Le Gabon fustige la cabale orchestrée contre le défunt Omar Bongo Ondimba par la presse occidentale

Le gouvernement gabonais a vivement dénoncé, la cabale orchestrée ces derniers temps par les médias français à l’encontre de l’ancien chef de l’Etat feu Omar Bongo Ondimba qui serait à l’origine des détournements présumés à la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) estimés à 30 millions d’euros, indique un communiqué officiel dont l’AGP a reçu copie vendredi.

« Profondément surpris par ces allégations grotesques et inopportunes, le gouvernement gabonais tient à préciser que la gestion des ressources des Etats placées à la BEAC est entièrement déléguée à cette institution par les Etats membres de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC). Par conséquent et à aucun moment, un chef de l’Etat, fut-il du Gabon, ne peut ordonner des mouvements sur les comptes de la BEAC, notamment ceux ouverts au siège central », souligne le communiqué.

Les opérations effectuées par les Etats, note le document, sont réalisées à travers un compte domicilié dans chaque direction nationale de la BEAC. Ce compte, poursuit le texte, est ouvert au nom du Trésor public et au Gabon, seul le Trésorier payeur général est le signataire des mouvements de ce compte.

« Le président de la République ne peut donc ni de près, ni de loin être impliqué dans la gestion des comptes ouverts à la BEAC. Il est simplement informé de la situation de ces comptes par son ministre des finances », renchéri le communiqué.

Le gouvernement gabonais avait été informé en 2009, au même moment que ceux des autres Etats de la CEMAC, des malversations financières constatées au bureau de la BEAC à Paris (France). Des détournements qui avaient été confirmés par un audit indépendant, précisant par ailleurs que ces actes de malversations étaient l’oevure de certains agents de la banque centrale agissant pour leur propre compte.

Suite à ce scandale, le président gabonais, Ali Bongo Ondimba avait demandé l’ouverture d’une enquête qui a abouti à l’interpellation de certains cadres gabonais travaillant au sein de cette institution bancaire régionale.

« Devant la gravité des informations rapportées par la presse internationale, le gouvernement gabonais met en garde cette presse et ses complices contre leurs vaines tentatives de déstabilisation. En tout état de cause, il condamne aussi fermement l’implication d’un haut cadre de la BEAC dans la publication grossièrement erronées et visant à salir la mémoire de feu Omar Bongo Ondimba (…) », conclu le communiqué.

Cette réaction du gouvernement gabonais, fait suite à des informations circulant ces derniers temps dans les médias occidentaux tirées du tristement célèvre site internet Wikileaks, citant des notes d’un ambassadeur des Etats-Unis, élaborées sur la base des déclarations invérifiables d’un haut cadre de la BEAC au Cameroun.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Parlement : Trois nouveaux textes adoptés au Sénat

C'était au cours d'une séance plénière, présidée par Mme Lucie Milebou Aubusson-Mboussou. En présence de plusieurs membres du gouvernement. Entre autres, le ministre d'État...

Owendo : kits alimentaires de Bongo Valentin au 2e arrondissement

Les habitants du 2e arrondissement de la commune d'Owendo reçoivent, depuis lundi, des kits alimentaires, don du Coordonnateur général des Affaires présidentielles, Nourredin Bongo...

Gabon : la descente aux enfers de Brice Laccruche Alihanga

Depuis six mois, Brice Laccruche Alihanga est incarcéré à la prison de Libreville. Après avoir tenu les rênes du pays, l’ancien directeur de cabinet...

Covid-19 : L’opposition se dote d’un comité de crise

S’invitant dans la lutte contre la propagation du Coronavirus au Gabon, 12 partis politiques de l’opposition ont mis sur pied un comité de crise....

La CNR aux tribalistes : «Partez, mais ne brûlez pas le Gabon !»

Disant craindre pour le Gabon après les discours de haine aux relents tribalistes diffusés sur les réseaux sociaux ces derniers jours, visant notamment son...

Chantage à l’enregistrement téléphonique : Mike Jocktane traduit Lanlaire en justice

Ange Landry Mbeng dit Lanlaire vient d’être traduit en justice en France par Mike Jocktane. Dans un communiqué, publié sur Facebook le 28 mai,...

Suivez-nous!

1,336FansLike
125FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Confinement et Covid-19 : mi-juin, le début de la fin du cauchemar ?

Le pic du Covid-19 est espéré pour la mi-juin au Gabon, marquant ainsi le début de la fin la terrible pandémie. Un espoir qui...

Deux nouveaux décès suite au coronavirus au Gabon

Le bilan de la pandémie du Coronavirus ne cesse de s’alourdir au Gabon. De 15 morts vendredi dernier, le nombre de décès est rapidement...

Coronavirus : 1er cas positif à Mouila

Mouila, capitale provinciale de la Ngounié dans le sud du Gabon a enregistré son premier cas positif au Covid-19 ce samedi, a annoncé le...

Alerte à l’escroquerie : «Coffre 2 Lux» est au Gabon, «Crowd1» arrive

Toujours la même mise en scène : une promesse de gains rapides, des investisseurs avides et peu regardant sur un actif dont tout le...

Covid-19: Le Dr Limoukou, les soldats sanitaires et le protocole thérapeutique

Le ministre de la Santé a rencontré, le 29 mai au Centre hospitalier universitaire de Libreville, le personnel de santé engagé en premières lignes...