spot_imgspot_img

Un médiateur de l’ONU à Libreville dans le cadre du différend sur l’Île Mbanié

Le président gabonais Ali Bongo Ondimba s’est entretenu à Libreville, jeudi, avec M. Michel Nicolas, le médiateur de l’ONU sur le conflit frontalier qui oppose le Gabon à la Guinée Equatoriale à propos de l’Île Mabanié.

Dans une déclaration à sa sortie d’audience, l’émissaire onusien a indiqué que le différend frontalier nécessite qu’un compromis soit trouvé.

‘’Il s’agira d’un accord spécial, un traité international, où le Gabon et la Guinée-Equatoriale doivent s’engager à reconnaître la compétence de la Cour internationale de justice’’, a indiqué M. Nicolas, soulignant que c’est la condition sine qua non pour que cette juridiction ait les coudées franches pour trancher ce litige, dans la sérénité et l’impartialité.

Au cours de son séjour au Gabon, le médiateur de l’ONU s’est également entretenu avec d’autres personnalités gabonaises dont le président de l’Assemblée nationale, Guy Nzouba Ndama, et le premier vice-président du Sénat, Léonard Andjembé, pour les informer du processus en cours en vue du règlement du conflit.

En 2008, M. Nicolas s’était rendu à Libreville et à Malabo pour discuter avec les autorités des deux pays du conflit frontalier qui plombe leurs relations.

Le Gabon et la Guinée-Equatoriale se disputent la souveraineté de trois îlots inhabités (Conga, Cocotier et Mbanié) situées à une vingtaine de km au large de la capitale gabonaise, riches en ressources halieutiques et probablement en pétrole.

Le conflit frontalier, vieux de près de 40 ans, a éclaté pour la première fois en 1972, lorsque le défunt président gabonais Omar Bongo Ondimba s’était rendu sur l’île Mbanié pour y planter le drapeau gabonais, à l’époque où la Guinée-Equatoriale était encore dirigée par le président Macias Nguema, oncle de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, l’actuel chef de l’Etat équato-guinéen.

En 2004, le différend a ressurgi au lendemain d’une visite sur cette île par l’actuel chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba, à l’époque où il était ministre de la Défense.

En 2006, les présidents Omar Bongo Ondimba et Teodoro Obiang Nguema ont, pour la première fois, accepté la médiation de Kofi Annan, alors Secrétaire général de l’ONU.

Après deux rounds de discussions directes, les deux dirigeants n’ont pas pu trouver une solution à l’amiable sur un litige frontalier qui empoisonne les relations entre leurs pays.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES