Absent du pays depuis plusieurs mois, le Secrétaire exécutif de l’Union nationale (UN), André Mba Obame, est attendu cet après midi à Libreville. Ce retour précédé par des « révélations françaises » qui lui donnent vainqueur avec 42% des suffrages à la dernière présidentielle ravive les supputations dans les chaumières.

A l’occasion de son meeting du 18 décembre à Libreville, l’Union nationale (UN, opposition) avait demandé la démission d’Ali Bongo. Citant le documentaire “Françafrique” diffusé en décembre par la chaine publique française France2, le parti de Zacharie Myboto a estimé que le chef de l’Etat est arrivé frauduleusement au pouvoir.

Le président de l’UN a affirmé qu’«un extrait du documentaire (…) montre des autorités françaises (…) qui déclarent que l’élection présidentielle d’août 2009 remportée par Ali Bongo, fils d’Omar Bongo décédé en juin, a été bien truquée. Ces mêmes autorités confirment que c’est bel et bien André Mba Obame (actuel secrétaire exécutif de l’UN) qui avec 42% des suffrages a été élu président de la République».

«Ali Bongo Ondimba n’a pas gagné cette élection. Il est illégitime et doit partir», a-t-il martelé, tout en dénonçant le projet de révision de la Constitution qui vient d’être adoptée par les deux chambres du Parlement, qui ne vise qu’à renforcer les pouvoirs du chef de l’Etat qui cherche à «s’imposer de plus en plus pour mieux asservir le peuple gabonais».

Pour manifester contre ce qu’elle considère comme les prémisses d’un « autoritarisme », l’UN a appelé les Gabonais à observer un sit-in devant l’Assemblée le 20 décembre dernier. Cette manifestation a été dispersée par les forces de police et plusieurs personnes ont été arrêtées parmi lesquelles le pasteur Mike Jocktane. 9 jours plus tard, la révision constitutionnelle a été adoptée.

Le retour à Libreville cet après midi du Secrétaire exécutif de l’UN, André Mba Obame, va-t-il marquer une nouvelle étape dans la revendication du parti, conformément à l’appel du 18 décembre? Quelle que soit la nature des actions à venir, il est certain que le parti de Myboto n’obtiendra pas le départ d’Ali Bongo sur la base de révélations du documentaire de Patrick Benquet.

Désormais, la bataille la plus évidente sera celle de la biométrie pour l’obtention d’un fichier électoral «fiable et sécurisé » en vue des élections législatives de 2011. Cette bataille, l’UN et l’ensemble de l’opposition peuvent la gagner. Mais à la condition que l’opposition reste unie, elle qui sait désormais que cette opération peut se faire en 45 jours pour un coût global inférieur à 10 milliards de FCFA. Une somme à la portée du gouvernement, les recettes fiscales d’un seul opérateur de téléphonie mobile pouvant couvrir le budget de cette opération.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here