La présidente de la Cour constitutionnelle du Gabon, Mme Marie-Madeleine Mborantsuo, a fustigé, jeudi à Libreville, la cupidité des scrutateurs lors des opérations électorales, à l’occasion de la rentrée solennelle de la haute juridiction.

“Ces actes de cupidité de la part des scrutateurs y compris les représentants des candidats dans les bureaux de vote sont souvent à l’origine des nombreuses plaintes conduisant à des lourds contentieux électoraux”, a affirmé Mme Mborantsuo.

La présidente du conseil des neuf sages s’est par ailleurs étonnée que les candidats aux élections occultent souvent cet aspect du problème alors qu’ils ont souvent des représentants dans les bureaux de vote.

« De nombreux observateurs renoncent à accomplir leurs devoirs, moyennant de l’argent, laissant ainsi le libre champ à l’adversaire », a-t-elle dit, soulignant que ces errements devraient emmener les candidats aux élections à diligenter des enquêtes de moralité sur les personnes commises à les représenter dans les bureaux de vote et les différentes démembrement de la Commission électorale nationale et indépendante (CENAP), l’organe chargé de l’organisation et de la supervision des élections au Gabon.

La Cour Constitutionnelle est la plus haute juridiction de l’État en matière constitutionnelle. Elle est juge de la constitutionnalité des lois et elle garantit les droits fondamentaux de la personne humaine et les libertés publiques. Elle est l’organe régulateur du fonctionnement des institutions et de l’activité des pouvoirs publics.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here