spot_imgspot_img

Echanges: Le Gabon bloque toutes les exportations de produits originaires du Cameroun

Le pays d’Ali Bongo dit répliquer à la saisie d’un de ses bateaux au port de Douala depuis une semaine
Certificat d’agrément CEMAC
Depuis plusieurs jours, toutes les exportations de produits originaires du Cameroun sont bloquées au Gabon. Plusieurs conteneurs de marchandises produites au Cameroun, rapportent plusieurs sources généralement bien introduites, sont en effet en souffrance au port d’Owendo. Ces marchandises ne peuvent être dédouanées que sur présentation du certificat d’agrément Produits originaires CEMAC poursuivent nos sources. Ce qui est très compliqué, car la pièce que demandent les douanes gabonaises n’est pas encore délivrée au Cameroun. Et le président du Groupement inter patronal du Cameroun (GICAM), qui a ébruité l’affaire lors de la 110ème assemblée générale du patronat tenue le 17 décembre 2010, à Douala, n’a pas manqué de relever cet aspect. Devant l’ambassadeur du Gabon au Cameroun, invité aux travaux. Quand on sait que ce certificat n’est délivré que par le Comité national d’agrément qui n’est pas encore créé au Cameroun, on imagine aisément les préjudices subis par les entreprises du Cameroun, a souligné Olivier Behlé. Non sans demander au gouvernement camerounais de prendre à bras le corps le plus rapidement possible ce problème : Nous profitons de la présence de l’ambassadeur du Gabon pour inviter le ministère camerounais des Finances à demander à la Direction Générale des Douanes de libérer le bateau gabonais bloqué au port de Douala et en représailles duquel toutes les exportations de produits originaires du Cameroun sont bloquées au Gabon, a-t-il dit en substance.
Saisie de 11.000 cartons de cigarettes
Au port de Douala, c’est la surprise totale. Car, les douaniers ne sont pas au courant d’un quelconque bateau gabonais immobilisé ou arraisonné. Par contre, expliquent-ils, c’est plutôt une importante quantité de cigarettes en provenance de ce pays qui a été saisie au mois d’octobre 2010. On parle précisément de 11.000 cartons environ de cigarettes de marque Super King, repartis dans 20 conteneurs. Les gabelous camerounais ont seulement demandé aux importateurs de présenter les certificats d’origine. Pièces que ceux-ci n’ont pas pu fournir, souligne un douanier sous le sceau de l’anonymat. C’est une affaire très compliquée. Aux différentes ramifications et appellent plusieurs enjeux. Notre tutelle s’est saisie du dossier et une équipe a été dépêchée au Gabon. Je ne peux en dire plus, ajoute-t-il. D’après lui, c’est un malentendu qui est à l’origine de cette réaction forte de l’Etat gabonais, car aucun bateau n’a été bloqué au port comme il est dit. Ce point de vue est quasi partagé par le secrétaire exécutif du GICAM, qui est longuement revenu ce jeudi 23 décembre 2010 sur les ondes de la station régionale du Littoral de la Cameroon Radio and Télévision (CRTV).

Mauvaise foi
Il est important de souligner que ce problème a été traité avec beaucoup d’émotion, dans la mesure en octobre dernier, il s’agissait de la saisie de 11000 cartons de cigarettes en provenance du Gabon. Or, l’information qui a été transmise au Gabon c’est qu’un bateau gabonais a été immobilisé au port de Douala. A partir du moment-là, il y a eu un enchainement de la situation au point où les malentendus se sont ajoutés à des malentendus, commente Martin Abega. Il est important de relever que les règlements d’une manière générale prévoient qu’il faut une plus-value de 30% dans la fabrication d’un produit pour qu’un produit soit dit originaire d’un pays et les douanes estiment que ce n’est pas le cas, déroule le SE du GICAM. Ce dernier estime qu’il y a eu mauvaise foi de la part des personnes impliquées dans la gestion du dossier qui, d’après lui, veulent faire croire que le taux de 30% est respecté et que le produit est d’origine gabonaise. Ce problème, reconnait-t-il, est en cours de résolution. Car, le ministre des Finances (MINFI) a pris le dossier en main, en donnant des orientations à la direction générale des douanes (DGD) dans ce sens. Un terrain d’entente sera trouvé bientôt, promet un douanier qui travaille dans le dossier. Mais, en attendant, le Gabon campe sur sa position. Les marchandises camerounaises restent toujours bloquées.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES