spot_imgspot_img

Un linguiste gabonais inquiet du recul de l’usage des langues maternelles

Le professeur gabonais de linguistique, Daniel Franck Idiata, par ailleurs commissaire général du Centre national de la recherche scientifique et technologique (CENAREST) a exprimé jeudi à Libreville, son inquiétude face au recul des langues nationales au détriment du français, selon une étude qu’il a mené sur un échantillon de 3000 enfants de 7 à 12 ans dans les principales villes du pays.
Les résultats de cette étude, a expliqué le Pr Idiata, à Libreville, la capitale et Port-Gentil la seconde ville du pays, révèlent que le français est la langue la plus parlée aussi bien à l’école que dans les foyers au détriment des langues locales.
M. Idiata attribue la responsabilité de la situation aux parents, ainsi qu’au pouvoir public qui ne jouent plus leur rôle de transmission des langues maternelles aux enfants.
« Il n’y a plus des émissions en langues vernaculaires sur les chaînes de télévisions publiques », a-t-il déploré.
Selon l’étude, certains enfants ne parlent pas leurs langues maternelles parce que leurs parents n’en parlent pas à la maison. Le phénomène est plus accentué dans les grands centres urbains.
Toutefois, pour le Pr Idiata, il y a quelques exceptions, notamment chez les ressortissants de l’ethnie Fang originaire du nord du Gabon vivant à Libreville qui voyagent chaque vacance scolaire avec leurs enfants pour se ressourcer au village.
Ce procédé amène les enfants à être en contact avec les villageois qui, eux, ne parlent qu’en langue vernaculaire.
« La plupart des langues au Gabon sont en danger, car le seul moyen de survie d’une langue c’est de servir de véhicule entre individus », a regretté M. Idiata.
Face à ce qu’il qualifie de génocide culturel, le chercheur préconise la construction par l’Etat de centres communautaires, la mise en place d’associations et de centres d’académies de langues nationales en vue de les revaloriser et les préserver.
Le Gabon comme certains pays africains, n’a pas une langue locale dominante. Le français reste la seule langue usuelle pour communiquer entre les différentes communautés linguistiques du pays.
Le Gabon, petit pays d’Afrique centrale, compte plus d’une cinquantaine d’ethnies pour une population ne dépassant pas 1,5 million d’habitants.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES