spot_imgspot_img

Société / Les handicapées observent un sit-in au siège du ministère des Affaires sociales

De nombreuses personnes handicapées de Libreville observent un mouvement d’humeur depuis le 15 du mois en cours, au siège du ministère en charge des Affaires sociales, au motif du non-paiement par la tutelle des financements des micros projets inscrits dans sa ligne budgétaire en vue d’encourager l’autonomisation de la personne handicapée, a constaté GABONEWS.

Ce sont plus d’une soixantaine de personnes handicapées, sur les 116 recensées, qui ont transformé le parking des locaux abritant les services du ministère des Affaires sociales en leur seconde demeure.

Ces personnes qui y campent depuis neuf jours, réclament le paiement par la tutelle, des financements alloués par le gouvernement aux micros projets dont le montant global est de 600 millions de francs CFA, inscrits chaque année dans le budget de l’Etat en vue de l’autonomisation des personnes handicapées.

« Nous ne partirons pas d’ici sans avoir gain de cause. Nous sommes aussi des citoyens gabonais au même titre que tous les autres. Pourquoi sommes-nous marginalisés ? », s’est interrogé Ulrich Pidiambou, porte-parole du collectif des grévistes.

«Je ne pense qu’il soit nécessaire de nous envoyer les forces de l’ordre pour nous intimider d’autant plus que nous grevons de manière pacifique. Nous passons les nuits ici, à la belle étoile, avec nos familles (femmes et enfants). Ce n’est pas à négliger, pour dire que nous ne sommes pas là pour faire du désordre. Nous ne voulons que ce qui nous revient de droit, ce que l’Etat a décidé de nous donner », a-t-il ajouté.

Régulièrement recensées depuis le mois d’avril 2010 par un comité spécial du ministère des Affaires sociales, en vue d’une meilleure redistribution des financements pour les micros projets, force est de constater pour ces personnes handicapées, que rien n’a été fait jusqu’à ce jour en dépit de multiples concertations avec la tutelle.

Pour l’instant, ces personnes campent encore à cet endroit avec l’espoir que les choses bougent d’ici peu en leur faveur.

Aussi, avant l’entame de la grève de la faim prévue pour démarrer le mercredi 24 novembre, dans l’optique de se faire entendre, les grévistes s’organisent tant que possible pour se nourrir.

Les femmes font la cuisine sur place au feu de bois et font manger toute la communauté.
Des aliments acquis au moyen des aides qu’elles reçoivent des personnes de bonne foi et de petites cotisations de tous les membres du collectif.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES