir pour socle entre autres la réaffirmation de la propriété de l’Etat sur les ressources naturelles du sol, du sous-sol, et des données issues des opérations pétrolières, ainsi que la participation de l’Etat gabonais, en partenariat avec les opérateurs, dans les activités y relatives.

«La nouvelle législation sera immédiatement applicable sans effet rétroactif, les contrats en cours restent en vigueur (…) Toutefois, les détenteurs de contrats en cours de validité auront un délai pour harmoniser volontairement, par voie de négociations, leur cadre juridique et fiscal », a-t-il précisé.

Du reste, les zones offshores profondes et très profondes « font l’objet d’une fiscalité attrayante garantissant un traitement avantageux en termes de durée des périodes d’exploration », a-t-il fait remarquer.

En définitive, selon le membre du Gouvernement, les « nouvelles perspectives d’optimisation des revenus de l’Etat » devraient être sous-tendues par les stratégies de monétisation et la bonne tenue des cours du pétrole.

Toutes choses qui ont poussé Julien Nkoghé Békalé à considérer que « raisonnablement », les consultations directes devraient démarrer au premier trimestre 2011, dans un contexte, qui, selon le dernier rapport (octobre 2010) de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), sera marqué par l’équilibre entre l’offre et la demande, dans le marché du pétrole, sans changement important des cours. Ils se situeront autour de 80 dollars US, le baril.

A ce jour, le Gabon compte près de 25 compagnies pétrolières avec une production annuelle de plus de 12 millions de tonnes.

Source: l’Union

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES